Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Photo : Xi (au centre) lors du défilé militaire organisé pour le 70e anniversaire de la création de la République populaire de Chine, le 1er octobre 2019 à Pékin. (Photo par Andrea Verdelli/Getty Images)

Gatestone Institute

Xi Jinping juge l'influence étrangère déjà trop importante au sein de la société chinoise et aimerait limiter au maximum la part du offshore dans le capital des entreprises chinoises. Les investisseurs étrangers oublient trop souvent que le dirigeant chinois est volontaire et fera ce qu'il veut. Il ne serait pas surprenant que Xi ordonne une campagne de harcèlement des entreprises étrangères et que des mesures soient prises pour obliger les investisseurs étrangers à quitter son pays. 

Gordon G. Chang  •  23 juillet 2021

  •  

  • Les VIE, comme on les nomme, contournent la loi chinoise qui interdit à des capitaux étrangers de prendre le contrôle des entreprises technologiques chinoises. Ils représentent une série d'arrangements contractuels complexes qui donnent aux actionnaires étrangers tous les avantages économiques de la propriété.

  • Certains croient que si Pékin sortait publiquement un VIE de la légalité – en d'autres termes, si une décision politique expropriait un porteur de parts étranger – il déclencherait un processus de type nucléaire qui bloquerait l'entrée des entreprises chinoises sur les marchés boursiers étrangers. Ils en concluent que cela ne peut pas arriver. L'annulation de dernière minute de l'introduction d'Ant Group à la bourse à Hong Kong et Shanghai en novembre dernier, a montré que Xi Jinping est prêt à tout pour protéger son système.

  • Beaucoup oublient que le communisme chinois est intrinsèquement hostile au secteur privé en général et aux étrangers en particulier. La pseudo « ère des réformes » qui, à partir de 1978 et trois décennies durant, a libéralisé et ouvert au monde l'économie et le système financier chinois, cette ère des réformes est désormais terminée...

  • Xi Jinping juge l'influence étrangère beaucoup trop importante au sein de la société chinoise et aimerait limiter autant que possible la part du offshore dans le capital des entreprises chinoises. Il ne serait pas surprenant qu'il ordonne une campagne de harcèlement des entreprises étrangères et que des mesures soient prises pour obliger les investisseurs étrangers à quitter son pays. La structure douteuse du VIE donne à Xi l'excuse parfaite pour sortir les étrangers du capital des entreprises prospères de haute technologie de son pays.

  • Les investisseurs étrangers oublient trop souvent que le dirigeant chinois est volontaire et fera ce qu'il veut. « Ce que dit Xi Jinping, Xi Jinping le fait », a clairement expliqué Bartiromo. « C'est la seule définition de la loi.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :