Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Notre ministre des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner, de confession socialiste sarkozyste, insiste, dans une tribune du Monde (daté du 11 mars), sur la nécessité pour l'Union européenne de se doter d'une armée intégrée en coopération avec l'OTAN : 
"L'Europe de la défense et l'ancrage atlantique sont les deux volets d'une même politique". 
Et d'ajouter : 
"Au nom des valeurs que nous avons en partage". 
Le ministre nous rassure : 
"Certains prétendent que les Etats-Unis resteraient opposés à l'Europe de la défense. Cela ne semble plus être vrai. Les récentes déclarations de hauts responsables américains, à Paris et à Londres, indiquent que Washington, conscient des défis que nous devons affronter ensemble, reconnaît la nécessaire complémentarité des deux organisations". 
Cet aveu confirme, pour ceux qui en doutaient encore, que l'Europe (l'Union européenne, pour être précis), n'a jamais été conçue "comme un contre-poids" à la puissance des USA, mais avec la bénédiction de ceux-ci. 
Bernard Kouchner rappelle que 
"Nous travaillons à l'Europe de la défense depuis les années 1990". 
Autrement dit,  le "Nous" prend en compte  l'orientation du Parti socialiste, au gouvernement de 1997 à 2002, qui s'est trouvé associé à la mise en oeuvre du volet militaire de l'UE, et poursuivie par la droite en 2003, et aujourd'hui, par Nicolas Sarkozy. Son ministre explicite son propos :
"Dans certains cas, elle (l'Union européenne), a utilisé ses moyens militaires propres, comme au Congo hier ou au Tchad et en RCA (la République Centre Africaine) aujourd'hui". 
En l'occurence, il s'agit davantage des forces françaises  - et allemandes à Kinshasa -  qui ont été, ou sont engagées sur le continent noir. 
Mais laissons Kouchner poursuivre : 
"Dans d'autres cas, elle a eu le soutien de l'Alliance - l'OTAN - en Bosnie par exemple".
En fait, la plus grande opération a visé la Serbie, en 1999, au temps où le socialiste Lionel Jospin était premier ministre. Et à cette occasion, l'aviation française a participé aux bombardements américains sur  Belgrade. 
Manière singulière de défendre la paix et de faire face à des "menaces".
La sécurité de la France était-elle en jeu ?
Kouchner  veut pourtant nous convaincre :
"Demain, si nous le voulons, l'Union européenne pourra assumer son rôle sur la scène internationale. Nul ne contestera que c'est un atout majeur pour la paix dans le monde. La quinzaine d'opérations, civiles et militaires, que l'Europe a déjà conduites, depuis 2003, dans les Balkans, en Afrique, au Moyen-Orient, en Afghanistan et jusqu'en Indonésie, en atteste largement". 
"Faire la guerre pour préserver la paix", c'est ce que le ministre socialiste de Nicolas Sarkozy propose comme futur à la France. Car qui prétendra que notre pays est menacé à ses frontières ? 
En  vérité, on nous propose d'organiser des contingents de supplétifs européens à l'US Amee, engluée en Irak, pour défendre, non les intérêts des peuples de notre continent, mais les intérêts  du Capital, essentiellement américain, mais aussi des firmes dites européennes et françaises, à travers la planète, comme Total, Bolloré, Dassault, Lagardère et consorts. 
En clair, la "politique européenne de défense" n'est la "Légion étrangère des Etats-Unis", la force sous-traitante de l'impérialisme dans le monde.
Merci à Bernard Kouchner d'avoir contribué à faire connaître la vérité.

Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :