Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Illustration reprise sur 

 

Tel un virus, le néolibéralisme produit des variants qui impactent la santé physique et mentale des individus tout comme la démocratie et les institutions. L’Union européenne est l'un de ceux-là, tout comme Macron est l'un de ses agents les plus pathogènes. Il est aussi l'un des plus contaminants.

 

Alerte : mutation du virus néolibéral !

La dernière mutation du néolibéralisme, le dernier variant, est une machine de guerre contre les peuples.
Contrairement à tous les dogmes établis et déclarations proclamées pendant des années, l’Union européenne engage désormais les États, sous prétexte de lutter contre la “pandémie”, à s’endetter toujours plus (et en France y compris sur le dos des organismes sociaux mutualisés que sont la Sécurité sociale et Pôle emploi). Le pacte de stabilité et de croissance, et donc, l’obligation imposée aux gouvernements de tendre vers un budget en équilibre, a été suspendu jusqu’en 2021. Mais à y regarder de plus près, le pseudo plan de relance  de l’UE (qui nous “prête” notre propre argent à des coûts exorbitants !) ouvre la porte à l’obligation pour les États d’absorber les pertes du secteur privé dans leur budget, jusqu’à les annuler : les pertes du secteur privé (et la dette pour combler le déficit) doivent être absorbées, en tout ou partie, par les budgets publics. L’augmentation de la dette publique est devenue une caractéristique permanente des économies capitalistes et s’accompagnera de l’annulation de la dette privée comme ce fut le cas au bénéfice des banques  lors de la crise financière de 2008.

Tous les variants néolibéraux nous injectent le même message génétiquement frelaté, le même vieux mantra : si les entreprises redémarrent, l’emploi reprendra. C’est faux. C’est un mensonge “les yeux dans les yeux” et une manipulation. Comme l’a dénoncé Oxfam (rapport intitulé « The profits pandemic »), en pleine pandémie  mondiale, des dizaines de milliards de dollars de profits ont été distribués aux actionnaires par les grandes entreprises et les multinationales, au détriment du niveau d’emploi, de la qualité du travail, des activités de recherche et de développement, des technologies respectueuses du climat, de la conversion des processus de production, ainsi que du paiement d’une part équitable des taxes, qui génèrent les ressources publiques nécessaires aux États pour financer les services publics notamment.

Poison violent et coup d’Etat par étapes

Le virus néolibéral est un poison violent pour les peuples et ses divers variants ne sont que son adaptation à marche forcée aux différentes histoires nationales des pays de l’UE. La mainmise de l’UE néolibérale sur les peuples se fait selon la méthode du “coup d’État par étapes” : simplification, création d’infrastructures dédiées au libre échange (exemple le tunnel Lyon-Turin), paupérisation et division du monde du travail par la précarité et la flexibilité accrues, réformes structurelles, privatisations, socialisation des pertes par l’État et les institutions publiques, privatisation des bénéfices, soutien sans contreparties aux entreprises  afin qu’elles deviennent toujours plus tentaculaires et plus mondialisées, soutien inconditionnel des banques pour les débarrasser de leurs « soucis » historiques et conforter leur position de domination…

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

https://www.pardem.org/virus-neoliberal-le-variant-macron

Tag(s) : #Macron
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :