Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Talleyrand - le maître de napoléon - DAVID LAWDAY - 9782226316578 -  Histoire - Sciences Humaines - Art - Culture - Société - Livre

23 citations au top de Monsieur de Talleyrand-Périgord, alias le Diable  boiteux - Citons-precis.com/citations

Citations

“Et si vous pouvez trouver quelque chose pour les effrayer, vous pouvez leur faire tout ce que vous voulez.” Hermann Göring, homme politique nazi.

D'aucuns se demandent, sérieux, où va le régime politique de la France. On pourrait croire à une galéjade si l'Histoire n'y avait pas déjà répondu : “Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre” a mis en garde Churchill, et, si Marx n’avait pas complété avant l'heure par “l’histoire se répète toujours deux fois, la première comme une tragédie, la seconde comme une farce”, sans jamais prétendre à une farce sans souffrances et sans morts.

“Farce : Petite pièce comique populaire à intrigue simple et de ton familier ou burlesque, où dominent les jeux de scène.” dit le Robert. Et c'est bien de ça qu'il s'agit : voyez s'agiter le marigot politicien, dans lequel gauche et droite avaient déjà disparu !

Moins drôle est le rôle dévolu au peuple, effrayé par une pandémie faisant moins de morts que nos épidémies d'antan (malgré l'interdiction de soins) : “Agiter le peuple avant de s'en servir, sage maxime” ; le prince Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, le diable boiteux, ne cache même pas son machiavélisme. Et ça marche !

Esprit des Lumières, esprit critique, où es-tu ? On se reprend, ou on laisse aller jusqu'au bout de la farce ? On ne peut se contenter de répéter le capital de manière incantatoire, il s'agit de saisir ce qui a changé depuis Hitler, quels sont les rapports entre les diverses formes du capital, sans perdre de vue que si elles sont toutes du travail accumulé, il y a une sacrée différence entre le fruit de l'épargne, et l'exploitation du travail humain.

Si le capital financier, qui mit Hitler au pouvoir, bien qu'ayant le soutien des élites britanniques et US, ne put pas prendre le pouvoir politique, c'est essentiellement parce que le capital industriel était en plein essor et dictait sa loi. Aujourd'hui, les choses sont différentes, le capital industriel ne développe plus les forces productives : il a fait son temps. Le capital financier vient donc prendre la relève, mais comme lui non plus ne peut pas développer les forces productives, pour augmenter ses profits il ne peut que réduire les revenus, réduire le nombre de bouches à nourrir, réduire les libertés : le fascisme, quoi.

La crise du capitalisme que toute la presse attendait fin 2018, et que l'idéologie dominante a fait d'abord passer sur les Gilets jaunes, “responsables” des contre-performances du capital commercial, avant que le Covid et ses confinements viennent prendre la relève, est là (quand vous la découvrirez, on l'attribuera aux dettes de Macron). Le capital financier, responsable de la crise du capitalisme avec ses créances bidons renforcées par les “quantitiv easy” de la CEE, avait (et a toujours) besoin d'argent frais existant réellement (fruit de l'épargne et du travail), que l'on peut trouver dans tout le petit et moyen commerce, les petites et moyennes entreprises industrielles, de services et du secteur primaire. Mais il faut casser beaucoup d'entreprises (beaucoup d'individus concernés : souvent un couple, ensuite 1 ou quelques salariés, des enfants) pour peu de valeur du point de vue du capital financier. D'où la nécessité de s'en prendre au capital productif (industriel et agriculture-pêche), à commencer par les sous-traitants. Tout naturellement, la réponse d'un patron “capitaliste” va être de pressurer son capital humain : la réponse du Medef.

C'est à partir de ce constat que l'on peut construire le rassemblement susceptible de compter aussi bien le capitaliste (non financier) qui ne veut pas disparaître, que ses salariés qui ne veulent pas disparaître non plus, mais dans une alliance qui devra être autre chose que celle du cheval et du cavalier… Et cette alliance-là, pour vivre, pour que la Nation puisse vivre, est susceptible d'entraîner l'adhésion de l'Armée… sans laquelle rien ne se fera…

Tout ce qui s'agite en prévision de 2022 ne sert qu'à une seule chose : préparer la victoire du capital financier, chacun rejetant la faute sur l'autre, et entretenant les divisions alors qu'il faut UNIR.

On ne fait pas le bonheur des gens malgré eux, mais seulement AVEC eux. Le programme du CNR, les conquêtes de la Résistance n'étaient pas un conquis du peuple de France. Parce que ce n'était pas leurs enfants, les Français n'ont pas entouré ces acquis des soins nécessaires à leur conservation et à leur développement. Cette expérience peut servir de leçon pour demain ; c'est, en tout cas, ce que je souhaite. Le CNR avait laissé le capital libre de ses mouvements, tirons-en leçon sans plus tarder, et rassemblons, sans exclusive, contre le capital financier, pour que vivent la France et les Français.

Jean-François Autier,

Austeur-mécanicien retraité, hémiplégique et aphasique, mais citoyen.

Tag(s) : #Citations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :