Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

«Pour eux, je suis de la viande fraîche» : Assange sur les fuites d'un complot américain le visant

Julian Assange, le 1er février 2012, à Londres (image d'illustration)

 

RT france



 

Julian Assange a réagi aux récentes révélations au sujet d'un projet fomenté à Washington consistant à l'enlever et à l'assassiner. De son côté, l'ancien directeur de la CIA Mike Pompeo a appelé à poursuivre les responsables de ces révélations.

Dans la foulée de la publication par Yahoo News d'un article explosif qui, se basant sur les témoignages de multiples sources au sein du renseignement américain, a confirmé l'existence d'un projet fomenté en 2017 à Washington, consistant à enlever et assassiner Julian Assange, alors confiné dans l'ambassade d'Equateur à Londres, le magazine Le Point s'est entretenu avec les avocats français et belge du fondateur de WikiLeaks.

 

Après plusieurs mois sans avoir pu le voir, ces derniers ont rendu visite à leur client le 30 septembre dans la prison britannique de haute sécurité où il est enfermé depuis le mois d'avril 2019.

Pour eux, je suis de la viande fraîche

Au cours de cette rencontre, le ressortissant australien a partagé avec ses interlocuteurs sa conviction d'être l'une des principales cibles d'un dispositif mis au point par Washington après le 11 septembre 2001 : un système d’espionnage à l'échelle internationale qui, au delà de ses ambitions en matière de lutte antiterroriste, ciblerait aussi dissidents et lanceurs d'alerte, relate Le Point. «Pour eux, je suis de la viande fraîche», a confié à ses avocats Julian Assange, cité par le magazine.

Sous écrou depuis près d'une trentaine de mois dans les services pénitentiaires de Sa Majesté, le ressortissant australien a pour l'heure échappé de peu à la demande américaine de l'extrader outre-Atlantique. Cependant, la justice britannique devrait communiquer le 28 octobre ce qu'elle entend faire de Julian Assange après l'appel formulé en début d'année par l'administration Biden sur ce dossier.

Pompeo confirme la véracité de certaines révélations récentes

Quasi simultanément, une récente déclaration de l'ancien secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo – qui fut par ailleurs à la tête de la CIA entre 2017 et 2018 – est discrètement venue s'ajouter aux nombreuses pièces du puzzle Assange, dont l'assemblage interminable se poursuit désormais depuis plus d'une décennie.

«Les 30 personnes qui ont prétendument parlé à un journaliste [de Yahoo News] devraient toutes être poursuivies pour avoir mentionné des activités classifiées au sein de la CIA», a en effet déclaré Mike Pompeo durant un podcast révélé le 30 septembre par le média en ligne Yahoo News, soit quatre jours après la publication de ses révélations sur l'affaire Assange.

 

 

Fabien Rives

 
POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS
 
Tag(s) : #Julian Assange
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :