Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le 5 octobre 1789, des groupes de femmes, partis du faubourg Saint-Antoine et du quartier des Halles, s'assemblèrent devant l'Hôtel de Ville, réclamant du pain.  Puis elles décidèrent, au nombre de 6000 à 7000, d'aller à Versailles. Sur les cinq heures, 20.000 hommes, à leur tour, prirent le même chemin. Contenus, ce jour-là, à l'extérieur du château, les manifestants l'envahirent le lendemain jusqu'à l'antichambre des appartements de la reine. Face à la foule, Louis XVI consentit à se montrer au balcon. IL promit de faire droit aux demandes populaires en signant les décrets de l'Assemblée, la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen, la législation agraire, et à fournir des denrées pour nourrir la population.   Attendrie par l'attitude du monarque, mais méfiante, la foule se mit à crier  "Vive le Roi !",  tout en exigeant son départ définitif pour la capitale...sous bonne garde du peuple. Ce qui se fit. 
La foule en cortège, entourant le carrosse royal, suivi de chariots de blé et de farine escortés par les femmes, s'en retourna à Paris, ivre de joie. 
"Ce bonheur s'évanouirait bientôt comme un songe, si nous ne fixions au milieu de nous la famille royale jusqu'à ce que la Constitution soit complètement consacrée", écrivait Marat, dans le numéro 7 de
L'Ami du peuple.
Ainsi, le peuple de Paris, venu manifester pour son "pouvoir d'achat", le pain d'alors, sut imposer par la même occasion, les revendications politiques. 
Il faisait ainsi l'apprentissage de sa souveraineté..

Le 4 février prochain,  le peuple est à nouveau convié à prendre le chemin de Versailles. 
Pour  encore défendre sa souveraineté, que veulent lui ravir les privillégiés de notre époque. Il ne s'agit plus de défendre la constitution, mais d'empêcher les élites qui nous gouvernent, de nous imposer celle de l'Europe coalisée.
Sous la Révolution, les citoyens élisaient des REPRESENTANTS, comme on disait alors. Cette notion devrait être remise à l'ordre du jour. Nombreux sont nos élus, une fois en place, qui se croient dégagés du devoir d'être fidèles à leurs engagements, de traduire, en toutes occasions, la volonté majoritaire du peuple. Beaucoup  se plaisent à être les valets du pouvoir en place, les auxiliaires  complaisants d'intérêts contraires à la Nation. On le voit en ces temps où la colère populaire s'amplifie : n'en tenant aucun compte, combien de députés, combien de sénateurs, sont prêts à brader la souveraineté du peuple, en privant celui-ci du droit sacré d'être consulté quand son destin est en jeu. 
La situation est claire : l'Europe, ou plutôt l'Union européenne, pour les intérêts privés qu'elle représente et qu'elle défend, vise à retirer à chaque nation, aux citoyens qui la composent, le pouvoir de dire NON quand leur avenir est menacé. Nicolas Sarkozy et son gouvernement, par peur du peuple , veulent retirer à celui-ci ce pouvoir, en refusant de recourir au référendum. Mais, malheureusement, hors de la droite, une partie des parlementaires qui se réclament de "la gauche", la direction du Parti socialiste et nombre de ses élus, emboitent le pas au président de la République, en faisant passer leur "désir d'Europe" avant l'intérêt national. Il est vrai que le président du FMI, et le directeur de l'OMC,  les deux mamelles du capital financier international, sont deux éminents membres du Parti socialiste...Et que l'un d'entre eux, DSK, vise à la magistrature suprême, au nom du PS ! 
Ceci explique cela.
Mais le dernier mot appartient aux citoyens.
Tant qu'ils ont encore le droit de voter, ils peuvent, ils doivent l'exercer à l'encontre des élus qui ne les représentent plus. C'est plus qu'un droit, c'est un devoir, de sanctionner les parlementaires qui, par leur vote, baillonneront le peuple
1789 a ouvert l'ère révolutionnaire. Les sujets sont devenus citoyens. Ils ne permettront pas, en 2008,  aux nouveaux courtisans de les réduire à leur état ancien.

Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :