Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Depuis deux semaines, Arte diffuse "The War" - La Guerre - une série documentaire en quatorze épisodes,  sur la participation des Américains à la Seconde Guerre mondiale.
Conçue à partir de témoignages de GI vétérans et de membres de leurs familles, sur leurs lieux de vie dans différentes localités, et de bandes d'actualité, le film évoque à la fois  la guerre  faite par les soldats US, et la situation sociale aux Etats-Unis, à l'époque.
Engagés sur différents fronts, en Asie et en Europe, ces jeunes, blancs et noirs, venus de milieux sociaux variés, sont confrontés à la violence des combats. De l'attaque de la base navale de Pearl Harbour par les Japonais, le 7 décembre 1941, aux premiers défaites dans le Pacifique jusquà la reconquête, une à une, des îles perdues par les unités US, on suit le fil des évènements militaires, avec les morts qui jonchent les plages de côcotiers, les combats singuliers dans la jungle.
En Europe, au printemps 44, de la Sicile au monastère du Mont Cassino, face à la ligne de défense allemande Gustav, et jusqu'à la libération de Rome, le film montre les  Américains  menant seuls le combat. Certes,  les forces françaises -  les combattants du maghreb en sont les troupes de choc - et britanniques, sont mentionnées pour la forme, alors qu'elles constituent l'essentiel des unités au contact de l'ennemi.  
Parmi les Américains  que l'on a vu partir à la guerre, on décompte les premiers GI tués, on assiste à la douleur de leurs familles.

L'originalité de ce documentaire, c'est le regard porté parallèlement sur la réalité sociale aux Etats-Unis mêmes. Alors, que les "blacks" se battent, en première ligne sur les champs de bataille, leurs frères, dans les usines et sur les chantiers, subissent l'appartheid. Ils doivent se contenter des places sises au fond des cars et des bus. Aucune revendication n'est admise de leur part. Ils sont parqués dans les quartiers les plus pauvres, qui leur sont réservés.

Pourtant, l'idée se répand parmi eux : un régime qui pratique le racisme au quotidien ne peut se prévaloir d'être le chevalier blanc qui combat  le racisme nazi.
Et, malgré cela, le documentaire insiste sur ce fait : les Noirs devenus GI, font pour l'heure partie de la génération, que la propagande officielle considère comme  "les héros du monde libre".
Quel est donc le sens du message que veut faire passer le film ?
Tous les enfants d'Amérique, quelle que soit la couleur de leur peau,  participent d'un même coeur  au combat pour "libérer" du nazisme et du militarisme japonais, les pays que ceux-ci occupent.
A en croire les séquences du film, c'est l'armée américaine qui a fait le gros du boulot, au prix du sacrifice de ses meilleurs fils.
"Nous devrions avoir pour eux une éternelle reconnaissance.
Telle est la morale qui se dégage du documentaire.
 
Sans méconnaître les pertes subies par l'US Armee, celles particulièrement lourdes des Noirs  - ils composent leurs troupes de choc et seront, avec le Canadiens, les premiers à débarquer sur les plages normandes - il ne faut pas être dupes de la propagande américaine.

En Europe, en juin 1944, sans  l'Armée rouge qui groupait les 90% des forces combattant la Wehrmacht, sans le front de l'Est immobilisant l'essentiel de la machine de guerre hitlérienne, il n' y aurait pas eu de second front à l'Ouest.. 
Militairement parlant, les Alliés n'étaient pas en mesure de vaincre seuls l'Allemagne.
Politiquement, ils se sont résolus au débarquement de peur de voir l'Union soviétique dominer le continent jusqu'à l'Atlantique.
Et cela, The War n'en souffle mot !
 

Tag(s) : #Histoire