Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

«Macon 1er» : après l'avoir grimé en Hitler, l'afficheur varois travestit Macron en monarque

«Macon 1er» : après l'avoir grimé en Hitler, l'afficheur varois travestit Macron en monarque

 

RT France

Michel-Ange Flori, contre qui Emmanuel Macron a déposé plainte après que celui-ci l'a grimé en Adolf Hitler, a dans un nouveau montage affiché une image du chef de l'Etat déguisé en monarque, rebaptisé «Macon 1er».

La plainte déposée par Emmanuel Macron ne l'aura pas découragé : Michel-Ange Flori, l'afficheur varois à l'origine de la caricature du chef de l'Etat en Adolf Hitler récemment placardée dans le sud de la France, vient de créer une nouvelle affiche représentant cette fois le président de la République en monarque du XVIIIe siècle, rebaptisé «Macon 1er» et accompagné de la légende «ceci n'est pas un montage».

Sur son compte Facebook, Michel-Ange Flori a publié une photo de sa nouvelle affiche, accompagnée de ce message : «L’insignifiant Macon 1er voyant la fin de son règne s'approcher et n’ayant plus de solution au déroulement chaotique de son destin finit par se venger en poursuivant un de ses sujets pour blasphème.»

L’insignifiant MACON 1er voyant la fin de son règne s’ approcher et n’ayant plus de solution au déroulement chaotique de son destin finit par se venger en poursuivant un de ses sujets pour blasphème.

Ce commentaire fait référence à la plainte à l'encontre de Michel-Ange Flori déposée par Emmanuel Macron pour l'affiche où le chef de l'Etat était grimé en Adolf Hitler, accompagné du slogan : «Obéis et fais-toi vacciner.» L'affichage avait été disposé à la Seyne-sur Mer et à Toulon lors du week-end du 17 et 18 juillet et une enquête pour injure publique avait alors et été ouverte le 20 juillet. L'afficheur, qui risque jusqu’à 12 000 euros d’amende, n'en est pas à son coup d'essai. Il a déjà été condamné en juin 2019 à verser 32 000 euros à BMFTV pour avoir placardé à Toulon des affiches en 4x3 reprenant un visuel de mai 68 agrémenté de la phrase suivante : «La police vous parle tous les jours sur BFMTV.»

 

Macron grimé en Hitler :

«Ce n'est pas de la liberté d'expression»,

  estime Clément    Beaune

 

Interrogé sur les affiches représentant le chef de l'Etat en Adolf Hitler, le secrétaire d'Etat a estimé qu'«on a franchi les bornes» et que cette action tombait «sous le coup de la loi», ce qui a suscité les réactions de responsables politiques.

Interrogé le 29 juillet sur LCI à propos de la plainte a déposé par Emmanuel Macron contre Michel-Ange Flori – l'afficheur qui avait placardé à Toulon et à la Seyne-sur Mer des affiches du chef de l'Etat grimé en Adolf Hitler – le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Clément Beaune a estimé qu'il ne s'agissait pas de liberté d'expression, et que cette action tombait «sous le coup de la loi». 

Après qu'on lui ait demandé si Emmanuel Macron entendait «marquer le coup» en portant plainte, Clément Beaune s'est exprimé en ces termes : «J'imagine, mais on a franchi les bornes là. Ce n'est pas de la liberté d'expression, du débat sympathique. Une caricature – que ce soit du président, ou de toute autre personne – en Hitler, ça tombe sous le coup de la loi.

Ça n'empêche pas Nicolas                     Ça n'empêche pas Nicolas

 

Et déjà "Le Monde" est accusé d'avoir évoqué Macron en Hitler (30 décembre 2018)

Le premier tilt vient de Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale, poste qui n'empêche pas visiblement de laisser entendre que les graphistes du Monde cacheraient dans leur couv' des comparaisons entre Emmanuel Macron et un sinistre moustachu.
 
 
Image


 

Tag(s) : #Caricatures
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :