Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au  réveil, dès sept heures du matin, puis à midi et le soir, la radio, aussi bien France Culture que France Inter, a placé ses antennes sur le Toit du Monde. Les émissions sont toutes consacrées à la Chine et au Tibet. Les "experts" et les "spécialistes" de l'Empire du Milieu, tous les journalistes agréés, sont mobilisés pour dénoncer la politique de Pékin, et la répression que les autorités chinoises mènent à Lhassa. Pourtant, aucun évènement nouveau n'est survenu dans les dernières heures. Rien ne justifie, en ce lundi de Pâques, ce choeur de pleureuses qui réclament, à grands cris,  une condamnation catégorique et sans appel de la Chine communiste. En fait, il s'agit d'une campagne orchestrée visant à organiser le boycott des Jeux Olympiques, du moins la cérémonie d'ouverture des JO. Depuis, des jours, l'idée est lancée. Il est fait appel aux plus diverses personnalités pour les convier à faire leur, ce mot d'ordre. Déjà, des sondages "montrent" qu'une majorité de Français approuve cette attitude.
 
Les arguments des médias se déclinent sur trois registres :
1° "l'invasion" du Tibet par les Chinois,
2° la volonté de ceux-ci d'éliminer la culture tibétaine, et spécialement la religion, celle  des moines bouddhistes, et leur chef spirituel, le  Dalaï Lama,
3° la "répression féroce" exercée à l'encontre de la population.

A notre tour, dissertons sur ces trois points.

Peut-on parler d'"invasion" quand il s'agit d'un territoire qui, historiquement, a toujours fait partie de l'Empire du Milieu ? Seule, la période d'intervention coloniale des Etats occidentaux - de la fin du XIXème siècle à la Seconde guerre mondiale - a placé le Tibet dans la sphère "d'influence britannique", à l'époque où les impérialistes imposaient leur contrôle sur les ports chinois, à travers les "concessions" anglo-françaises et américaines.

Les Chinois s'en prennent-ils à la "culture tibétaine" ?
Si on en croit Brice Pedroletti, dans Le Monde des 23 et 24 mars :
"La faculté d"études tibétaines de l'Université des minorités du Sud-Ouest, à Chengdu (la capitale de la province du Sichuan, qui jouxte le Tibet), a emménagé en banlieue sur un nouveau campus. Jaya, un étudiant en sciences sociales, accepte de s'installer à une table de la cantine pour discuter. Pour Jaya, les émeutes de Lhassa où vit sa famille, sont le fait de jeunes désoeuvrés. 'Ils ne savent pas quoi faire, ils ont du ressentiment. C'est vrai qu'il y a une concurrence avec les Hans au Tibet. Les Hans peuvent partir de zéro et réussir. Ce n'est pas toujours facile de trouver du travail. Mais depuis dix ans, on se rend compte que le niveau de vie a augmenté. Même dans les campagnes, ils sont bien plus équipés en électro-ménager, par exemple'."
Que retenir de ces propos ?
Une nouvelle Université, destinée aux "minorités du Sud-Ouest", avec une "faculté d'études tibétaines", installée hors du Tibet pour les Tibétains y résidant, ne semble pas correspondre à la volonté de "casser" la culture tibétaine.
Selon le journaliste du Monde, à Chengdu, ville chinoise, on trouve normalement "des bureaux et des magasins" occupés par des Tibétains. Ce qui n'est pas le signe d'un quelconque appartheid.
Mais revenons à la "culture".
Les chroniqueurs de la radio s'inquiétent du fait que Pékin interfère au niveau de la religion bouddhiste. Le gouvernement, nous précise-t-on,  voudrait en faire une religion d'Etat. Et de comparer cette prétention avec celle des révolutionnaires français de 1789 qui ont imposé aux prêtres un engagement en faveur de la nouvelle constitution.
Autrement dit, le comble de l'horreur !
De quoi "conspirer avec l'étranger", et de préparer l'intervention de "l'Europe coalisée" pour mettre fin à de telles agissements !
Par le boycott des JO, par exemple.

Face à la répression, nos censeurss'effarouchent. Il faut réagir pour y mettre fin. 
Les bonnes âmes sont aux cent coups.
Pourtant, les mêmes regardent, indifférents, les Palestiniens de Gaza démunis et bombardés, réduits par Israël, à l'état de prisonniers dans leur propre pays.
Et c'est à l'Etat hébreu que ces défenseurs des droits de l'Homme apportent leur solidarité !
Bas les pattes de la Chine au Tibet ! scandent-ils à l'unisson.
L'Irak, depuis cinq ans, est agressé par les Etat-Unis,  occupé par ses troupes, pleurant son million de morts, son  peuple mutilé et ses villes détruites. Et  nos défenseurs de la morale jurent de leur amitié éternelle pour les  USA, malgré Guantanamo et la torture institutionnalisée, sans que le terrorisme d'Etat et la diplomatie de la cannonière ne leur créent d'état d'âme...

L'émotion à sens unique est suspecte.
Quoique nous pensions des évènements du Tibet, nous devons comprendre que la campagne orchestrée contre la Chine populaire fait partie de l'offensive générale que l'impérialisme, confronté à une crise profonde, mène contre les pays qui refusent de se soumettre à ses lois.
La haine des maîtres du Capital et de ses médias, à l'encontre des  dirigeants cubains, vénézuéliens, iraniens ou russes, n'a pas d'autres causes.
Un exemple de plus : pourquoi Poutine est-il mis au ban des accusés ? Serait-il moins démocrate que les princes de l'Arabie Saoudite et des Emirats ?
"Le Kremlin", écrit Le  Monde, "est bien décidé à reprendre le contrôle des richesses énergétiques du pays".
Au détriment des compagnies étrangères.
Et c'est çà qui pose  problème !

Tag(s) : #international

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :