Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Le mot zélote, (selon la définition du Dictionnaire historique de la langue française, le ROBERT), se dit d'une personne animée d'un zèle religieux fanatique, qui pousse le zèle, jusqu'à l'aveuglement". 
De nos jours, nombre de "zélotes" font partie de notre univers familier. Ils exercent "leur zèle jusqu'à l'aveuglement" en politique, et pullulent dans les médias.  Ce sont les nouveaux prêtres de la religion européenne. Leurs sermons vouent une ardeur fanatique envers les nouveaux dieux que sont "le marché libre et non faussé", la "mondialisation indépassable", la construction d'un "nouvel empire continental". Ces nouveaux zélotes lancent leur anathème enflammé contre les Nations, la souveraineté populaire, l'indépendance nationale. Ces concepts seraient, à leurs yeux, dépassés et dangereux. Seuls, des  "populistes", adeptes d'un nationalisme d'un autre âge, oseraient, selon nos zélotes, défendre de telles billevesées. Les zélotes se recrutent dans des familles, apparamment, opposées. Du PS à l'UMP, en passant par le Modem, les zélotes parlent le même langage, utilisent avec la même ferveur, des mots identiques, des formules communes. Ils forment une véritable faction qui essaime ses  combattants les plus flamboyants dans la presse, à la radio, à la télé.
 

Certes, chacun sait que nos zélotes comme les médias sont pluralistes. Ils peuvent diverger sur les qualités ou les défauts prêtés à Nicolas Sarkozy, le temps qu'il fera demain, l'opinion qu'ils se font de la laïcité, de l'enseignement des mathématiques en cours élémentaire, de la contraception, du bien-fondé de la culture bio, et de la malfaisance des OGM. 
Nos zélotes, sur ces sujets et beaucoup d'autres, sont larges d'esprit. Ils défendent la pluralité, et admettent la diversité. 
A condition, bien sûr, de ne pas mettre en cause les valeurs sacrées : la construction européenne, l'économie de marché, l'OTAN et l'amitié séculaire qui lie la France à l'Amérique (pas latine, mais étatsunienne). 
Nos zélotes sacrifient au Veau d'Or,  à l'Entreprise. Ils ont leurs lieux de cultes : la Rue du Mur, vers lequel, ils s'incline avec dévotion (Wall Street, en yankee). Les Quarante Valeurs ont, pour eux, la même cote. Dans le Ciel, la grande Bourse permet de les guider vers les Paradis fiscaux. 

Les zélotes cherchent à gagner à leur sainte cause les pauvres esprits égarés dans le matérialisme, le pouvoir d'achat, la retraite à soixante ans, l'idée malsaine qu'ils peuvent changer le monde. Pour détourner du Mal les brebis égarées, les zélotes ont recours à la Parole de grands prêtres qui officient soir et matin sur les ondes, ou à la petite lucarne.
Parmi eux, Jean-Marc Sylvestre, un exemple entre cent,  explique quotidiennement que l'Argent est une sainte valeur, qu'il est mauvais, pour ceux qui n'en n'ont pas, de médire à son propos, et que l'Avenir appartient  à ceux qui en possèdent. Nicolas Demorand, qui préside à la cérémonie du matin, Brigitte Jeanperrin qui l'aide dans sa tâche, font également appel aux augustes prêcheurs de la Sainte Faculté  de Dauphine. ceux-ci expliquent doctement aux profanes qu'il est bien  de s'en remettre aux bons soins de dame Fortune, que les pauvres ne roulant pas sur l'Or , ne sont pas à même d'en parler avec l'onction nécessaire. 
Les Zélotes se veulent, aujourd'hui, les croisés fanatiques de l'ordre nouveau  : l'Argent-Roi. 
Les
Zélotes  des élites, en quelque sorte !.

Tag(s) : #Politique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :