Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Affaire McKinsey : le parquet saisi pour "suspicion de faux témoignages"

 

                                          Capital

Accusé d'avoir travaillé pour Emmanuel Macron entre 2014 et 2016 sans contrat ni rémunération, le cabinet de conseil est toujours dans l'œil du viseur du bureau du Sénat qui a décidé de saisir le parquet.

En début d'année, McKinsey était sous le feu des projecteurs. Un rapport du Sénat mettait en exergue le recours excessif à ce type de cabinets de conseil par le gouvernement. Dans son rapport remis le 16 mars, le Sénat pointait du doigt le fait que ces consultations avaient "plus que doublé" entre 2018 et 2021 pour atteindre un record de plus d'un milliard d'euros. Surtout, ce rapport accusait McKinsey "d'optimisation fiscale" ce qui lui aurait permis de ne pas payer d'impôt sur les sociétés "pendant au moins dix ans", entre 2011 et 2020.

"Le constat est clair : le cabinet McKinsey est bien assujetti à l’impôt sur les sociétés (IS) en France, mais ses versements s’établissent à zéro euro depuis au moins 10 ans, alors que son chiffre d’affaires sur le territoire national atteint 329 millions d’euros en 2020, dont environ 5 % dans le secteur public, et qu’il y emploie environ 600 salariés", pouvait-on lire dans ce rapport. Un constat contraire aux propos "tenus sous serment" par le directeur associé du cabinet, Karim Tadjeddine, rappelle Le Figaro. Celui-ci disait alors : "Nous payons l'impôt sur les sociétés en France et l'ensemble des salaires sont dans une société de droit français qui paie ses impôts en France." La commission d'enquête avait alors saisi la justice pour "faux témoignage" devant la commission d'enquête, mais pour des questions de procédure, celle-ci a été rejetée.

Une procédure longue ?

Le Figaro indique que le bureau du Sénat a publié un communiqué ce mercredi 18 mai pour annoncer sa volonté de "saisir le parquet [...] pour suspicion de faux témoignage". Cette procédure est en réalité la suite logique. "Le bureau a levé un obstacle procédural pour que le parquet soit saisi en bonne et due forme" indique une source sénatoriale au Figaro. "Nous faisons totalement confiance à la justice, qui va regarder les choses de près", ajoute-t-elle. C'est désormais "dans le respect de séparation des pouvoirs" que l'affaire va être examinée et que des "suites judiciaires" vont être décidées. Une procédure qui pourrait durer des mois ou des années.

Le 31 mars, Mediapart avait aussi affirmé que McKinsey avait travaillé pour Emmanuel Macron avant qu'il ne soit président de la République et que le cabinet aurait "misé" sur lui avant son élection. Cependant, les prestations qui auraient été enregistrées entre 2014 et 2016 se faisaient sans contrat ni rémunération. Un travail "pro bono" qui posait déjà problème au Sénat. De son côté, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, avait confirmé que "l'administration avait engagé une vérification fiscale sur le cabinet McKinsey en novembre dernier" et affirmé qu'il paierait "tous les impôts qu'il doit en France". Il avait enfin défendu leur utilité.

Tag(s) : #Macron - Mc Kinsey