Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Dans un courrier, adressé aux communistes,
André GERIN invite les membres du Parti, qui se reconnaissent dans une ligne de classe, à se rencontrer le 31 janvier, à Vénissieux, pour débattre " de la reconquête du PCF d'ici le prochain congrès".
Le député maire propose,
à cet effet, d'établir un " bilan du congrès" de décembre dernier, et préalablement, "d'analyser les différentes luttes et mouvements dans le pays".

André GERIN   suggère "la mise sur pied d'une organisation et d'une coordination nationale" et, pour ce faire "la désignation d'un collectif de travail".
Déjà, le 7 janvier, à la veille du Conseil National, il avait constaté "l’hibernation de la direction du PCF depuis le congrès, et un mois d’absence politique".

La rencontre prévue à Vénissieux s'adresse, bien sûr, aux communistes, toujours membres du PCF.
Il s'agit donc d'une initiative interne.

A priori, elle ne vise pas les communistes qui, au cours des dernières années, n'ont pas repris leur carte, ou qui ont été poussés hors du Parti. 
Voire.

D'abord, il faut prendre en compte l'importance que ceux-ci représentent. Ils dépassent, et de loin, le nombre de camarades fidèles au marxisme, restés au Parti communiste.
En dix ans, depuis la "
mutation" et le congrès de Martigues, le nombre des adhérents du PCF a été, au moins, divisé par deux. Si on s'en tient aux statistiques reprises par "Le Réveil communiste", les départs se sont accentués entre 2006 et 2008. Certaines fédérations ont perdu 50% de leurs membres, celles de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et de cinq autres départements. Quinze ont, durant ces deux dernières années, perdu entre 30 et 48% de leurs adhérents.

Ces chiffres montrent que ces dizaines de milliers de camarades, aujourd'hui, hors du Parti, groupés dans des organisations qui se réclament du marxisme, ou le plus souvent isolés, pèsent d'un grand poids dans le rassemblement des communistes, qui sont restés fidèles à leur idéal.
Ensuite, les "différentes luttes et mouvements",qui se développent en France, la vague montante de la contestation populaire à la politique de Nicolas Sarkozy, doivent interpeller tous les communistes.

Comment amplifier cette colère, la coordonner, lui donner des perspectives politiques à la hauteur des attentes de notre peuple ?

Comment impulser la protestation nationale contre le massacre programmé et perpétré par l'Etat d'Israël à l'encontre des Palestiniens de Gaza et exiger des sanctions immédiates contre le gouvernement de Tel Aviv ?
 

Telles sont les questions brûlantes qui nous sont posées.


La seule activité interne au sein du PCF, des militants conscients de cette réalité, serait-elle de nature à les résoudre positivement ?


La position des dirigeants du PCF, si elle a évolué dans le bon sens en ce qui concerne l'agression israéienne,  ne s'est pas départie d'une attitude équivoque.
Son souci permanent de "coller" au Parti socialiste dans des perspectives électorales, sa démarche " pour une Europe sociale", source d'llusions et de dérives dangereuses, rendent plus urgentes encore, l'affirmation par la lutte, de l'objectif essentiel :

la nécessité absolue de mettre un terme à la société capitaliste et de lui substituer une société socialiste.

Ces objectifs, clairement définis, supposent l'action commune de tous les communistes, avec ou sans carte.

Après la rencontre de Vénissieux, tous les vrais communistes doivent se rejoindre dans l'action.
Et d'abord, sur le plan local
, des dispositions pratiques devraient rapidement permettre de mettre en place des espaces de concertation, pour agir ensemble, quartier par quartier, ville par ville, département par département et, ensuite, sur le plan national.

Les manifestations doivent se multiplier localement. Sans attendre. Les exemples se multiplient où les manifestations populaires s'expriment avec force.
L'exemple du 12 janvier à Saint-Lô, où de 4 à 5000 enseignants ont  crié leur colère envers Sarkozy et sa politique de casse sociale et educative, et le défilé du 10 janvier contre l'agression israélienne, sont là pour montrer la capacité de mobilisation de notre peuple.
Les communistes doivent être à l'avant-garde de celle-ci.

Faut-il, pour cela, que la volonté d'union à la base, s'impose

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :