Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Imagehttps://www.challenges.fr/assets/img/2021/06/18/cover-r4x3w1000-6133e5d314150-42f0d393ce200ee11204937e7688ae9f09791bea-jpg.jpg

Le débat est le moyen d’exposer ses arguments, de faire valoir les divergences, de chercher à convaincre. En soi il n’est en rien condamnable. Dans un cadre démocratique, tous doivent pouvoir y accéder, nul ne doit en être exclu.

Mais lorsqu’on est candidat à la présidence de la République, qu’on se veut premier opposant au pouvoir, qu’on aspire à gagner, alors c’est avec le premier ministre ou le président qu’on cherche à débattre, parce que ce sont eux les porteurs de la politique à défaire.

En choisissant le débat avec un éditorialiste au nom du combat contre l’extrême droite, on fait de l’extrême droite l’ennemi principal. Mais il s’agit d’un leurre.

Le porteur de la vraie politique autoritaire tournée contre le peuple, c’est Macron et personne d’autre. C’est lui qui a fait tirer sur le peuple, c’est lui qui assume la casse sociale, c’est lui qui engage toutes les réformes au compte du capital.

Et c’est Macron qui comme en 2017 dira en 2022, du moins espéré t’il être en situation de le dire au 2ème tour, « les fascistes d’un côté, les démocrates de l’autre ». Et comme en 2017, au nom de l’anti fascisme les belles âmes de gauche appelleront à faire barrage.

Pour revenir au présent, Zemmour remplit la fonction du leurre. Et Mélenchon se marginalise en préparant objectivement des lendemains catastrophiques.

Jacques Cotta

Tag(s) : #Politique française, #Melenchon-Zemmour
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :