Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


« Le courage, ce n’est pas de saluer le mensonge qui passe :

le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire » (Jean Jaurès). 

 

« La France est une république sociale, démocratique, laïque, une et indivisible où le pouvoir appartient à la nation… ».
Chacun des termes de l’article 1 de la Constitution française cingle au visage l’actuel « président de la République ».

 
« République » ?


Mais N. Sarkozy de Nagy-Bocsa sape obstinément ces deux piliers de l’Etat républicain que sont les libertés publiques et la souveraineté du peuple !

 

En quoi par ex. les 53% des suffrages qu’il a obtenus le 6 mai 2007 (

une élection, fût-elle présidentielle est de moindre rang qu’un vote populaire sur la constitution) autorisent-t-ils le chef de l’exécutif en titre à violer le Non souverain prononcé par la Nation le 29 mai 2005, en faisant ratifier par le parlement l’euro-constitution bis ?

 

En quoi le peuple a-t-il jamais consenti à abandonner à un aréopage supranational le droit de veto dont disposait la France dans plus de 60 domaines vitaux ?

 

Quand le peuple français a-t-il jamais débattu du Traité bis inspiré par la chancelière Angela Merkel, un traité prévalant sur la constitution française aux dires du conseil « constitutionnel » ?

 

Où et quand notre peuple a-t-il mandaté ses parlementaires pour aliéner en son nom sa souveraineté à des autorités supranationales irresponsables, notoirement dominées par la finance et le grand patronat ?

 

 

République « démocratique » ?

 

Mais le chef de l’exécutif en titre tranche de tout, des retraites au contrat de travail, du financement des télévisions aux procédures de divorce ; débordant cyniquement les termes de la constitution, il s’attribue le pouvoir qu’a le gouvernement de « déterminer la politique de la nation ».

 

Il infantilise ses ministres, simples exécutants sans initiative, « évalués » comme par des cabinets privés.

 

Il réduit son parlement au rôle de chambre d’enregistrement

 

Il tance et menace les juges, fait et défait,- directement ou indirectement-, les dirigeants des médias.

 

Il renoue avec les mœurs de Versailles

 

Enfin, il privilégie de manière outrancière, sa caste, sa classe, son clan, en mettant la politique fiscale au service des nantis, en portant quotidiennement des coups au monde du travail

(salaires, retraites, indemnisation du chômage, emploi public, délocalisations, privatisations…), en favorisant cyniquement les milliardaires qui « sponsorisent » ses plaisirs de nabab, dignes des aristocrates d’Ancien Régime.

 

Quel mandat Nicolas Sarkozy a-t-il pour fixer à son Ministre de la xénophobie des « quotas » mensuels d’expulsions d’étrangers, dignes de Le Pen… et de Vichy ?

 

Au nom de quoi piétine-t-il les principes universels du droit en instituant des peines rétroactives qui contournent la décision irrévocable des tribunaux

(certains détenus « dangereux » ayant purgé leur peine seront « castrés chimiquement » ou maintenus indéfiniment en prison) ou en projetant de traduire devant les tribunaux des aliénés auteurs de crime, et cela en violation du principe de responsabilité ?

 

En vertu de quelle conception perverse des libertés fusionne-t-il les Renseignement Généraux avec la Direction de la Surveillance du Territoire (contre-espionnage) dans le but avoué de surveiller les manifestations ouvrières et étudiantes ?

 

Quel mandat populaire a-t-il reçu pour briser le droit de grève des enseignants

(après avoir réduit à rien celui des cheminots…) en utilisant le salaire des professeurs grévistes pour payer des briseurs de grève ? De quel mandat se prévaut-il pour dicter de nouveaux programmes cyniquement patronaux aux professeurs d’économie?

 

République « Sociale » ?

 

Mais le dirigeant du MEDEF Denis Kessler ne se cache même pas pour féliciter Sarkozy de « démanteler systématiquement le programme du Conseil National de la Résistance », ce « compromis entre commu-nistes et gaullistes » qui permit d’instaurer, après la défaite de Hitler et de Pétain, la Sécurité sociale, les retraites par répartition, les conventions collectives, le code du travail, les nationalisations, le statut des mineurs et des fonctionnaires, le CEA et le CNRS, bref, tout ce qui, pendant un demi siècle, a rendu le capitalisme français moins invivable à des millions de travailleurs.

 

C’est en effet la Sécurité sociale

(franchises médicales, nouveaux déremboursements), les retraites (montée sans limites des annuités… et des « décotes »), les nationalisations (vente à la découpe d’EDF-GDF), le statut de la fonction publique, les règles donnant au salarié un minimum de garanties en cas de licenciement, que Sarkozy et son équipe de revanche patronale, sont en train d’araser sous le nom de « rupture ».

 

République « laïque » ?

 

Mais Sarkozy est l’ennemi mortel de la laïcité.

 

Est-il acceptable qu’il récidive dans ce viol impudent de la loi en célébrant

« Dieu transcendant qui est dans la pensée et dans le cœur de chaque homme » (sic) devant les pétro-milliardaires intégristes de Ryad ? Ou que, dans le plus pur style colonial, il somme les Etats arabes (le 18.1.8.) de « construire des Eglises » (sic) sur leur territoire ?

 

République « une et indivisible » 

Mais en aggravant la politique de régionalisation de ses prédécesseurs, Sarkozy détruit le maillage institutionnel hérité de 1789 formellement inspiré du principe d’égalité : de même que la nation est inféodée à l’Union européenne de Maastricht, de même le département s’efface-t-il devant l’euro-région et la commune devant la communauté d’agglomération !

 

En outre, Sarkozy accentue la dénationalisation de l’Education nationale, de l’Université et des diplômes pour mettre en place une éducation régionalisée, formatée et rabougrie, où les enseignants mis en concurrence trembleraient devant les pouvoirs locaux et le patronat, au détriment de l’égalité sociale, de la qualité des formations et de l’unité territoriale de la nation.

 

Il en va de même des autres services publics

 

République « souveraine » ?

 

 

Mais au lieu de promouvoir le non-alignement, l’indépendance de la France, son dialogue pacifique avec tous les peuples, Sarkozy courtise le fascisant Bush au risque d’entraîner la France dans les aventures dangereuses décidées par les faucons de Washington. Ainsi l’armée française s’apprête-t-elle à réintégrer le commandement de l’OTAN, une alliance inféodée aux guerres d’agression des Etats-Unis. Ainsi l’armée française est-elle peu à peu intégrée à l’armée européenne, elle-même soumise à l’OTAN...

 

Sur le plan économique,

 

Sur le plan scientifique et culturel,
Non, cet homme ne préside pas la République,
il la viole quotidiennement !

 

Dénoncer les complices de « l’ouvr’rupture » politique
et du « sarko-syndicalisme »

Pour imposer sa politique, la plus réactionnaire que notre pays ait subie depuis Vichy, Sarkozy dispose du soutien aveugle de l’oligarchie patronale qui, pourvu qu’elle accroisse ses profits, se rit de casser la France.

 

Sarkozy bénéficie aussi de la complicité du parlement

 

Complicité non moindre du CSA

 

De même en 1940, le nouveau pouvoir « constituant » de Pétain, légalisé par les députés de la honte, disposait d’une apparence de légitimité bien qu’il fût l’émanation de l’ultra-droite raciste, des milieux cléricaux, de l’oligarchie financière… et de l’Occupant. Il s’est d’ailleurs trouvé, en 1940 comme en 2008, de faux progres-sistes et de faux syndicalistes pour cautionner un pouvoir anti-républicain en ralliant son gouvernement et en validant ses simulacres de concertation entre patrons et ouvriers. Cela n’a pas rendu Pétain plus « légitime » aux yeux des vrais républicains qui préféreront toujours la Résistance et ses dangers à l’indigne confort de la « Collaboration » !

 

 

 

 Car, quelle que soit la légalité de son élection 
Sarkozy n’a aucun titre démocratique à
« défaire le contrat social français »
comme il ne cesse de le proclamer impudemment
.


Comme l’a démontré Rousseau dans Le contrat social, la démocratie n’est pas fondée sur un prétendu « pacte de subordination » par lequel un peuple se soumettrait à l’homme providentiel qu’il aurait élu ; elle repose sur un « contrat social » fondé sur l’égalité entre tous les citoyens. A l’encontre de toute conception bonapartiste, la République n’est pas un pacte entre un homme et un peuple ; seul le peuple est souverain, seul l’élu (et non le peuple !) est « tenu » par l’élection ; quant au peuple, sa souveraineté est inaliénable et tout élu, simple mandataire provisoire de la volonté populaire, reste un serviteur du peuple, révocable à tout moment ; ce principe de révocabilité des élus a d’ailleurs été mis en pratique par la Commune de Paris et, aujourd’hui il est remis à l’honneur par la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela.

 

En conséquence, loin de pouvoir redessiner à son gré le périmètre du contrat social « par lequel le peuple est un peuple », l’élection d’un président de la République est strictement « cadrée » par le contrat social qui définit strictement les attributions du chef de l’exécutif. Si le contrat social doit être changé, si non seulement la constitution, mais les fondamentaux culturels et socio-économiques de la vie nationale doivent être bouleversés, la moindre des choses est que le peuple soit saisi et se prononce lui-même directement, de manière explicite et solennelle, après un débat de fond public et exhaustif. C’est précisément ce que lui refuse Sarkozy en faisant voter à la sauvette la constitution bis par d’indignes parlementaires, non moins illégitimes que leur maître élyséen.

 

En effet, en donnant 53% des voix à Sarkozy, le peuple français n’a jamais décidé de renier son identité républicaine, fondée sur les conquêtes de 1789 et de 1945, telles que la souveraineté de la nation, l’égalité entre les citoyens, le refus du cléricalisme ! Ceux des ouvriers et employés qui ont naïvement voté Sarkozy, « président du pouvoir d’achat », n’ont jamais décidé que désormais les actionnaires capitalistes et les « stars » bénéficieraient de toutes les largesses, pendant que le monde du travail, chômeurs, étudiants, retraités et immigrés inclus, n’aurait droit qu’à l’inflation, aux régressions tous azimuts et à la répression contre ceux qui ont le courage de dire non !

 

Du point de vue républicain, la prétention de Sarkozy de détruire le « contrat social français » est donc clairement une rébellion de Sarkozy et de sa caste privilégiée contre le peuple souverain.

 

L’illégitimité de Sarkozy délégitime l’ensemble du système d’oppression maastrichtien !

 

Alors certes, il ne s’agit certes pas de cibler l’apprenti tyranneau de l’Elysée en oubliant qu’il n’est que l’exécutant zélé d’une étroite minorité de profiteurs de la mondialisation euro-libérale, bien résolus à créer un Etat supranational européen destructeur des acquis sociaux et des souverainetés populaires. Mais quand un système d’oppression se personnalise à ce point, rappeler que seul le peuple est souverain, proclamer qu’il garde à tout moment le droit de révoquer ceux qu’il se repent d’avoir mandatés, exiger haut et fort la démission du personnage-clé de l’oppression, c’est contester du même coup tout le système d’oppression ; c’est considérer par avance comme nulles et non avenues les prétendues « lois » que Sarkozy, le MEDEF et l’UE auront promulguées pour défaire la souveraineté nationale, la laïcité, le progrès social, les libertés, qu’il s’agisse du traité européen « bis », des mesures de casse sociale, du démontage de la loi de 1905, etc.

 

Eclairer le peuple sur l’illégitimité d’un premier magistrat félon

 

C’est démasquer les faux opposants et les faux syndicalistes en dénonçant leur veule complicité.

 

C’est appeler le peuple français à un sursaut de salut public qui implique que chaque citoyen se réapproprie, de manière pacifique et responsable, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de l’An I, qui stipule :

« quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour toute portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

C’est en un mot rouvrir les portes de l’avenir, pour que la définition qui constitue la France en République sociale, souveraine, démocratique et laïque, cesse de couvrir les pires forfaitures pour devenir enfin une réalité.
 

Iinitiateurs

 

Georges Gastaud, philosophe, secr. nat. du Pôle de Renaissance Communiste en France, Georges Hage, député honoraire du nord, Adrienne Achilli, retraitée (13) ; Maurice Andrieux, a. député-maire d’Hersin (62) ; André de Andrade, projeteur SNCF, 93 ; Daniel Antonini, sec. Internat. PRCF, Jean-François Autier, ajusteur communiste, Jean-Paul Batisse, prof. d’Université ; Claude Beaulieu, prés. du Comité Valmy ; Patrick Berger, journaliste de la Radio Vraiment Libre ; Danielle Bleitrach, sociologue, universitaire ; Caroline Andréani, militante de la Gauche com., membre du Conseil national du PCF ; Jacques Coignard, métallo retraité (22), Francis Combes, poète ; Bernard Colovray, ouvrier du Livre (69) ; Jean-Pierre Combe, directeur du Travailleur de Corrèze, Etorix de Angelis, artisan retraité (06) ; Jean-François Dejours, syndicaliste enseignant (59), Nathalie Dijon, ouvrière agricole (13) ; Aurélien Djament, mathématicien, chercheur CNRS (44) ; Gilbert Enaud, PRCF 44 ; Vincent Flament, militant antifasciste ; Benoît Foucambert, syndicaliste enseignant, Rémi Franckowiak, maître de conférence, Lille (PCF) ; Marc-O. Gavois, prof. d’histoire (13) ; Charles Gilbert, prof. de philo. Retr. ; René Gilli, ch. Lég. d’honneur, a. FTP, a. Commandant FFI ; Bernard Guillaumin, prof. EPS retr., Jean-Pierre Hemmen, président du PRCF, fils de Fusillé de la Résistance (80), Jacques Kmieciak, journaliste ; Jacques Lacaze, cons. municipal Liévin (62) ; Alexis Lacroix, porte-parole des , Elodie Tuaillon, directrice juridique (75), Léon Landini, a. officier FTP-MOI, officier Lég. d’honneur, Annie Lacroix-Riz, prof. d’université, historienne (78), Ivan Lavallée, prof. de l’Université française ; Jacques Leclercq, secr. UL CGT de Douai ; Patrice Leguérinais, mil. communiste (93) ; Jean Lévy, syndicaliste (94) ; Michel Mélinand, ingénieur retraité (93) ; Robert Meyer, agriculteur (84) ; Bernard Parquet, syndicaliste EDF (94), Gaston Pellet, animateur d’un Comité du Non gardois en 2005 ; Michel Peyret, a. député PCF (33), Pierre Pranchère, a. FTP, a. député PCF de Corrèze ; Régis Ravat, président de l’AFRAV ; Robert Rondeau, maire hon. de Guyancourt ; Alain Rondot, retr. métallurgie ; Chrysantie Thérapontos, étudiante (PCF) ;René Roussel, chev. Lég. d’honneur, a. commandant FFI, liquidateur nat. de l’O.S., du Front national antifasciste, des FTPF et des FTP-MOI : Arsène Tchakarian, chev. Lég. d’honneur, a. FTP-MOI groupe Manouchian, a. officier FFI ;

Signatures à adresser à
gastaudcrovisier2@wanadoo.fr,.

 

Georges Gastaud,

 

 



Nom-prénom

 

Qualité ou prof.

 

Adresse postale et/ou courriel

 

Souscrit (facul.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour souscrire, signer ce manifeste, écrire à 
Appel « Illégitime !, 199 rue Emile Zola 62300 Lens


 

Tag(s) : #Politique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :