Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde, daté des 13 et 14 janvier, ne cache pas sa joie :
"Le projet d'accord auxquels sont parvenus le patronat et plusieurs syndicats, vendredi 11 janvier, sur la modernisation du marché du travail, dessine le contour d'une 'flexisécurité' à la
française. Il étend la flexibilité demandée par les employeurs, au détriment d'une sécurité devenue souvent illusoire dans un contexte économique où l'emploi est devenu de plus en plus instable, voire précaire".
Ainsi débute l'éditorial que le journal du soir consacre à l'évènement, en le taxant de "Tournant social". Cet édito s'inscrit dans un ensemble d'informations bien plus étendu. En effet, deux colonnes en page une et la presque totalité de la 8 célèbrent ce 'préaccord'.
Que contient-il ?
Le Monde en résume les aspects importants  :

 1 )- Pour les CDI, la période d'essai est allongée de plusieurs mois  pour les ouvriers, les employés, les agents de maîtrise, les techniciens et les cadres. Ainsi, pendant ce temps d'essai , l'entreprise pourra mettre fin unilatéralement à tout contrat de travail. On reconnaît là l'esprit du CPE, rejeté par le monde du travail en 2006. 

 2 )- Une close de rupture "conventionnelle" , pour "privilégier les solutions négociées" entre le salarié et l'employeur, est prévue dans les contrats à durée indéterminée. Ainsi le patron pourra, en dehors des dispositions collectives, mettre fin "à l'amiable" au CDI d'un salarié. Le caractère "amiable" des relations sociales dans l'entreprise est bien connu : il s'identifie généralement à  celui  qui existe entre le pot de terre et le pot de fer.

 3 )- Un nouveau contrat de travail est créé. Le Monde le qualifie ainsi : "Il s'agit d'une sorte de contrat de mission à durée déterminée à 'terme incertain' pour 'la réalisation d'un objet défini, réservé aux ingénieurs et aux cadres. La durée du projet doit être comprise entre douze et trente-six mois". En clair, là aussi, va se généraliser un CDD qui va rendre encore plus précaires les emplois de cadres.
 
En contre partie, les salariés qui vont se retrouver au chômage, conserveront leur couverture de prévoyance santé pendant une durée égale ... au tiers de sa durée d'indemnisation du chômage ! Et un droit à la formation...
Le Médef appelle ces dispositions qui portent un coup majeur au Code du travail, la "modernisation du marché du travail', en fait la flexibilité accrue de celui-ci. Pas étonnant que Cathy Kopp, la représentante patronale, et par ailleurs DRH du groupe 'Accor', nommée récemment par le pouvoir membre du Conseil d'Administration de l'Ecole Normale Supérieure, se "félicite" des résultats "d'une négociation ambitieuse".

Quant aux Centrales syndicales, elles vont soumettre le texte du projet d'accord à leurs instances. Les représentants de la CGT préconisent la non signature "d'un texte désiquilibré qui malgré quelques mesures positives, accentue la précarité pour le salarié", selon l'appéciation de Maryse Dumas. 
C'est peu dire pour la mise au pilon du Code du Travail ...

Cette 'prudente' prise de position de la CGT reçoit les félicitations de l'éditorialiste du Monde qui écrit en forme d'hommage à la Confédération Générale du Travail :
"La CGT qui avait été au centre du compromis sur la réforme des régimes spéciaux de retraite, a joué la carte de la négociation, préférant un texte 'le moins mauvais possible' à un échec qui laisserait le champ libre au gouvernement, même si elle refuse, au bout du compte, de signer le compromis".

Propos  qui renvoient à notre papier d'hier "ENTRE PARTENAIRES"...

Tag(s) : #Social
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :