Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les urgences de Senlis fermées du 31 juillet au 2 octobre

 

Depuis la fin du mois de juillet, impossible de se faire soigner aux urgences de Senlis : le service est totalement fermé au public. En raison d’un manque d’effectifs, la direction du Groupe hospitalier public du sud de l’Oise (GHPSO) avait dû renoncer à une ouverture réduite, sous la pression du personnel soignant. Celui-ci jugeait l’organisation envisagée « aberrante ». Jusqu’au 1er octobre, la totalité des activités des urgences adultes sont désormais regroupées sur le site de Creil.

Une situation inacceptable pour le Comité de défense et de soutien de l’hôpital de Senlis qui vient de lancer une pétition pour demander la réouverture de ce service « dans les meilleurs délais ». « Une situation assez unique dans les Hauts de France, déplorent les auteurs. Les habitants d’un bassin de vie rural ont aussi droit à l’accès aux soins. »

Ce lundi, le texte a recueilli un peu plus de 500 signatures.


« C’est assez exceptionnel une telle fermeture de site », assure Véronique Pruvost Bitar, présidente du comité de défense. Et de dénoncer le manque d’alternatives présentées face à une situation inédite : « Beaucoup d’hôpitaux ont des problèmes de recrutement l’été, mais ils s’organisent quand même pour éviter que certaines populations aient un accès au loin de plus en plus éloigné de chez eux. »

«Il n’y a pas que les Senlisiens qui vont dans ces urgences»

Car la situation pourrait rapidement devenir préjudiciable pour les habitants du territoire. « Pensez à la distance entre Crépy-en-Valois et Creil ou encore Nanteuil-le-Haudouin et Creil… Il n’y a pas que les Senlisiens qui vont dans ces urgences, c’est tout le sud-est de l’Oise qui est drainé par l’hôpital de Senlis. » Avec la pétition, le collectif entend bien mobiliser le plus grand nombre. « Si la population ne réagit pas massivement pour montrer qu’elle est contre la fermeture, elle risque de la subir définitivement », alerte Véronique Pruvost Bitar.

 
 
Avec Macron, c'est toujours le démantèlement de l'hôpital public

 

Sur les réseaux sociaux, la publication du comité de défense de l’hôpital n’a pas manqué de faire réagir de nombreux internautes. « On ferme la maternité à Creil, on la transfère à Senlis et maintenant c’est au tour des urgences de Senlis », gronde l’un. « Fermer un service d’urgence en pleine pandémie, il y a quand même de quoi se poser des questions », râle un autre. « C’est vraiment déplorable sachant que les urgences de Creil sont toujours blindées l’attente va être très longue », estime une autre habitante.

Tag(s) : #Santé Hôpitaux
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :