Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

HISTOIRE
Le premier des 1er mai

Aujourd'hui jour de repos, le 1er mai continue d'être un jour de luttes sociales, né dans les rues de Chicago. .

 

 

Histoire du premier des 1er mai.

 

Un vent de grève venu de Chicago

Affrontements entre policiers et forces de
l'ordre. Chicago, 1886.

© Library of Congress.

  

Etats-Unis, années 1880, la colère gronde dans un monde ouvrier soumis à des cadences de travail harassantes, 12h, parfois 14h par jour.

  

Le 1er mai 1886, début de l'année comptable des entreprises, une grande manifestation est organisée par les syndicats de Chicago. La grève s'étend bientôt au pays tout entier et la mobilisation est telle que le mouvement obtient satisfaction : la journée de travail est réduite à 8h, mais non sans perte. Plusieurs ouvriers de la fabrique McCormick à Chicago trouvent la mort dans des affrontements avec les forces de l'ordre.

Sur l'une des tombes sont gravés ces quelques mots :

"Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd'hui".

Rendez-vous de l'Internationale ouvrière

De l'autre côté de l'Atlantique, la IIème Internationale socialiste se réunit à Paris, en 1889 pour le centenaire de la Révolution française et décide d'organiser tous les ans, dans tous les pays et à date fixe, une grande manifestation ouvrière. Ici aussi, la journée de 8h (mais toujours 5 jours par semaine) est la principale revendication.

 

Et c'est la date du 1er mai qui est retenue, en souvenir des manifestations de Chicago.

 

Dans les années qui suivent, le 1er mai s'impose peu à peu comme un rendez-vous et un jour de grèves ouvrier,

mais c'est en 1936 qu'ont lieu, avant-guerre,  les plus grandes manifestations populaires.

Affiche du 1er mai 1936.
© Archives nationales.

Jour de luttes devenu jour de repos

Ces manifestations du 1er mai 1936 marquent durablement l'imaginaire français. Elles contribuent en effet à l'élection de la première coalition républicaine de centre gauche, deux jours plus tard le Front populaire. Le gouvernement, face aux grèves généralisées et aux occupations d'usines,  ne tarde pas à adopter des mesures historiques pour les travailleurs, la semaine de 40h (que la bourgeoisie supprime après l'échec de la grève générale du 30 novembre 1938 et la répression anti ouvrière qui suivit), les deux premières semaines de congés payés ou la reconnaissance du droit syndical.

En 1941, le régime de collaboration de Vichy, interdit les syndicats et  transforme ce rendez-vous ouvrier, en jour férié, "fête du Travail et de la Concorde sociale".

Le 29 avril 1947, les autorités issues de la Libération, et du fait de la Résistance populaire,  rétablissent le 1er mai journée de lutte et chômée.

Le 1er mai est officiellement déclaré jour chômé-payé dans toutes les entreprises françaises, et le restera.

 Mais aujourd'hui, il demeure, plus que jamais,  un jour de lutte contre le Capital

 

Tag(s) : #Lutte de Classe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :