Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

.
Depuis vingt ans, la plupart du temps avec l'appui des puissances du continent, l'impérialisme des USA se déploie en Europe pour transformer « les pays de l'est » en satellites libéraux du marché capitaliste et les arracher à l'influence russe pour en dominer l'économie : « révolutions » pro-libérales financées à milliards de dollars (Ukraine, Géorgie), financement et armement de minorités séparatistes (Monténégro, Kosovo, etc). Il y a quelques mois, malgré l'opposition de tous les peuples de la région (mais pas de leurs gouvernements, achetés), le Kosovo a proclamé son indépendance sous l'égide de Washington, mais aussi de l'Union Européenne et de la France de messieurs Kouchner et Sarkozy. La Russie, isolée, n'a pu empêcher cette naissance d'un Etat soumis aux USA, d'autant que le gouvernement serbe, y compris les compagnons de Milosevic, était prêt à l'accepter contre les subsides de l'UE.
A l'issue de ce premier succès, les USA se sont crus capables d'aller plus loin et de faire tomber dans leur escarcelle une partie du Caucase que traversent les oléoducs de la Caspienne vers l'Europe. Le gouvernement de Géorgie, décidé à entrer dans l'OTAN, financé et armé par les USA, a sur les instances de Washington, occupé militairement l'Ossétie du Sud, provoquant la fuite éperdue de milliers de civils affolés. Car le soutien US aux séparatismes est à géométrie variable : quand les Kosovars se sentent Albanais plus que Serbes, ils ont le droit, selon messieurs Bush et Kouchner, d'imposer leur indépendance. Quand les Ossètes se veulent Russes plutôt que Géorgiens, ils ne méritent en réponse que blindés et bombardiers. C'était donc bien d'une agression militaire décidée par Saakachvili et les USA qu'il s'agissait, et non l'inverse, comme l'a prétendu la « grande » presse française : Libération est allé jusqu'à demander une intervention de l'OTAN contre la Russie qui ripostait à l'invasion en Ossétie !
C'était d'ailleurs le scénario prévu par les stratèges de Washington et leurs caniches géorgiens. Fort heureusement, la plupart des chefs d'Etat d'Europe occidentale n'ont pas voulu aller jusque là, et la détermination du gouvernement russe, assuré de sa puissance militaire et économique, a fait le reste. Washington et l'UE doivent s'y résoudre : ceux qui gouvernent à Moscou ne sont pas les carpettes qui bêlent à Belgrade. La Russie est prête à résister aux menaces directes sur son glacis caucasien et européen, à interrompre même les livraisons de gaz à l'Europe, et elle l'a fait savoir à Sarkozy et consorts. Jusqu'à une nouvelle aventure?

L'OTAN, l'Union Européenne, ce n'est pas la paix, mais la guerre !

Francis A.
 
UN COMMUNIQUE DE LA
« polex-collectif-communiste »

 

Tag(s) : #Contre l'impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :