Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Docteur Folamour ・ La Filmothèque du Quartier Latin

Ne laissons pas les Dr Folamour

du  Pentagone, de la CIA, de la Maison Blanche, en fait de Wall Street, allumer la mèche

La troisième guerre mondiale au bout du chemin ? La France et les Français n'ont rien à faire dans ce conflit  !
La dangereuse stratégie de Biden pour l’Ukraine : pas de fin de partie

Avec sa stratégie visant à « affaiblir » la Russie, le président américain risque de transformer la guerre en Ukraine en une guerre mondiale.

Source : Foreign Policy, Michael Hirsh
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Par une série de changements spectaculaires cette semaine, le président américain Joe Biden et ses alliés de l’OTAN ont transformé leur politique d’aide à la défense de l’Ukraine contre l’agression russe en une politique visant à saper le pouvoir et l’influence de la Russie elle-même. Ce faisant, certains observateurs craignent qu’ils ne laissent au président russe Vladimir Poutine guère d’autre choix que de se rendre ou de redoubler d’efforts sur le plan militaire, ce qui laisse entrevoir la possibilité d’étendre sa guerre au-delà de l’Ukraine.

Jeudi, Biden a exhorté le Congrès à fournir 33 milliards de dollars d’aide militaire, économique et humanitaire supplémentaire à l’Ukraine, soit plus du double du montant précédent, et a déclaré qu’il envoyait un message clair à Poutine : « Vous ne réussirez jamais à dominer l’Ukraine ». Au-delà de cela, a déclaré Biden lors d’une allocution à la Maison-Blanche, la nouvelle politique vise à « punir l’agression russe, à réduire le risque de conflits futurs. »

Cette déclaration fait suite à celle, tout aussi claire, du secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, qui, à l’issue d’une rencontre à Kiev avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a déclaré que l’objectif des États-Unis était désormais de réduire la puissance de la Russie sur le long terme afin qu’elle n’ait pas la « capacité de reproduire » son assaut militaire contre l’Ukraine. « Nous voulons voir la Russie affaiblie au point qu’elle ne puisse pas faire le genre de choses qu’elle a faites en envahissant l’Ukraine », a déclaré Austin lors d’une escale en Pologne.

C’est peut-être ce qui a incité le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à déclarer après coup que Washington et l’Occident étaient entrés dans une guerre « par procuration » avec la Russie, risquant une nouvelle guerre mondiale qui, selon Lavrov, pourrait devenir nucléaire. « Le danger est sérieux, réel. Et nous ne devons pas le sous-estimer », a déclaré Lavrov. Poutine a également laissé entendre cette semaine, comme il le fait depuis le début de son invasion le 24 février, qu’il avait toujours la possibilité d’utiliser des armes nucléaires contre l’OTAN, en déclarant : « Nous avons tous les instruments pour cela [répondre à une menace directe contre la Russie] – des instruments dont personne d’autre ne peut se vanter. Et nous les utiliserons, si nous le devons. »

La nouvelle approche agressive des États-Unis a été applaudie par de nombreux milieux, notamment par des responsables actuels et anciens de l’OTAN qui insistent sur le fait que les contre-menaces nucléaires russes ne sont que de la rhétorique vide.

« C’est la seule façon d’aller de l’avant », a déclaré l’ancien secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, dans un entretien. « Dans la pensée de Poutine, cela ne fait aucune différence, car il ne ferait que prétendre que la politique occidentale vise de toute façon à affaiblir la Russie. Alors pourquoi ne pas en parler ouvertement ? L’erreur que nous avons commise par le passé a été de sous-estimer les ambitions de Vladimir Poutine, de sous-estimer sa brutalité. Dans le même temps, nous avons surestimé la force de l’armée russe. »

La nouvelle stratégie des États-Unis et de l’OTAN repose en partie sur le succès continu de l’Ukraine sur le champ de bataille contre Poutine, qui a été contraint de réduire ses ambitions, passant d’une prise de contrôle totale de l’Ukraine à un nouvel assaut majeur dans ses parties orientale et méridionale. Les alliés de l’OTAN, dont l’Allemagne, qui, jusqu’à cette semaine, avaient hésité à envoyer des armes offensives lourdes en Ukraine, ont augmenté leur aide en réponse. Le chancelier allemand Olaf Scholz, soumis à des pressions politiques en Allemagne et à l’étranger, a annoncé en début de semaine que son pays allait fournir 50 chars antiaériens à l’Ukraine.

Pourtant, d’autres experts de la Russie se sont inquiétés du fait que les États-Unis et leurs alliés occidentaux franchissent, en fait, les lignes rouges qu’ils ont évitées jusqu’à présent. Pendant la majeure partie du conflit de deux mois, Biden a refusé d’autoriser tout soutien militaire, tel que des armes offensives majeures ou une zone d’exclusion aérienne, qui pourrait être perçu comme mettant les forces américaines ou de l’OTAN en conflit direct avec la Russie. Aujourd’hui, certains observateurs craignent qu’avec l’aide supplémentaire et le durcissement des sanctions économiques, le président américain ne pousse Poutine dans un coin où il ne peut que se battre ou se rendre. Cette dernière solution signifierait que Poutine renoncerait à l’objectif qu’il s’est fixé tout au long de sa carrière, à savoir renforcer la Russie contre l’Occident. Pourtant, Poutine, qui a longtemps affirmé que l’objectif de l’Occident était d’affaiblir ou de contenir la Russie, n’a jamais été connu pour se résigner au cours de sa quinzaine d’années d’actions agressives contre les pays voisins, principalement l’Ukraine et la Géorgie.

« Aux yeux du Kremlin, l’Occident veut la peau de la Russie. Avant, ce n’était pas exprimé. Maintenant, c’est dit », a déclaré Sean Monaghan, expert de l’Europe au Center for Strategic and International Studies. « Si vous combinez cela avec les commentaires de Biden, lors de son sommet en Pologne le mois dernier, selon lesquels « cet homme [Poutine] ne peut pas rester au pouvoir », tout cela transforme cette guerre territoriale en une confrontation plus large et pourrait rendre la négociation d’un accord pour mettre fin à la guerre en Ukraine beaucoup plus difficile, voire impossible à l’heure actuelle. » (Des responsables de Biden ont déclaré par la suite que le président ne cherchait pas un changement de régime en Russie).

George Beebe, ancien chef de l’analyse de la Russie pour la CIA, a déclaré que l’administration Biden risquait d’oublier que « l’intérêt national le plus important des États-Unis est d’éviter un conflit nucléaire avec la Russie ». Il a ajouté que « les Russes ont la capacité de faire en sorte que tous les autres perdent s’ils perdent aussi. Et c’est peut-être là que nous nous dirigeons. C’est un virage dangereux à prendre. »

La tournure la plus inquiétante des événements est sans doute le fait qu’il ne semble plus y avoir de possibilité d’une issue négociée à la guerre, malgré la déclaration de Poutine au secrétaire général des Nations Unies en visite, António Guterres, selon laquelle il espère toujours une telle solution.

« C’est une chose de poursuivre une politique d’affaiblissement de Poutine, c’en est une autre de le clamer. Nous devons trouver un moyen pour que Poutine parvienne à une solution politique, il n’est donc peut-être pas sage de l’affirmer », a déclaré un haut diplomate européen, sous couvert d’anonymat.

« C’est de plus en plus dangereux », a déclaré Charles Kupchan, ancien haut fonctionnaire américain et désormais spécialiste des relations internationales à l’université de Georgetown. « Nous devons commencer à aller au-delà des Javelins et des missiles antichars et parler d’une fin de partie politique ». Ou, comme l’a dit Beebe, « nous devons trouver un moyen de faire comprendre discrètement aux Russes que nous serions prêts à alléger les sanctions dans le cadre d’un règlement international. L’aide militaire à l’Ukraine pourrait également être utilisée comme levier. »

Pourtant, une telle négociation semble moins probable que jamais. Les deux parties semblent se préparer à un long combat. Après avoir rencontré Poutine et Lavrov mardi, António Guterres a reconnu qu’un cessez-le-feu imminent n’était pas dans les plans et que la guerre « ne se terminera pas par des réunions. »

Il y a seulement un mois, Zelensky lançait l’idée d’une Ukraine neutre qui ne rejoindrait pas l’OTAN, et il a suggéré que les forces séparatistes dans l’est de l’Ukraine soient reconnues. Mais Zelensky a depuis déclaré au président du Conseil européen, Charles Michel, qu’à la lumière des atrocités commises par la Russie, l’opinion publique ukrainienne était opposée aux négociations et favorable à la poursuite de la guerre.

Entre-temps, la Finlande et la Suède ont indiqué qu’elles souhaitaient rejoindre l’OTAN, rompant ainsi avec leur politique de non-alignement de longue date et créant potentiellement un nouveau climat de tension le long de la frontière nord de la Russie. Cela porterait un coup dévastateur à Poutine, qui a souvent cité l’expansion de l’OTAN vers l’est comme un casus belli pour justifier son invasion à grande échelle de l’Ukraine.

Et il y a peu de chances que ces tensions s’apaisent de sitôt. Austin a également convoqué cette semaine un « groupe de contact sur l’Ukraine » composé de 40 pays qui se préparent à ce que le chef d’état-major interarmées Mark Milley a déclaré être un « conflit prolongé » qui se mesurera « au moins en années. »

Biden n’a pas dit quelle serait la réponse des États-Unis si Poutine déployait des armes nucléaires tactiques ou stratégiques. En outre, dans l’environnement de l’après-Guerre froide, aucune des deux parties n’a établi de règles claires pour le déploiement d’armes nucléaires, d’autant plus que les accords d’armement de l’époque de la Guerre froide, tels que le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, ont été mis en veilleuse et que les vecteurs d’armes nucléaires sont devenus plus rapides et davantage régis par des systèmes automatiques numérisés. Dans le cadre d’une politique du Kremlin connue sous le nom  » d’escalade pour désamorcer » – menacer de recourir à l’arme nucléaire si l’Occident tente de l’arrêter –, Poutine a réintroduit année après année les armes nucléaires dans ses plans de guerre conventionnelle. Au cours de ses deux décennies au pouvoir, il a autorisé la construction de missiles de croisière à propulsion nucléaire, de torpilles transocéaniques à armement nucléaire, de vecteurs hypersoniques et d’autres armes nucléaires de faible puissance sur le continent européen.

Pourtant, Poutine n’a jamais été aussi près de menacer de les utiliser, et il n’a jamais clairement indiqué s’il pourrait le faire ou comment. Jusqu’à la crise ukrainienne, les stratèges américains n’avaient pas considéré leur déploiement comme une menace crédible. La plupart d’entre eux pensent que Poutine commencerait par utiliser des cyberattaques ou d’autres capacités non nucléaires.

De nombreux experts disent également qu’ils ne pensent pas que le président russe tirerait un grand avantage de l’utilisation d’armes nucléaires tactiques à l’intérieur de l’Ukraine – et il est considéré comme un acteur suffisamment rationnel pour ne jamais envisager de lancer des missiles balistiques intercontinentaux à charge nucléaire sur les États-Unis. Mais Poutine a également indiqué par le passé qu’il ne pouvait accepter la séparation d’une Ukraine indépendante du contrôle russe, écrivant dans un texte de juillet 2021 qu’un tel développement serait « comparable dans ses conséquences à l’utilisation d’armes de destruction massive contre nous. »

Robert Gallucci, ancien négociateur en chef des armes nucléaires aux États-Unis, a déclaré que les menaces nucléaires russes constituent une nouvelle tactique et qu’elles « devraient être prises au sérieux si nous devions nous impliquer directement dans un conflit avec les forces russes en Ukraine ou dans les environs, c’est-à-dire sur ou au-delà de la frontière russe. »

Beebe, qui est actuellement directeur de la haute stratégie au Quincy Institute for Responsible Statecraft, a déclaré qu’il pensait que l’issue se traduirait très probablement par une impasse volatile – mais qui pourrait bien être plus instable et plus dangereuse que la majeure partie de la Guerre froide. « Le plus probable est que nous nous retrouvions dans une sorte de confrontation instable à long terme qui divise l’Ukraine et l’Europe, où il n’y a pas de règles du jeu », a-t-il déclaré. « Il ne s’agit pas tant d’une nouvelle Guerre froide que d’une plaie purulente en Europe. »

Les choses pourraient devenir encore plus délicates si un Occident nouvellement enhardi et l’OTAN étendaient leur influence au-delà de l’Europe, de l’Asie centrale et du Moyen-Orient pour atteindre l’Indo-Pacifique, comme l’a suggéré la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, dans un discours prononcé cette semaine. Truss a déclaré que « l’OTAN doit avoir une perspective mondiale, prête à faire face aux menaces mondiales. Nous devons anticiper les menaces dans la région indo-pacifique, en travaillant avec nos alliés comme le Japon et l’Australie pour assurer la protection du Pacifique. Et nous devons veiller à ce que des démocraties comme Taïwan soient en mesure de se défendre. »

Cela soulève à son tour la perspective d’une Guerre froide mondiale prolongée avec non seulement la Russie mais aussi la Chine. Et cette guerre pourrait facilement devenir chaude, a déclaré Beebe, les États-Unis et leurs alliés étant confrontés à une alliance entre « une Russie riche en ressources et une Chine technologiquement et économiquement puissante. »

Michael Hirsh est un correspondant principal de Foreign Policy. Twitter : @michaelphirsh

Source : Foreign Policy, Michael Hirsh, 29-04-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Tag(s) : #Stratégie US Guerre mondiale
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :