Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le baron Ernest-Antoine Seillière de Laborde et sa société d'investissement Wendel-Investissement, devenue simplement Wendel, font ces temps-ci la Une de l'actualité financière.
Mais faisons d'abord connaissance avec l'histoire de la famille de Wendel.

D'une famille établie à Coblence en 1605, Jean-Martin Wendel fait l'acquisition des forges de la Rodolphe, à Hayange, en 1704. Il devient le premier "maître de forges", sous l'Ancien régime. La famille étend son emprise métallurgique, avec Ignace de Wendel, fondateur  du Creusot. Naturellement, les de Wendel émigrent sous la Révolution. Leurs biens, dont les forges d'Hayange, sont vendus comme 'biens nationaux'.
En 1804, François de Wendel revient en France, par la grâce de Napoléon Ier, et rachète Hayange. Au XIXe siècle, la sidérurgie lorraine, dominée par les de Wendel, atteint un développement considérable.
En 1871, Hayange fait partie des territoires lorrains annexés par l'Allemagne. Cet épisode ne nuit pas à la famille de Wendel, dont deux membres seront élus au Reichstag. Cela n'empêche pas l'industriel de fonder, en France même, les usines de Joeuf. Le profit s'ajoute et ne connaît pas de frontières.
Au XXe siècle, les de Wendel connaîssent leur apogée. François est élu député, puis sénateur. Il préside le bien connu Comité des Forges et devient l'un des régents de la Banque de France.
Il fait partie des "200 familles" qui font la loi dans notre IIIe République.
L'Occupation ne reduit pas, au contraire, les activités industrielles de la famille de Wendel. Sa production alimente la machine de guerre allemande...et les profits de la firme !
Après guerre, la sidérurgie française poursuit sa collaboration avec la sidérurgie d'outre-Rhin dans le cadre de  la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier (CECA). 
De Wendel fusionne avec Sollac, puis Sacilor, sous le nom de Wendel-Sacilor, puis de Sacilor en 1964.
A la fin des années 70, la sidérurgie française est sacrifiée sur l'autel de l'Europe.
En 1981, Sacilor en déclin,  est nationalisée. En 1986, elle opére une fusion avec Usinor, qui sera privatisé en 1995.
En 2002, Arcelor regroupera Usinor, l'espagnol Aceralia et le Luxembourgeois Arbed, ensemble qui sera repris par l'indien Mittal en 2007. 
L'industrie n'intéresse plus de Wendel. Le profit maximum est ailleurs.
Le chef de famille, le baron Ernest-Antoine Seillière (de Laborde, par sa bisaïeule) se tourne délibérément vers la finance.

Demain, nous examinerons cette nouvelle activité, des plus lucratives, du baron et ses autres responsabilités.

Tag(s) : #Lutte de Classe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :