Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Histoire et société

Par  DANIELLE BLEITRACH

 

A la veille de l’ouverture de la sixième session plénière du 19e Comité central du PCC, ce document récapitule l’activité de son dirigeant, et rappelle ses principales orientations et décisions.

A ce propos il est utile de revenir sur les commentaires des médias bourgeois sur le thème du « président à vie ». Effectivement le parlement chinois a mis fin le 11 mars 2018 à la limite des deux mandats présidentiels de cinq ans. Les gouvernements bourgeois définissent eux-mêmes des mandats présidentiels de durée variable, et pour prendre un exemple récent Angela Merkel a été réélue pour quatre mandats de quatre ans. Mais il s’agissait pour Le Monde et Cie de démontrer le « totalitarisme chinois » en relevant l’entorse à une règle instaurée par Deng Xiaoping pour combattre le culte de la personnalité.

Il est cependant une règle de bon sens qu’on ne change pas une équipe qui gagne, et qu’aucun pays ne met au placard pour des motifs administratifs un dirigeant aimé et respecté, proche du peuple, et capable d’unir le pays avec une pensée politique profonde, une vision à long terme et des décisions opportunes, tant à l’échelle de son pays que globale. Xi Jinping est à l’évidence un dirigeant de stature mondiale, dont l’histoire des nations ne compte qu’un petit nombre.

La direction de Xi Jinping, comme celles de Mao Zedong et de Deng Xiaoping, coïncide avec un tournant majeur dans l’histoire de la Chine. En initiant l’ère « modérément prospère » du socialisme, la Chine doit procéder à plusieurs changements d’orientation, rendus nécessaires par le développement économique lui-même et par ses aspects négatifs. D’autre part son développement provoque un saut qualitatif dans l’équilibre économique mondial, correspondant à la fin de l’hégémonisme américain, évincé par le multilatéralisme. Cette transformation historique s’oppose à la cause qui lui donne naissance, comme le courant induit dans une bobine suivant la loi de Faraday. Et la superpuissance US a déclenché en 2020 une guerre « hors limites », sous la forme du protectionnisme, de la propagande, de la diplomatie de guerre, de la subversion et de la guerre froide, puis elle a cherché à s’assurer le soutien du second monde impérialiste qu’elle écrase par ailleurs, menaçant la paix mondiale.

Mais en saisissant l’orientation générale, l’aspect qui se développe et non celui qui décroît, Xi Jinping a avancé et maintenu la thèse de la “communauté de destin pour l’humanité”, correspondant à une époque de développement de la mondialisation et du multilatéralisme où aucun des impérialismes vaincus n’est en mesure de remplacer l’hégémonisme US.

Nous sommes donc à la veille d’un bouleversement inédit dans l’histoire de l’humanité, et dont les enjeux imprègnent notre propre révolution. (note et traduction de XUAN pour histoireetsociete)

 

_________________________

Profil : Xi Jinping,

l’homme qui dirige le PCC dans une nouvelle Odyssée

Par Xinhua

Tout au long de 2021, année particulière dans l’histoire de la Chine, le programme de Xi Jinping a été chargé.


Au cours des derniers mois, il s’est adressé à une cérémonie marquant le centenaire du Parti, a annoncé la réalisation d’une société modérément prospère à tous égards, a inspecté le Tibet, s’est entretenu avec des astronautes travaillant à la première station spatiale chinoise, a assisté à des réunions en ligne des Nations Unies et a tenu des appels téléphoniques ou des entretiens vidéo avec des dirigeants mondiaux, dont le président russe Vladimir Poutine et le président américain Joe Biden.

La semaine prochaine, Xi, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), participera à un plénum très médiatisé du Parti, la sixième session plénière du 19e Comité central du PCC. Un document historique sera déposé lors de cette importante réunion — la résolution sur les principales réalisations et l’expérience historique des 100 ans d’efforts du PCC.


Peu de partis politiques dans le monde pourraient se vanter d’une histoire aussi longue et d’une période ininterrompue de gouvernance de l’État. Le PCC est le parti au pouvoir en Chine depuis 72 ans. Actuellement, Xi est au cœur de la direction du PCC. Avant lui, des générations de dirigeants collectifs centraux avaient traversé les décennies avec Mao Zedong, Deng Xiaoping, Jiang Zemin et Hu Jintao comme principaux représentants.


Depuis qu’il a été élu secrétaire général du Comité central du PCC en novembre 2012, Xi est perçu comme un homme déterminé et d’action, un homme aux pensées et aux sentiments profonds, un homme qui a hérité d’un héritage mais qui ose innover, et un homme qui a vision prospective et s’engage à travailler sans relâche.

Sous sa direction, la Chine devient un pays puissant et entre maintenant dans une ère de puissance, selon Channel News Asia.



Dans ce nouveau voyage, Xi est sans aucun doute la figure centrale pour tracer le cours de l’histoire. Comment dirigera-t-il le Parti face aux opportunités et aux défis ? Comment va-t-il ramener la Chine sur le devant de la scène mondiale ? Aujourd’hui, le monde regarde Xi de près comme il y a neuf ans.


AVANCER AVEC LES MASSES


En septembre, lors d’une inspection du village de Gaoxigou dans le nord-ouest de la province du Shaanxi, Xi s’est arrêté sur des terres agricoles pour vérifier les récoltes et discuter avec des villageois travaillant dans les champs. Xi a salué les réalisations de la réduction de la pauvreté locale. Gaoxigou était autrefois un village appauvri ; elle est aujourd’hui prospère grâce aux efforts inlassables des cadres et des villageois.

C’est en 1974 à Liangjiahe dans le Shaanxi, à environ 150 km de Gaoxigou, que Xi a rejoint le Parti. Il n’avait que 15 ans lorsqu’il est arrivé à Liangjiahe en 1969 en tant que “jeune instruit“. Il passera les sept années suivantes à vivre dans le petit village du plateau rural de Loess ; à la fin d’une journée de travail, il retournait dans sa maison troglodyte primitive et dormait sur un simple lit d’argile. Il lui faudra 38 ans et plusieurs affectations à différents niveaux de la hiérarchie du Parti avant qu’il ne soit élevé au poste le plus élevé.


Après avoir rejoint le PCC, Xi est devenu secrétaire du Parti de Liangjiahe. En le décrivant, l’un de ses collègues du village a déclaré que Xi “travaillait consciencieusement, avait de nombreuses idées et pouvait unir le peuple et les cadres”.

Se rappelant son séjour dans le village appauvri, Xi a déclaré que ce qu’il voulait plus que tout, c’était permettre aux villageois d’avoir de la viande dans leurs assiettes.
Pour améliorer la vie de ceux qui habitaient la communauté, Xi a lancé divers projets, notamment des puits, des champs en terrasses et des fosses génératrices de méthane. Ces projets « simples » ont un impact significatif sur la vie, le travail et le ressenti des villageois.
Pendant son temps libre, le jeune Xi a dévoré autant de livres qu’il le pouvait. En particulier, il a lu trois fois Das Kapital; ses réflexions sur l’ouvrage fondateur ont rempli 18 cahiers.

Son père, Xi Zhongxun, faisait partie de la première génération de dirigeants centraux du PCC. Xi Jinping évoquait souvent la sagesse que lui avait transmise son aîné Xi. Inspiré par un livre scolaire très apprécié, il a décidé qu’il continuerait le flambeau révolutionnaire dès son plus jeune âge.

En 1975, Xi a été admis à la prestigieuse université Tsinghua de Pékin. Après avoir obtenu son diplôme, il a d’abord travaillé au bureau général de la Commission militaire centrale avant de déménager à Zhengding, un comté du nord de la province du Hebei, en 1982.

En rappelant son déménagement à Zhengding, Xi a déclaré qu’il s’était porté volontaire pour travailler au niveau local parmi la population, ajoutant qu’il voulait “aimer les gens comme il aime ses parents”.

Après Zhengding, la carrière politique de Xi l’a conduit dans les provinces côtières du Fujian et du Zhejiang et dans la métropole de Shanghai. Partout où il allait, ses liens étroits avec le peuple étaient notables. Il a écrit des essais sincères commémorant ses amis et collègues décédés à Zhengding. Il a utilisé son propre argent pour aider à financer le traitement médical d’un villageois de Liangjiahe.

Le souci de Xi pour le peuple se voit dans tous les aspects de son travail. Zhang Hongming, l’un de ses collègues de retour dans le Zhejiang, se souvient encore de l’attitude et de l’éthique de travail de Xi lorsque la province a été frappée par des typhons.

“Même si neuf de nos dix évacuations ne servent à rien, nous devons toujours le faire pour assurer la sécurité absolue des personnes”, a déclaré Zhang, rappelant les instructions de Xi.
La philosophie centrée sur les masses de Xi explique pourquoi il a ordonné des efforts indéfectibles pour sauver des vies à tout prix pendant l’épidémie de COVID-19, a déclaré Liu Jingbei, professeur à la China Executive Leadership Academy à Pudong, Shanghai.


En 2007, Xi est retourné à Pékin pour siéger au Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC et est devenu plus tard vice-président de la Chine. Il a supervisé des domaines tels que la construction du Parti, le travail d’organisation, les affaires de Hong Kong et de Macao et les préparatifs des Jeux olympiques de 2008 à Pékin.

À 59 ans, Xi a été élevé au poste le plus élevé du Parti en novembre 2012. Environ un mois plus tard, il a bravé le froid hivernal pour rendre visite aux villageois pauvres du Hebei. S’asseyant avec eux, Xi a demandé quels étaient leurs revenus et s’ils avaient suffisamment de nourriture, suffisamment de couettes et de charbon pour rester au chaud pendant l’hiver. Xi a déclaré que son cœur s’était effondré lorsqu’il a vu que certains villageois avaient encore du mal à joindre les deux bouts.


RENFORCER LE PARTI

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

https://histoireetsociete.com/2021/11/08/qui-est-xi-jinping/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :