Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


10 soldats français tués et 21 blessés, à 50 kms à l’est de Kaboul : l’évènement, au-delà de l’émotion, provoque la polémique dans les milieux politiques. Cet accrochage sanglant est présenté comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. « Comment est-ce possible ? » se demandent les spécialistes. Pourtant, les missions dévolues aux commandos d’élite sont, par nature, pleines de risques, contre une guérilla qui connaît le terrain et s’y meut « comme un poisson dans l’eau ».

Le gouvernement, Sarkozy en tête, appuyé par sa majorité, annonce que l’engagement français en Afghanistan va se poursuivre. On a envie d’ajouter « selon les plans prévus ».

Par contre, les leaders socialistes mettent en cause la participation de la France à la coalition militaire conduite et orchestrée par les Etats-Unis. Comme si ce n’était pas le gouvernement Jospin qui, en 2001, a avalisé l’envoi de troupes en terre afghane !

A l’époque, il s’agissait déjà de lutter contre Al-Qaïda et le « terrorisme », afin de « défendre » à Kaboul la « démocratie » et « les droits de l’Homme ». Le PS joue aujourd’hui les opposants…

De même, le PCF, qui réclame maintenant le retour des forces françaises, aurait été bien intentionné de mobiliser l’opinion contre cet engagement militaire, alors que des ministres communistes, Marie George Buffet en tête, siégeaient au gouvernement.

Aujourd’hui, il est temps de faire le bilan de la guerre initiée par Washington en 2001. Tous les commentateurs sont d’accord : en sept ans, la situation s’est aggravée en faveur des talibans qui opèrent jusqu’aux abords de Kaboul, et dont l’agressivité s’est amplifiée au fil des ans. La population, nous dit-on, manifeste de plus en plus son mécontentement face à l’occupation des forces occidentales. Celles-ci n’ont apporté que « dégâts collatéraux », sans aucune amélioration de la vie quotidienne.

Alors, pourquoi cette intervention militaire, décidée par les USA et soutenue par les contingents de nombreux pays, dont la France avec ses 2600 soldats ?

Chacun sent bien que l’objectif recherché a peu de rapport avec les buts affichés. Les Etats-Unis, l’Union européenne n’ont jamais eu grand souci de la « démocratie » ni en Amérique latine, ni en Afrique lorsqu’ils ont mis en place et soutenu par les armes les pires dictatures, les plus corrompues.

Il suffit de regarder une carte d’Europe et d’Asie : l’Afghanistan constitue l’un des jalons américains de la chaîne de territoires visant à encercler la Russie. L’Afghanistan jouxte l’Iran et borde par le sud, les anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale : le Turkmenistan, l’Uzbekistan, le Tadjikistan, a peu de distance du Kasakhstan, avec même une frontière avec la Chine. L’Afghanistan est donc un pays qui s’inscrit dans la stratégie militaire US.

Mais que fait la France dans cette galère, si ce n’est son choix atlantique, concrétisé par sa réintégration dans l’Otan.

Aussi, notre souci doit viser à la rupture de cette alliance, et en premier, au retour immédiat du contingent français perdu dans la nouvelle « sale guerre » qui sévit là-bas.

La défense de notre sol national ne se joue pas dans les sables et les montagnes afghanes. Au contraire, réduire notre armée au rôle de « légion étrangère » des Américains menace notre indépendance nationale, déjà gravement mise en cause par les projets d’armée européenne.

Tout se tient.

 

Tag(s) : #Contre l'impérialisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :