Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carte de l'Ukraine - Plusieurs cartes en Europe (villes, géographie...)

 
 

 

Au premier jour de mars il parait clairement que la phase de la guerre qui s'est déclenchée en Ukraine avec l'opération militaire russe le 24 février n'engage pas que la Russie et le régime ukrainien.

La guerre en Ukraine ouverte ou larvée remonte au coup d'État du Maidan à Kiev en 2014. L'engagement direct de l'armée russe n'a encore que 6 jours, et n'a pas encore "démilitarisé et dénazifié l'Ukraine" selon ses objectifs proclamés mais malgré le soulagement prématuré qui s'exprimait hier dans les médias et les chancelleries impérialistes il faut garder en tête qu'on ne peut pas sécuriser un pays de 600 000 km² et de 40 millions d'habitants en quelques jours.

Contrairement à ce que croyaient la plupart des observateurs, dont moi-même, jusqu'au 24 février, il est de plus en plus clairs que les deux camps se sont préparés au conflit bien en amont.

L'UE, l'OTAN, et donc la France sont maintenant belligérants à tous les niveaux, sauf envoi officiel de troupes. Les Russes se battent donc en Ukraine contre une coalition de tout le monde occidental.

Le plan de résistance des autorités fantoches dont Zelinsky n'est que la façade consiste à exploiter le fait que la Russie ne peut pas s'aliéner complètement la population ukrainienne si elle veut réussir un changement de régime et doit donc épargner au maximum les populations civiles. Les troupes ukrainiennes officielles qui restent fidèles au régime, et les éléments fascistes incontrôlés et les criminels sortis des prisons et armés vont donc tenter d'imiter les jihadistes d'Alep : répandre le chaos, et se fortifier à l'intérieur de zones urbaines habitées, pour utiliser la population civile comme bouclier et utiliser l'image des victimes pour leur propagande, élément central pour le façonnage de l'opinion publique des pays occidentaux, en pleine Union sacrée jaune bleue.

ils comptent aussi sur l'assistance occidentale à tous les niveaux pour tenir le plus longtemps possible en espérant décourager les Russes par la durée du conflit et pour être exfiltrés et indemnisés en cas de défaite.

On peut s'attendre à une très dure bataille pour le chaudron de Mariopoul où sont concentrés beaucoup de fascistes, le bataillon Azov et les miliciens de Pravy Sector.

Tout dépend donc de la détermination finale des Russes qui disposent sur le théâtre de guerre ukrainien d'un avantage écrasant en terme de force militaire pure mais qui doivent l'utiliser avec prudence. Cet aspect des choses ne pourrait se modifier qu'en cas d'entrée directe en guerre des Occidentaux à partir de la Pologne et des Pays Baltes, notamment par une attaque sur l'enclave de Kaliningrad. C'est cela je pense qui explique l'annonce de la mise en alerte de la force de dissuasion russe.

Un telle intervention pourrait aussi comporter des actes de piraterie à l'encontre de navires ou d'avions russes. L'attaque globale contre les avoirs russes déterritorialisés est de cet ordre.

L'affaire peut durer assez longtemps parce qu'une victoire russe probable en Ukraine centrale ne terminerait pas forcement la guerre car l'Occident qui a déjà choisi pour ses protégés la politique du pire soutiendra peut-être dans ce cas un réduit Galicien, dans les régions occidentales adossées à la Pologne, qui sont les plus hostiles à la Russie historiquement, et le berceau de la renaissance nazie dans le pays depuis l'indépendance de 1991.

L'escalade ubuesque des sanctions, le verrouillage total du débat politique sur la paix et la guerre dans les pays occidentaux,  et la tentative d'ostracisation mondiale de la Russie vont sans doute renforcer sa détermination : son entrée en guerre s'explique par l'analyse de l'expansion de l'OTAN comme menace existentielle et la réaction hystérique de cet ensemble impérial qui sent que son hégémonie mondiale est soudain défiée militairement à une échelle sans aucun précédent depuis plusieurs siècles ne fait que confirmer cette analyse. Si les combats ne cessent pas dans quelques jours la seule option qui restera pour la Russie sera la victoire totale en Ukraine, et la seule option qui restera à l'Empire Occidental pour l'empêcher sera la guerre ouverte, avec toutes ses conséquences pour l'humanité.

Ce n'est plus le moment pour les forces de progrès et pour la gauche occidentale de larmoyer sur le thème "quelle connerie la guerre", de se cacher derrière des linges jaunes et bleus et de renvoyer dos à dos "deux impérialisme"; il n'y en a qu'un. La Russie officielle a beau être capitaliste et réactionnaire, elle n'est pas sur le sentier de la guerre pour dominer le monde et l'initiative stratégique fulgurante de son gouvernement de droite autoritaire et conservateur est soutenue par son opposition communiste, la seule force politique qui ait quelque légitimité électorale dans le pays.

La dénazification de l'Ukraine les communistes en rêvaient, Poutine l'a commencé.

Les pays de l'OTAN, de leur coté qui ont lentement construit et à grand frais une "anti-Russie" en Ukraine depuis 1991 sont impériaux de manière de plus en plus ouverte, unitaire et déterminée, car ils se rendent compte que leur suprématie militaire sur le reste du monde est menacée à court terme.

Par une ruse de l'histoire,

GQ 1er mars 2022

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

http://www.reveilcommuniste.fr/2022/02/ou-l-otan-ou-poutine-pas-d-autre-alternative-pour-le-moment.html

 

Tag(s) : #Ukraine Opinion
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :