Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En 1834, sous la monarchie de juillet, le prince Louis-Napoléon Bonaparte, influencé par les idées de Saint-Simon,  exprimait ses idées "sociales",dans un texte célèbre "L'extinction du paupérisme".
Décrivant la situation économique de cette époque, il écrivait : 
"
La nation se trouve composée de producteurs qui ne peuvent pas vendre et de consommateurs affamés qui ne peuvent pas acheter, et le manque d'équilibre de la situation contraint le gouvernement, ici comme en Angleterre, d'aller chercher jusqu'en Chine quelques milliers de consommateurs...".
La France était alors un pays en forte expansion industrielle. 
Le futur Prince-Président préconisait, dans ces conditions,  une politique de croissance par la consommation interne "de millions de Français, dénués de tout", pour faire marcher le commerce. 
Louis-Napoléon Bonaparte évoque  "la classe ouvrière  la plus nombreuse, qui n'a aucun superflu, et par conséquent, aucun moyen de faire des économies". 
Il s'inquiète de ses réactions face à sa misère. Aussi, il préconise la solution permanente de la bourgeoisie :
"Qu'y a-t-il donc à faire ? Le voici. La classe ouvrière ne possède rien, il faut la rendre propriétaire".

Le futur prince-Président justifie ses préoccupations 'sociales' en citant, comme conclusion, notre célèbre fabuliste :
"
Dans l'avant dernier siècle, La Fontaine émettait cette sentence trop souvent vraie, et pourtant si triste, si destructrice de toute société, de tout ordre, de toute hiérarchie : 
'JE VOUS LE DIS EN BON FRANCAIS, NOTRE ENNEMI, C'EST NOTRE MAÎTRE'
".
Huit ans plus tard, Louis-Napoléon sera "le maître", empereur de tous les Français...

Avant son élection, notre Président se présentait comme celui du 'pouvoir d'achat', car, lui aussi, veut devenir 'notre maître' !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :