Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Kiev: les forces de l'ordre à l'assaut de Maïdan

C'était à Kiev, place Maïdan en 2014 : l'émeute activement soutenue par Washington.

U.S. Vice President Joe Biden (C) meets with U.S. troops in Maidan Wardak  province January 11, 2011. REUTERS/Omar Sobhani (AFGHANISTAN - Tags:  MILITARY POLITICS Photo Stock - Alamy

Le vice président Joe Biden place Maïdan 2014

Les Etats-Unis mesurant le recul de leur puissance dans le monde, son hégémonie disputée, son dollar menacé, Wall street et son Pentagone vont-ils plonger l'Europe dans la guerre pour conserver à tout prix leur leadership sur l'Occident ?

Ce qui se passe de nos jours en Ukraine le fait craindre.

Les Etats-Unis visent, depuis des années, à faire de ce pays, face à la Russie, un Etat "otanisé".

L'offensive US, soutenue par les principaux Etats de l'Union européenne - la France en premier - s'est développée depuis 2014 - il y a déjà plus de huit ans - avec le coup d'Etat de la place Maïdan, éniemme 'révolution de couleur' visant, sous couvert d'émeute, à modifier le fonctionnement des institutions du pays, certes gangrénées par la corruption,  pour l'intégrer au camp occidental.

Chacun se souvient de la ruée des dirigeants politiques occidentaux à Kiev pour introniser leurs marionnettes, soutenues localement par diverses bandes néo-nazies, chargées de créer un climat de terreur sur la population.

C'est ainsi que l'Ukraine a rejoint de fait  le camp atlantique.

Ce n'était que la première marche de l'édifice.

La population du Donbass, de culture majoritairement russe, n'entendait pas subir la dictature des nouvelles autorités mises en place sans réagir : les oblasts de Donetz et de Lugansk ont déclaré leur autonomie pour conserver l'usage de leur langue, et leur façon de se gouverner.

C'est alors que les nouveaux dirigeants de Kiev, tout en feignant de négocier avec Moscou d'un nouveau statut pour le Donbass, appliquaient sur le terrain une autre politique. Et cela en présence complice de représentants de Paris et de Berlin, les territoires russophones libérés subissant une contre-offensive militaire violente menée par Kiev et ses brigades militarisées néo-nazies, faisant régner la terreur sur le teritoire reconquis . Et  ces forces y ont construit une véritable ligne de défense en profondeur, à laquelle se heurte aujourd'hui l'armée russe. 

Quant au territoire ukrainien, il est devenu, au fil des années, une base avancée du Pentagone avec ses "spécialistes" formant les militaires de Kiev aux dernières armes sophistiquées.  Et la Russie observait que, de plus en plus près de ses frontières, les Etats européens adhérant à l'Otan, malgré un engagement contraire, pris en son temps par Washington, mais non écrit, et renié aujourd'hui.

Graphique: Comment l'OTAN s'est étendue vers l'est | Statista

Aussi Poutine a exigé des autorités ukrainiennes de renoncer à l'adhésion à ce traité, et la démilitarisation de leur territoire. 

Face au refus de Kiev,  la Russie a déclenché son "opération spéciale" le 24 février.

La guerre fait donc rage au coeur de l'Europe et les Etats-Unis et leurs commis européens alimentent le brasier, fournissant, jour après jour, à l'Ukraine des dizaines de milliards d'armement lourd et sophistiqué. Comme on verse de l'huile sur le feu.

Certes les marchands de canons US et européens se frottent les mains : leurs profits sont assurés au nom de la croisade occidentale pour le Bien, et contre le Mal incarné par Poutine. 'Nos" médias font la promotion quotidienne de ces livraisons d'armes, véritables actes de belligérance envers la Russie,  par des communiqués de guerre triomphants. 

Moscou peut prendre très mal cette ingérence occidentale.

Et c'est ainsi qu'on entre par la petite porte au sein d'un conflit qui peut déboucher sur la Troisième guerre mondiale.

Et de celle-ci, notre peuple n'en veut pas.

Faudrait-il qu'il se fasse entendre. 

Jean LEVY

Tag(s) : #Ukraine Guerre mondiale