Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ferrand, Dupond-Moretti, Darmanin... Alain Griset, un nouveau ministre face à la justice sous Macron

Alain Griset sera-t-il poussé à la démission ? (image d'illustration).

RT France

Le nouveau monde macronien est lui aussi pris dans des tempêtes judiciaires. Prochainement, c'est le ministre délégué aux PME, Alain Griset, qui sera jugé devant le tribunal correctionnel pour omission de déclaration de patrimoine.

Le renouvellement politique voulu par Emmanuel Macron ne l'empêche pas, comme ses prédécesseurs, de voir certains de ses proches ou membres de son gouvernement confrontés à des déboires judiciaires. Alors que l'affaire de son ancien conseiller Alexandre Benalla suit son cours, le président de la République voit également son gouvernement affaibli par certaines affaires. C'est cette fois le ministre délégué aux PME, Alain Griset, qui est visé par la justice. 

 

D'après une information de l'AFP du 29 juillet, un an après son entrée au gouvernement pour gérer l'impact de la crise sanitaire sur les PME, Alain Griset est ainsi renvoyé le 22 septembre devant le tribunal correctionnel de Paris, une décision rarissime pour un ministre en exercice, pour des déclarations de patrimoine et d'intérêts incomplètes. En effet, parmi la demi-douzaine de membres du gouvernement aux prises avec des enquêtes judiciaires, Alain Griset, 68 ans, est le premier à être convoqué devant un tribunal correctionnel. Cette décision pourrait mettre en cause son avenir au sein de l'exécutif.

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), auprès de laquelle les membres du gouvernement doivent déclarer leur patrimoine, avait annoncé saisir la justice dès le 24 novembre contre Alain Griset, celui-ci ayant omis de déclarer «des participations financières détenues dans un plan d'épargne en actions (PEA), ainsi que le compte espèces associé, pour un montant total de 171 000 euros». 

 

Les fonds concernés, selon une source proche du dossier, proviennent du bureau de la Confédération nationale de l'artisanat des métiers et des services (CNAMS) du Nord, qui avait confié en 2019 quelque 130 000 euros à Alain Griset, son président d'alors, pour qu'il les place sur son PEA.

«Alain Griset a dit à la Haute autorité qu'il avait l'accord de la CNAMS, pour qu'il puisse faire fructifier cette somme, mais alors on est dans la confusion des patrimoines, ce qui n'est pas conforme à la loi», avait relevé le président de la HATVP Didier Migaud, interrogé par l'AFP.

Cette omission avait pour but «d'empêcher la révélation de faits susceptibles de recevoir la qualification pénale d'abus de confiance», avait estimé la HATVP au sujet de l'origine des fonds.

Tracfin, la cellule anti-blanchiment de Bercy, là même où exerce le ministre, avait effectué en parallèle un signalement au parquet de Lille qui avait ouvert une enquête pour «abus de confiance», toujours en cours. Début février, le logement de fonction à Bercy d'Alain Griset avait été perquisitionné.

D'éventuelles prises illégales d'intérêt épinglées

L'annonce du procès contre le ministre des PME intervient deux semaines après celle des poursuites engagées le 16 juillet contre Eric Dupond-Moretti, mis en examen par des magistrats de la Cour de justice de la République (CJR) pour «prise illégale d'intérêts».
 

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

https://francais.rt.com/france/89131-ferrand-dupond-moretti-darmanin-alain-griset-un-nouveau-ministre-face-justice-sous-macron
 

Tag(s) : #Clan Macron
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :