Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Depuis quelques jours, les médias sont avares en matière de nouvelles politiques.

La France est en vacancess. Les journalistes également.

Certes, ceux qui sont de « service » évoquent le scrutin que va émettre le parlement, réuni en Congrès, à Versailles, le 21 juillet. Le pouvoir sarkosyste va-t-il ou non bénéficier du vote des 3/5èmes des députés et sénateurs nécessaires à la ratification des modifications que le gouvernement souhaite apporter à la Constitution ? Les pressions, les menaces, le chantage, exercés sur des parlementaires de la majorité, réticents ou hostiles au projet, permettront-ils d’obtenir la majorité requise ?

« On » laisse entendre que le vote se jouera à quelques voix… La manœuvre élyséenne visait à obtenir l’adhésion des élus socialistes, du moins de nombre d’entre eux, pour donner au Président l’aura d’un consensus national. Il semble que cela ne soit pas le cas. Le PS veut se donner l’image de l’Opposant, et peut-être de la force qui aura mis en échec Nicolas Sarkozy. Et tout cela pour des modifications constitutionnelles subalternes qui ne changent rien au caractère autoritaire du régime, quand elles ne l’aggravent pas.

 

Pourtant, un vote négatif à Versailles, constituerait une défaite du président de la République, une perte de prestige supplémentaire pour l’homme qui comptait sur sa présidence de l’Union européenne pour redorer son blason.

Or, sur ce plan, tout n’est que déboire, après le vote sans appel des citoyens irlandais. Le traité de Lisbonne est, aujourd’hui, caduc.  Nicolas Sarkozy, qui sa considérait comme le parrain du projet, a dû déchanter. Ses déclarations fracassantes sur la nécessité de faire « revoter » le peuple d’Irlande, ont déclanché un tollé dans l’île récalcitrante. Sa venue à Dublin, le 21 juillet, déclanche, sur place, une levée de boucliers. Si bien qu’à la veille de ce voyage,  nos médias n’en font guère écho.

 

Or, en dehors de la saga présidentielle, le monde serait-il assoupi ?

Telle est l’impression que donnent radios, télés et journaux de l’hexagone.

Il y a bien les Jeux Olympiques de Pékin qui s’ouvrent le 8 août. Si les commentaires sportifs sont rares, par contre, se développe une campagne politique pour réduire d’avance l’impact des compétitions. On nous dit que « les hôtels sont vides », que les mesures policières prises  par les autorités chinoises éloignent des festivités, non seulement le public étranger, mais les Chinois eux-mêmes.

 

Une information donnée hier met l’accent sur le changement d’attitude de l’administration Bush vis-à-vis de l’Iran. Un diplomate de haut rang des Etats-Unis a participé, pour la première fois depuis des décennies à une réunion avec des représentants de Téhéran, aux côtés de la délégation européenne. Une fois de plus, l’accès de l’Iran à l’énergie nucléaire constituait l’objet de la réunion de Genève. Sans résultat, nous dit-on. La présence de Washington annonce-t-elle un changement de cap, de la part des USA, ou bien, ne serait-ce qu’une « couverture » destinée à camoufler la préparation d’une action militaire US ?

 

Les médias donnent la part belle aux JMJ de Sydney et aux homélies du Pape. Lors d’un sermon, ce dernier s’est dit « sincèrement désolé » des turpitudes de prêtres australiens, en matière de pédophilie. Benoît XVI visait-il le comportement personnel de ces hommes d’église, ou de la mansuétude affichée par  leur hiérarchie vis-à-vis de ces derniers ?

 

Par contre, la vie des peuples sur les différents continents, leurs combats pour la justice sociale et la liberté, sont particulièrement absents des thèmes repris par nos médias.

 

Les Français n’ont pas à connaître les vives réactions des Etats d’Amérique latine, celles de l’Assemblée de l’Equateur, du président bolivien, d’Hugo Chavez, de Cuba, des autorités argentines, contre la « directive européenne » dite du « retour », qui vise l’immigration des ressortissants de ces pays en Europe. Alors que le continent latino-américain a accueilli les bras ouverts, les Français, les Espagnols, les Portugais, les Italiens, les Allemands, qui se sont établis en Amérique du sud.

 

Nos concitoyens doivent ignorer la « grève nationale » du 9 juillet, au Pérou, décrétée à l’initiative de l’ensemble des organisations syndicales, des organisations paysannes et populaires du pays pour « le départ immédiat du gouvernement d’Alan Garcia et la convocation d’une Assemblée constituante ».

De même, l’appel commun des centrales syndicales de l’Inde, en particulier de la CITU et de l’AITUC, à « une journée nationale de grève », le 20 août prochain. Celle-ci doit être précédée de « manifestations, à l’échelle des Etats », le 30 juillet. Ces actions unitaires d’envergure visent à dénoncer la politique de régression sociale du gouvernement ultralibéral Sing.

 

Alors que Barak Obama opère un retournement politique par rapport à ses déclarations premières hostiles à la présence militaire US en Irak, qu’il juge aujourd’hui, nécessairement durable, l’opposition  à la guerre, tant en Irak qu’en Afghanistan, se développe aux Etats-Unis.

Les 28 et 29 juin derniers, une conférence s’est tenue à Cleveland pour intensifier l’action contre l’intervention américaine dans ces pays. Cette manifestation pacifiste réunissait les principales organisations luttant pour cet objectif, dénonçant l’attitude belliciste des partis, tant Républicain que Démocrate.

 

Toutes ces informations sont occultées par nos médias. « Circulez, y-a rien à voir ! », tel semble être leur mot d’ordre commun, alors qu’ils sont si prompts à dénoncer les manquements à la liberté de l’information à Cuba ou en Chine.

 

A propos, dans ce dernier pays, où en est la reconstruction du Sichuan, une province dévastée, aussi peuplée que la France, qui comptait, il y a deux mois à peine, cinq millions de sans-abri?

Pas une information sur ce sujet à la télé, sur les ondes ou dans les journaux. Les progrès accomplis par le pouvoir chinois viendraient-ils démentir la propagande occidentale hostile à la Chine populaire ?

 

Telle est la morale de cette histoire d’infos (et d’usage d’in-faux), dans notre « grande démocratie » française.

Tag(s) : #international
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :