Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cambriolage du FBI en 1971 : les Snowden des 70's sortent du bois | Le  HuffPostJULIAN ASSANGE, UNE VIE - POUR.press

Un témoin clé du procès Assange avoue avoir inventé ses accusations

 

Un informateur du FBI sur lesquels les Etats-Unis ont fondé certains aspects de l’acte d’accusation contre Julian Assange, l’éditeur de WikiLeaks emprisonné, a maintenant admis qu’il avait fabriqué les preuves.

Source : Consortium News, Joe Lauria
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Dans un article paru samedi dans une publication islandaise, Sigudur « Sigi » Ingi Thordarson a déclaré avoir inventé l’allégation selon laquelle Assange lui aurait demandé de pirater un ordinateur gouvernemental. Ce témoignage a joué un rôle clé dans l’acte d’accusation contre Assange pour conspiration en vue de commettre une intrusion informatique.

Thordarson, 28 ans, est désigné comme « adolescent » dans la partie de l’acte d’accusation qui porte sur les événements survenus en Islande, où Assange travaillait en 2010. L’acte d’accusation allègue que « au début de 2010, Assange a demandé à l’adolescent de commettre des intrusions informatiques et de voler des informations supplémentaires, notamment des enregistrements audio de conversations téléphoniques entre de hauts fonctionnaires du gouvernement du pays de l’OTAN [l’Islande], y compris des membres du Parlement du pays de l’OTAN. »

Thordarson a maintenant déclaré à la publication Stundin qu’il s’agissait d’un mensonge. La publication rapporte :

« En fait, Thordarson confirme maintenant au Stundin qu’Assange ne lui a jamais demandé de pirater ou d’accéder aux enregistrements téléphoniques des députés. Il affirme maintenant avoir reçu des fichiers d’une tierce partie qui prétendait avoir enregistré des députés et avoir proposé de les partager avec Assange sans avoir la moindre idée de ce qu’ils contenaient réellement. Il affirme n’avoir jamais vérifié le contenu des fichiers ni même s’ils contenaient des enregistrements audio comme le suggérait sa source tierce. Il admet en outre que l’affirmation selon laquelle Assange lui aurait demandé d’accéder à des ordinateurs afin de trouver de tels enregistrements est fausse. »

This is the end of the case against Julian Assange. https://t.co/bhFCfVBuq0

— Edward Snowden (@Snowden) June 26, 2021

Le témoignage de Thordarson figure dans un acte d’accusation complémentaire déposé par le ministère de la Justice des États-Unis, qui visait à renforcer l’accusation de complot en vue de commettre une intrusion dans un ordinateur contre Assange, passible d’une peine maximale de cinq ans de prison. L’acte d’accusation incrimine également Assange en vertu de la loi sur l’espionnage pour possession et diffusion non autorisées d’informations de défense, ce qui pourrait lui valoir 170 ans de prison supplémentaires.

D’autres inventions « adolescentes »

L’acte d’accusation contre Assange allègue que « Assange et l’adolescent ont échoué dans leur tentative commune de décrypter un fichier volé dans une banque du pays de l’OTAN. » Stundin rapporte :

« Thordarson confirme au Stundin que cela fait en fait référence à un événement très médiatisé dans lequel un fichier crypté a été divulgué d’une banque islandaise et supposé contenir des informations sur des prêts en défaut fournis par la Landsbanki islandaise. La banque a fait faillite à l’automne 2008, comme presque toutes les autres institutions financières islandaises, et a plongé le pays dans une grave crise économique. À cette époque, à l’été 2010, le fichier a été partagé par de nombreux internautes qui ont tenté de le décrypter dans le but de révéler, dans l’intérêt public, ce qui a précipité la crise financière. Rien ne permet d’affirmer que ce fichier a été « volé » en tant que tel, car il est supposé avoir été distribué par des dénonciateurs de l’intérieur de la banque en faillite. »

L’acte d’accusation allègue que « début 2010, une source a fourni à Assange des informations d’identification permettant d’obtenir un accès non autorisé à un site Web utilisé par le gouvernement du pays de l’OTAN pour localiser les véhicules de la police et des premiers secours, et a accepté qu’Assange utilise ces informations d’identification pour obtenir un accès non autorisé au site Web. »

Mais Thordarson a déclaré au Stundin « qu’on lui avait donné cet accès de manière routinière en raison de son travail de premier répondant alors qu’il était bénévole pour une équipe de recherche et de sauvetage ». Il affirme également qu’Assange n’a jamais demandé un tel accès.

 

Sigurdur Thordarson à bord d’un hélicoptère à New York, mars 2011. (Wikimedia Commons).

Le reportage de Stundin est également basé sur des relevés de discussions entre Thordarson et WikiLeaks que Thordarson a mis à la disposition de la publication. L’acte d’accusation affirme que Thordarson a servi de liaison entre WikiLeaks et divers groupes de pirates informatiques. Mais Stundin rapporte :

« Les rapports de discussion ont été recueillis par Thordarson lui-même et donnent une image complète de ses communications lorsqu’il était volontaire pour Wikileaks en 2010 et en 2011. Il s’agit de ses discussions avec le personnel de WikiLeaks ainsi que de communications non autorisées avec des membres de groupes de pirates internationaux avec lesquels il est entré en contact grâce à son rôle de modérateur sur un forum IRC WikiLeaks ouvert, qui est une forme de chat en ligne en direct. Rien n’indique que le personnel de WikiLeaks ait eu connaissance des contacts de Thordarson avec les groupes de pirates susmentionnés, et les rapports montrent en fait qu’il s’est clairement trompé. »

Les rapports de discussion montrent que Thordarson a demandé à plusieurs reprises à ces groupes d’effectuer des piratages. Mais « Stundin ne peut trouver aucune preuve que Thordarson ait reçu l’ordre de faire ces demandes par quiconque au sein de WikiLeaks. Thordarson lui-même ne le prétend même pas, bien qu’il explique que c’est quelque chose dont Assange était conscient ou qu’il avait interprété de telle sorte que l’on attendait cela de lui. Il ne peut expliquer comment cette supposée communication non verbale a eu lieu. » Il poursuit :

« En outre, il n’a jamais expliqué pourquoi WikiLeaks serait intéressé à s’attaquer à des intérêts en Islande, surtout à un moment aussi sensible, alors qu’ils étaient en train de publier une énorme quantité de câbles diplomatiques américains dans le cadre d’un partenariat médiatique international. Assange n’est pas connu pour avoir eu des griefs avec les autorités islandaises et travaillait en fait avec des membres du parlement pour mettre à jour les lois islandaises sur la liberté de la presse pour le XXIe siècle. »

Après que WikiLeaks ait soupçonné Thordardson d’avoir volé 50 000 dollars de dons, « l’adolescent » a offert ses services d’informateur à l’ambassade des États-Unis à Reykjavik en août 2011. À cette époque, Thordardson était en contact avec le hacker Hector Xavier Monsegur, connu sous le nom de Sabu, qui avait été arrêté et transformé en informateur du FBI. En collaboration avec le FBI, Sabu a organisé le piratage de plusieurs institutions gouvernementales islandaises. Stundin rapporte :

« Ögmundur Jónasson, ministre de l’Intérieur à l’époque et, en tant que tel, chef politique de la police et du ministère public, déclare à propos des activités américaines : « Ils essayaient d’utiliser des choses ici [en Islande] et d’utiliser des gens dans notre pays pour tisser une toile, une toile d’araignée qui permettrait d’attraper Julian Assange. »

Un acte d’accusation douteux

Chelsea Manning en 2017. (Vimeo

Étant donné les questions relatives au Premier amendement soulevées par l’affaire de l’Espionage Act contre un éditeur, Stundin souligne que les accusations informatiques contre Assange ont pris une nouvelle tournure. En pesant un acte d’accusation contre Assange en 2010, l’administration Obama, en la personne du vice-président de l’époque Joe Biden, a déclaré qu’elle cherchait à prouver qu’Assange n’avait pas simplement reçu des informations de défense volées, mais avait participé à leur obtention.

« S’il a conspiré avec un membre de l’armée américaine pour obtenir ces documents classifiés, c’est fondamentalement différent de ce qui se passe si quelqu’un vous les apporte sur un plateau d’argent pour les confier… à un journaliste, voici du matériel classifié », a déclaré Joe Biden en décembre 2010. L’administration Obama n’a jamais inculpé Assange.

L’allégation centrale de l’accusation d’intrusion informatique de l’administration Trump est qu’Assange était un « pirate » et qu’il a travaillé avec sa source, l’analyste du renseignement de l’armée américaine Chelsea Manning, pour craquer un mot de passe et voler les documents du gouvernement américain.

Thordarson a joué un rôle clé en soutenant le dossier de l’administration Trump selon laquelle Assange s’est livré au piratage lorsqu’il a été interrogé à la fois en Islande, puis après avoir été transporté par avion à Washington en 2019 aux frais des contribuables américains. Stundin rapporte également qu’il a bénéficié d’un accord d’immunité de la part des autorités américaines.

One year ago WikiLeaks predicted the DOJ would rely on a convicted fraudster, Sigurdur Thordarson, to make up more bogus claims:

June 7 2019 @Wikileaks Press Release ‘DOJ preparing to file additional indictment against #Assange based on testimony by a convicted conman’ pic.twitter.com/9q0aYmCJjM

— WikiLeaks (@wikileaks) June 25, 2020

La déclaration du Department of Justice (DOJ) lors de la publication de l’acte d’accusation complémentaire en juin 2020 disait :

« Le nouvel acte d’accusation n’ajoute pas de chefs d’accusation supplémentaires au précédent acte d’accusation complémentaire de 18 chefs d’accusation rendu contre Assange en mai 2019. Il élargit toutefois la portée de la conspiration entourant les intrusions informatiques présumées dont Assange a été précédemment accusé. Selon le document d’accusation, Assange et d’autres personnes de WikiLeaks ont recruté et se sont entendus avec des pirates informatiques pour commettre des intrusions informatiques au profit de WikiLeaks. […]

En outre, la conspiration de piratage élargie continue d’alléguer qu’Assange a conspiré avec l’analyste du renseignement de l’armée Chelsea Manning pour craquer un mot de passe d’un ordinateur classifié du département de la Défense des États-Unis. »

L’acte d’accusation allègue qu’Assange aidait Manning à se connecter en tant qu’administrateur à un système auquel elle avait légalement accès (comme le souligne l’acte d’accusation lui-même), non pas pour accéder à des informations classifiées, mais plutôt pour télécharger des jeux vidéo, des films et des vidéos musicales interdits au personnel militaire américain, ont fait valoir les avocats d’Assange au cours de la première semaine de son audience d’extradition en février 2020 à la Woolwich Crown Court, à côté de la prison de Belmarsh à Londres, où Assange est toujours détenu malgré le rejet de sa demande d’extradition pour des raisons de santé. Les États-Unis ont fait une demande d’appel auprès de la Haute Cour du Royaume-Uni.

Si cela s’est produit, c’est du journalisme de routine.

 

Le regretté Robert Parry.

 

En 2010, Robert Parry, journaliste d’investigation et fondateur de ce site web, a écrit que le projet de l’administration Obama d’inculper Assange « pour conspiration avec le soldat Bradley Manning en vue d’obtenir des secrets américains, frappe au cœur du journalisme d’investigation sur les scandales de sécurité nationale. »

Parry écrivait :

« C’est parce que le processus permettant aux journalistes d’obtenir des informations classifiées sur des crimes d’État implique le plus souvent qu’un journaliste persuade un fonctionnaire d’enfreindre la loi, soit en remettant des documents classifiés, soit au moins en parlant des informations secrètes, il y a presque toujours un certain niveau de « conspiration » entre le journaliste et la source. » [C’est nous qui soulignons].

Parry a donc admis avoir encouragé ses sources à remettre des informations classifiées, même si cela signifiait commettre le crime moins grave de la fuite de secrets gouvernementaux, si cela pouvait aider à empêcher qu’un crime plus important soit commis. De cette façon, Assange a encouragé Manning à remettre des documents tels que la vidéo « Collateral Murder » dans l’espoir qu’elle puisse mettre fin à la guerre illégale en Irak.

« Dans la plupart des cas, j’ai joué un rôle – petit ou grand – pour trouver les informations classifiées ou convaincre un fonctionnaire de divulguer certains secrets. Le plus souvent, j’étais l’instigateur de ces « conspirations », écrit Parry.

Il ajoutait :

« Qu’il s’agisse de cajoler un fonctionnaire nerveux pour qu’il révèle un secret ou d’exploiter un accès non autorisé à des documents classifiés – cela fait partie des tâches d’un journaliste d’investigation qui couvre les abus en matière de sécurité nationale. La règle traditionnelle est que c’est le travail du gouvernement de cacher les secrets et le travail du journaliste de les découvrir. »

L’acte d’accusation lui-même contre Assange indique clairement qu’il essayait simplement de protéger l’identité de sa source. Il est dit : « Une telle mesure aurait rendu plus difficile pour les enquêteurs d’identifier Manning comme la source de divulgations non autorisées d’informations classifiées. »

Dismantling the persecution of #Assange:
2019: UK torture & arbitrariness exposed
2019: Swedish rape allegations collapse
2020: Embassy surveillance exposed
2021: US prisons declared inhumane
2021: US hacking allegations collapse
Time to end this travesty!
https://t.co/1uzdtPhd1u

— Nils Melzer (@NilsMelzer) June 26, 2021

Pas « techniquement possible »

L’accusation de complot en vue de commettre une intrusion dans un ordinateur a encore été mise à mal lors de la reprise de l’audience d’extradition d’Assange en septembre par le témoignage de l’expert en informatique Patrick Eller. Il a déclaré à la barre des témoins qu’il n’était pas techniquement possible pour Manning de craquer le mot de passe et que même si cela avait été le cas, cela n’aurait pas aidé Manning à accéder aux fichiers.

« Manning avait déjà un accès légitime à toutes les bases de données à partir desquelles elle a téléchargé des données » a déclaré Eller dans ses observations écrites au tribunal. « Se connecter à un autre compte utilisateur ne lui aurait pas fourni plus d’accès qu’elle n’en possédait déjà. »

Il a ajouté :

« Elle avait déjà l’autorisation [d’accéder aux ensembles de données]. Je ne vois pas en quoi le fait de craquer le mot de passe pour accéder au compte d’utilisateur FTP permettrait d’obtenir un quelconque anonymat. Même si Manning était en fait connectée au compte utilisateur FTP plutôt qu’à son propre compte normal, cela n’aurait aucun effet sur le suivi. Le simple fait de se connecter à un autre compte d’utilisateur local sur l’ordinateur (comme le compte d’utilisateur FTP) ne rendrait pas du tout Manning anonyme, car l’adresse IP de l’ordinateur resterait la même quel que soit le compte d’utilisateur utilisé. »

Eller a témoigné qu’il n’était pas techniquement possible pour Manning de faire ce que le gouvernement a allégué parce que Microsoft a publié un correctif en décembre 1999 pour se protéger contre une attaque en chiffrant fortement le mot de passe. L’acte d’accusation admet que la tentative de Manning de se connecter sous un mot de passe administratif a échoué.

Qui était « Nathaniel Frank » ?

Toute l’argumentation du gouvernement sur l’accusation de conspiration en vue de commettre une intrusion dans un ordinateur repose sur l’hypothèse que Manning parlait avec Assange dans une discussion sur Jabber lorsqu’ils ont discuté du mot de passe en mars 2010. Le relevé de chat, obtenu par le gouvernement américain, montre que Manning discutait avec un dénommé « Nathaniel Frank ». Il n’a pas été prouvé en cour que Frank était Assange.

WikiLeaks a qualifié Thordarson « de sociopathe diagnostiqué, d’escroc condamné et de criminel sexuel » qui s’était fait passer pour Assange afin de détourner de l’argent de WikiLeaks. Thordarson a été condamné en 2014 pour ce vol alors qu’il était un informateur du FBI.

WikiLeaks n’a pas allégué que Frank était Thordarson, qui ne travaillait pas encore avec le FBI en 2010. Mais c’est au moment de la discussion sur Jabber qu’il a commencé à travailler bénévolement pour WikiLeaks. L’acte d’accusation contre Assange dit : « Au début de 2010, à peu près au même moment où Assange travaillait avec Manning pour obtenir des informations classifiées, Assange a rencontré un jeune de 17 ans dans le pays de l’OTAN (l’adolescent). »

Le « témoin vedette » du nouvel acte d’accusation complémentaire est un sociopathe diagnostiqué, un escroc condamné, un abuseur d’enfants et un informateur du FBI qui a été reconnu coupable en Islande de s’être fait passer pour #Assange. https://t.co/Gd249hthhj – WikiLeaks (@wikileaks) 25 juin 2020

Joe Lauria est rédacteur en chef de Consortium News et ancien correspondant du Wall Street Journal, du Boston Globe, du Sunday Times de Londres et de nombreux autres journaux. Il a débuté sa carrière professionnelle en tant que stringer pour le New York Times. Il peut être joint à l’adresse joelauria@consortiumnews.com et suivi sur Twitter @unjoe

Source : Consortium News, Joe Lauria, 27-06-2021
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Tag(s) : #Julian Assange
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :