Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Crise gazière Russo-ukrainienne : un enjeu géopolitique au cœur de l’Eurasie, le retour de Zbigniew Brzezinski ? (3) (SUITE et FIN)
par Jean Géronimo

par Comité Valmy


La ligne Brzezinski : au cœur du Grand échiquier eurasien…


Jusqu’à aujourd’hui - et l’élection de B. Obama - l’Amérique de Bush sous la férule théorique de Z. Brzezinski, a cherché à prendre le contrôle de l’Eurasie, cœur stratégique du monde et en cela, elle s’oppose au retour russe dans l’espace post-soviétique.
Cela a été reconnu sans ambigüité par Brzezinski (2000, p. 249), enclin à définir une géostratégie globale à l’échelle de l’Eurasie et qui, paradoxalement - si on admet l’influence déterminante de Brzezinski - pourrait être mise en œuvre par la politique démocrate :
’L’heure est venue pour les Etats-Unis de formuler et de mettre en place une géostratégie d’ensemble à long terme concernant l’Eurasie.’’
Mais, de manière plus générale, elle s’oppose aussi à l’émergence d’une puissance majeure en Eurasie post-communiste, comme l’a précisé Z. Brzezinski (2000, p. 193) : ‘’Le principal intérêt de l’Amérique est (…) de s’assurer qu’aucune puissance unique ne prenne le contrôle de cet espace géopolitique et que la communauté mondiale puisse y jouir d’un accès économique et financier illimité’’.

Car la Russie fait - à nouveau - peur et elle cherche, à terme, à travers la CEI, à restructurer une zone sécuritaire et économique politiquement stable, dans la continuité du glacis protecteur de l’ère soviétique . Et elle fait d’autant plus peur qu’elle reste une superpuissance nucléaire - perçue comme la digne héritière de l’Etat communiste - et n’hésitant pas à s’opposer aux intérêts stratégiques américains . Désormais, elle a recentré sa politique étrangère sur la défense de ses intérêts nationaux - élargis à la CEI - selon l’axe défini par le président Medvedev et repris par le ministre des Affaires étrangères, S. Lavrov :
’Nous avons l’intention de poursuivre la politique étrangère active et constructive fondée sur le pragmatisme, l’ouverture et la promotion ferme mais sans confrontation des intérêts nationaux’’ .
Tout en s’inscrivant dans l’ancienne ligne soviétique Gorbatchev/Primakov, la politique extérieure russe vise l’instauration d’un ordre mondial multipolaire fondé, selon l’expression du premier ministre, V. Poutine, sur ‘’un mécanisme de consensus collectif dans le cadre du droit international.’’
Pour reprendre l’expression pertinente de Lavrov, il s’agit de jeter les bases d’un véritable ‘’polycentrisme politique’’ , désormais rendu possible par l’orientation politique d’Obama – inversement à l’impérialisme militaire de Bush. Dans cette optique, Poutine a rappelé, le 29/01/2009, ‘’que le penchant excessif pour la force lors du règlement des problèmes et le mépris des normes du droit international sont destructifs pour les relations internationales’’. Dans le prolongement de son discours de Munich de février 2007 - véritable harangue anti-impérialiste - Poutine a affirmé que les ‘’questions clés de la vie internationale’’ ne devaient pas être résolues ‘’sur la bases de décisions unilatérales adoptées dans un centre unique’’ .

Mais ce faisant, Moscou freine la stratégie d’expansion américaine dans l’espace post-communiste qui vise à fragiliser, voire à déstabiliser la CEI, dans l’optique d’y réduire l’autorité russe et par ce biais, y inverser les rapports de force . Pour cette raison, la composante géopolitique du conflit gazier continuera d’être instrumentalisée par les deux anciennes superpuissances de la guerre froide, en vue de renforcer leurs positions en Eurasie. Certes, la nouvelle orientation de la politique démocrate américaine va certainement atténuer cette conflictualité structurelle et quasi instinctive. Mais, sur longue période, le prix du gaz russe conservera une fonction politique indéniable, justifiant son utilisation comme ‘’arme stratégique’’.

Dans la mesure où ses adversaires ne reculent devant rien et ont une pratique de tricherie systématique, Moscou aurait objectivement tort de se priver d’une telle arme. D’autant plus que Z. Brzezinski est de retour, au cœur de la politique américaine – et que J. Biden vient de confirmer, dans le prolongement de la ligne Bush, son soutien total à Kiev, en vue ‘’d’épauler la progression de la démocratie en Ukraine’’ . Les Américains, pour reprendre la prophétie de G.F. Kennan (1947), doivent accepter les ‘’responsabilités du leadership moral et politique, dont l’Histoire voulait tout simplement les charger’’ .
Les leçons de l’histoire n’ont pas été retenues. Sur le Grand Echiquier eurasien, désormais, tous les coups sont permis…


Grenoble le 20/02/2009.
Jean Géronimo

Docteur en Economie,

Spécialiste de l’Economie centralement planifiée, de la Russie soviétique et post-soviétique.


NOTES


I
La stratégie eurasienne de l’Amérique est décrite dans 2 ouvrages majeurs de Brzezinski. Voir donc Brzezinski Z. (2000) : ‘’Le grand échiquierL’Amérique et le reste du monde’’, éd. Hachette (1° éd. : Bayard, 1997) et Brzezinski Z. (2004) : ‘’Le Vrai Choix’’, éd. Odile Jacob.


II  Suite à la provocation militaire géorgienne du 8/08/2008 - intervention meurtrière de Kiev dans la république sécessionniste d’Ossétie du sud - la Russie a été contrainte d’intervenir, pour (notamment) protéger ses ressortissants nationaux. Cette crise a débouché sur la double indépendance autoproclamée de l’Abkhazie et de l’Ossétie du sud, le 28 aout 2008, très vite reconnue par Moscou. Aujourd’hui, le Caucase est devenu particulièrement instable, d’autant plus que l’Amérique de Bush l’a utilisé pour comprimer la puissance russe. Le président de l’Ossétie du Nord, Taïmouraz Mamsourov, a ainsi affirmé : ‘’Nous ne nous faisons pas d’illusions, et sommes conscients que le Caucase est la première cible de ceux qui essayent de faire ‘désintégrer’ la Russie et d’y semer le chaos’’. www.rian.ru.fr, ‘’Caucase russe : les présidents nord-ossète et ingouche prônent la stabilité’’, 22/01/2009.


III. Moscou a coupé le 1° janvier 2009 l’approvisionnement en gaz de l’Ukraine, faute d’un accord sur les prix pour 2009 et sur des arriérés de paiement. Par la suite, le 7/11/2009, Moscou a été obligée de suspendre ses livraisons de gaz via l’Ukraine, accusant celle-ci de ‘’voler’’ une partie du gaz russe transitant sur son territoire vers le reste de l’Europe. En effet, un contrôle du groupe gazier Gazprom a établi que les ukrainiens siphonnaient le gaz destiné à l’Europe (au moins 86 millions de mètres cubes détournés depuis le début de l’année). Le 11/01/2009, les pertes de Gazprom, consécutives à l’arrêt du transit du gaz russe sur le territoire ukrainien, s’élevaient selon V. Poutine à 800 millions de dollars. www.rian.ru.fr, ‘’Arrêt du transit du gaz via l’Ukraine : Gazprom perd 800 M USD’’, 11/01/2009. Le 14/01/2009, selon I. Setchine, vice-premier ministre russe, les pertes de Gazprom étaient de 1,2 milliards de dollars et les pertes de recettes d’exportations, de 1,1 milliards de dollars. www.rian.ru.fr, ‘’Rencontre quadripartite à Moscou : Medvedev propose un sommet’’, 14/01/2009. Au 22/01/2009, après la reprise du transit (20/01) les pertes directes de Gazprom dépassaient les 2 milliards de dollars !


IV. ‘’La guerre du gaz, nouvelle guerre froide’’, I. Kadare, Le Monde, 4/02/2009.


V. www.LExpress.fr, ‘’Pourquoi la Russie nous menace’’, P. Sylvaine/A. Chevelkina, 22/08/2008.


VI.
Date de la démission de M. Gorbatchev de la présidence de l’URSS.


VII. Kagan R. (2006) : ‘’La puissance et la faiblesse’’, suivi de ‘’Le revers de la puissance’’, éd. Hachette littératures.


VIII.’Comment sortir intelligemment de cette folle guerre ?’’, Z. Brzezinski, Washington Post, 30/03/2008.


IX. www.rian.ru.fr, ‘’Les USA renoncent à l’ABM et Moscou raisonne Téhéran : piège ou marché honnête’’, (Vremia novosteï), 16/02/2009.


X. Brzezinski (2000, p. 21).


XI. www.rian.ru.fr, ‘’Munich : Biden et Ivanov s’offrent une partie de ‘poker diplomatique’ ‘’ (Moskovski komsomlets), 9/02/2009.


XII. Cité par Kissinger (2004, p. 52).


XIII. Cette contrainte de domination, d’après Kagan (2006, pp. 148-149), serait l’expression ‘’d’un principe tacite de la planification stratégique de l’Amérique, sinon de son budget de défense et de son potentiel militaire, depuis la fin de la guerre froide’’.


XIV. Z. Brzezinski - ancien conseiller à la sécurité des présidents Carter et Bush (père) - est le promoteur d’une ligne anti-russe depuis la guerre froide, qui s’inscrit dans une stratégie globale visant à empêcher l’émergence d’une puissance majeure et hostile en Eurasie, potentiellement menaçante pour le leadership américain. Aujourd’hui, il espère un désengagement militaire de la puissance américaine en Irak pour renforcer sa présence en Asie centrale et en Afghanistan.
En 2007, il a qualifié la guerre menée par Bush en Irak, de ‘’calamité historique, stratégique et morale’’. R. Gates - ancien directeur de la CIA et secrétaire à la Défense de Bush - est d’une part, lié au scandale de l’Irangate portant sur les ventes d’armes à l’Iran pour financer la guérilla des Contras au Nicaragua et d’autre part, à l’origine d’une stratégie de renforcement militaire américain en Irak. Il prône, encore aujourd’hui, le maintien d’une politique interventionniste en Irak. De plus, dans les années 80, il a volontairement déformé des informations émanant des renseignements pour renforcer la politique anti-soviétique de R. Reagan. J. Biden - vice-président d’Obama - a soutenu M. Saakachvili contre Moscou lors de la crise géorgienne de l’été 2008. Il est à l’origine d’une aide économique et financière considérable en faveur de Saakachvili - dont le financement du budget géorgien - pour renforcer son régime. Un tel soutien s’inscrit dans une longue tradition américaine d’ingérence politique en zones eurasienne et sud-américaine. Enfin, Biden est partisan de l’extension du système anti-missiles américain à l’Est européen, perçu par Moscou comme un menace


XV. Au sens de la théorie des systèmes - voir donc, Bertalanffy L.V. (1978) : ‘’Théorie Générale des Systèmes’’, Dunod. Sur le thème de l’auto-régulation des systèmes, voir Mélèse J. (1979) : ‘’Approches systémiques des organisations : vers l’entreprise à complexité humaine’’, éd. Hommes et Techniques.


XVI. www.rian.ru.fr, ‘’A Munich, Poutine sème le désarroi’’ (Vedomosti), 12/02/2007.


XVII.’Discours à la Conférence de Munich sur la sécurité’’, V. Poutine, 10/02/2007. www.voltairenet.org/article145320.html.


XVIII. En juin 1947, dans un article ‘’The Sources of Soviet Conduct’’, Kennan note la détermination de Staline à internationaliser la révolution communiste. Afin de contenir l’expansionnisme soviétique, il prône une politique d’endiguement connue comme doctrine Truman.


XIX. www.rian.ru.fr, ‘’Afghanistan : l’Occident dans le sillage de l’ex-URSS’’, I. Kramnik, 16/02/2009.


XX. On peut donc prévoir une réduction du budget militaire américain. Le futur premier secrétaire adjoint à la Défense, William Lynn, a récemment déclaré que le budget actuel du Pentagone (180 milliards de dollars par an !) était excessif. Sur la thèse de ‘’sur-extension impériale’’ de la puissance américaine, voir P. Kennedy (1988) : ‘’The Rise an Fall of Great Powers’’, Fontana Press.



XXI. www.rian.ru.fr, ‘’ABM en Europe : les Etats-Unis demanderont l’avis de la Russie’’, J. Biden, 7/02/2009.


XXII. Fontanel J. (1998) : ‘’L’économie russe, ou la transition douloureuse’’ in ‘’L’avenir de l’économie russe en question’’, PUG (sous la direction de).


XXIII. www.rian.ru.fr, ‘’ ABM américain en Europe : le potentiel nucléaire russe visé’’, S. Ivanov, 6/02/2009.


XXIV. Sur ce thème, voir notre précédent article : www.regard-est.com/home/breve_contenu.php ?id=765, ‘’Le retour de l’Atome rouge, amorce d’une guerre tiède ?’’, Revue Regard sur l’Est, 30/09/2007.


XXV. Par la suite, l’Ouzbékistan et le Kirghizstan se sont éloignés de la tutelle américaine, en remettant en cause la politique et la présence américaine (via la fermeture de ses bases militaires). Dans ce schéma, l’initiative PPTE (pour les Pays Pauvres et Très Endettés) est, pour Washington un moyen d’imposer une politique libérale au Kirghizstan permettant, par ce biais, d’accroitre son influence dans l’espace post-soviétique. Sur ce thème, voir Géronimo J (2007) : ‘’Les leviers d’une stratégie anti-russe’’, Revue trimestrielle Nouvelle Fondation, n° 6, pp. 130-133 ou www.cairn.info/article.php ?ID_REVUE=NF&ID_NUMPUBLIE=NF_006&ID_ARTICLE=NF_006_0130. Version russe : Revue d’Etat ‘’Obshestevennyi Reiting’’, Bichkek, Kirghizistan (19/04/2007). www.pr.kg/or/detail.php ?id=33.


XXVI www.rian.ru.fr, ‘’Afghanistan : Moscou tente d’acculer Washington à la coopération en Asie centrale’’ (Gazeta.ru/Kommersant), 5/02/2009.


XXVII.’Comment sortir intelligemment de cette folle guerre ?’’, Z. Brzezinski, Washington Post, 30/03/2008.


XXVIII. Sur cette fonction politique des prix en ECP, voir notre thèse. Géronimo J. (1998) : ‘’Légitimité et rôle du Parti communiste dans la régulation du système économique soviétique’’, Thèse de doctorat en Economie Appliquée, UPMF Grenoble 2.


XXIX. www.rian.ru.fr, ‘’Poutine salue les signaux provenant de l’administration Obama’’, 26/01/2009.


XXX. Un autre objectif sous-jacent était d’obtenir la protection militaire de Washington pour s’émanciper définitivement de la tutelle russe.


XXXI. www.rian.ru.fr, ‘’ Saakachvili qualifie Poutine d’ennemi de la Géorgie’’, 23/01/2009.


XXXII.’Protocoles du traité de l’Atlantique Nord de 1949 sur l’accession de la Pologne et de la République tchèque’’, 4/05/1998, section 3, Congressional Record (Sénat), pp. S4217-4220 – cité par H. Kissinger (2004, p. 53).


XXXIII. Kissinger H. (2004) : ‘’La Nouvelle Puissance Américaine’’, éd. Fayard, le Livre de Poche.


XXXIV. www.rian.ru.fr, ‘’Ukraine : pas d’alternative à l’adhésion à l’Otan’’, V. Iouchtchenko, 12/02/2009.


XXXV. www.rian.ru.fr, ‘’L’Abkhazie et l’Ossétie du Sud réintégreront la Géorgie’’, M. Saakachvili, 12/02/2009.


XXXVI. www.express.fr, ‘’Poutine ne s’arrêtera pas là’’, M. Saakachvili, 1/09/2008.


XXXVII. www.rian.ru.fr, ‘’L’arme nucléaire : facteur essentiel de dissuasion’’, Etat major général russe, 9/02/2009.


XXXVIII. www.regard-est.com/home/breve_con tenu.php ?id=765, ‘’Le retour de l’Atome rouge : amorce d’une guerre tiède ?’’, Revue Regard sur l’Est, 30/092007.


XXXIX. On rappellera : OTSC (Organisation du Traité de sécurité collective) et OCS (Organisation de coopération de Shanghai). Voir note lvii.


XL. www.rian.ru.fr, ‘’OTSC : "Moscou consolide son pré carré en Asie centrale’’, I. Kramnik, 06/02/2009.


XLI. www.rian.ru.fr, ‘’Gaz : Kiev et Moscou ont convenu de ne pas lier le transit et les livraisons en Ukraine’’, 18/01/2009.


XLII. Depuis le 20/01/2009, suite au compromis entre V. Poutine et I. Timochenko, le transit énergétique a pu reprendre son cours normal. Lors des négociations à Moscou dans la nuit du samedi 17 janvier entre les premiers ministre russe et ukrainien, une entente sur le prix du gaz pour l’Ukraine et sur le tarif du transit a été enregistrée. Il a été notamment convenu qu’en 2009, un rabais de 20% sera accordé à Kiev pour le gaz russe - sous condition du maintien des tarifs de 2008 pour son transit à travers le territoire ukrainien. www.rian.ru.fr, ‘’Gaz : Timochenko attendue lundi à Moscou’’, 19/01/2009.


XLIII. Grouchko, vice-ministre russe des affaires étrangères a exprimé ‘’sa perplexité face à certaines évaluations’’ de la présidence de la Commission européenne, à l’occasion de la crise gazière, ‘’provoquée par le sabotage par Kiev de ses engagements en matière de transit’’. www.rian.ru.fr, ‘’Crise gazière : Moscou perplexe face aux déclarations de l’UE’’, 22/01/2009.


XLIV. Au total, la Russie fournit 40% du gaz importé de l’UE, dont 80% transitent par l’Ukraine. D’où la possibilité pour cette dernière de menacer Moscou au moyen de manœuvres douteuses et de contraindre sa politique de prix énergétiques. Comme l’a confirmé V. Poutine, l’Ukraine ‘’souhaite parasiter sur le transit de gaz (…)’’. www.rian.ru.fr, ‘’L’Ukraine veut parasiter sur le transit de gaz vers l’Europe’’, 11/01/2009. ’’Cette situation, lorsqu’un pays exige de lui accorder tout gratuitement ou trois fois moins cher qu’à d’autres, menaçant de couper le transit de gaz vers l’Europe qui, nous promet-il encore, pèsera sur nous pour exiger de le rétablir - cette situation n’est plus tolérable’’, a estimé le 16/01/2009, le chef du gouvernement russe. www.rian.ru.fr, ‘’Conflit gazier : V. Poutine critique l’UE pour son ‘approche égal’ envers la Russie et l’Ukraine’’, 16/01/2009.


XLV. Refusant les nouveaux prix de Gazprom, Kiev avait objectivement intérêt à freiner le transit gazier vers l’Europe, dans le but de faire accuser Moscou.


XLVI. Kiev n’a pas hésité à bloquer l’approvisionnement gazier de l’Europe et à prendre celle-ci en otage, conduisant fort justement V. Poutine à dénoncer le 12/01/2009 le ‘’blocus gazier’’ de l’Ukraine. www.rian.ru.fr, ‘’Poutine dénonce le blocus gazier mené par Kiev contre l’Europe’’, 12/01/2009. Un peu plus tard, le premier ministre a confirmé que ‘’aucun des pays de transit n’est en droit d’abuser de sa situation ni de spéculer sur celle-ci, pour prendre en otages les consommateurs en Europe’’. www.rian.ru.fr, ‘’Rencontre quadripartite à Moscou : Medvedev propose un sommet’’, 14/01/2009.


XLVII. Brzezinski (2000, p. 19) a ainsi déclaré : ‘’La partie qui se joue dans le pourtour de la Russie n’est plus l’endiguement de la guerre froide, mais le refoulement (‘roll back’)’’.


XLVIII.Le chef de la diplomatie russe, S. Lavrov, a ainsi déclaré que ‘’la Russie mène aujourd’hui une politique extérieure exempte de confrontation, compréhensible, basée sur des intérêts clairs et légitimes et sur la base du droit international et sur les règles de l’économie du marché’’. www.rian.ru.fr, ‘’La plupart des pays occidentaux rejettent une confrontation avec la Russie’’, S. Lavrov, 16/01/2009.


XLIX. Rappelons qu’un seul pays (principe du droit de véto) peut empêcher l’adhésion russe  àl’OMC.http://archives.lesechos.fr/archives/2008/lesechos.fr/09/18/300294165.htm.


L. www.rian.ru.fr, ‘’La Russie incomprise par l’Europe’’, K. Kossatchev, 12/02/2009.


LI. www.rian.ru.fr, ‘’Nos amis d’Asie centrale’’, D. Kossyrev, 26/01/2009.


LII. Brzezinski (2000, pp. 18-19).


LIII. Le président ouzbèk Islam Karimov a ainsi affirmé, à propos du rôle stabilisateur de Moscou en Asie centrale : ‘’Le monde change très vite (...). La Russie est un pays qui a toujours été présent dans cette région, elle a déterminé la politique et l’équilibre des forces’’. www.rian.ru.fr, ‘’Medvedev en Ouzbékistan : un signal fort’’, 23/01/2009.


LIV. www.LExpress.fr, ‘’Russie-Géorgie : les enjeux du conflit en 7 points’’, G. Minassian, 22/08/2008.


LV. www.rian.ru.fr, ‘’Afghanistan : l’Occident dans le sillage de l’ex-URSS’’, I. Kramnik, 16/02/2009.


LVI. De ce pont de vue, suite aux ‘’révolutions colorées’’, le double contrôle de la Géorgie et de l’Ukraine s’inscrit dans la ligne Brzezinski de déstabilisation, d’encerclement et de compression de l’influence russe dans son espace historique. Brzezinski considère l’Ukraine comme un pivot géopolitique central de sa stratégie de ‘’roll back’’.


LVII. Dans cet axe, Moscou a renforcé sa sécurité politico-stratégique à travers la création de l’OTSC et de l’OCS. L’OCS est une organisation régionale regroupant 6 Etats : la Russie, la Chine, le Kazakhstan, la Kirghizie, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan. Elle a été crée à Shanghai les 14 et 15 juin 2001 par les présidents des six pays eurasiatiques. L’OTSC est une organisation militaire regroupant sept Etats - Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, Russie et Ouzbékistan - soit près de 70% du territoire de l’ex-URSS. Elle a été crée le 25 mai 2001.


LVIII. Elle s’oppose notamment au projet américain d’implanter un bouclier anti-missiles (ABM) en Europe de l’Est (Tchéquie et Pologne) dont, à juste titre, elle estime être une cible potentielle. Sous G.W. Bush, il aurait même été question d’étendre le bouclier ABM à certaines ex-républiques soviétiques…


LIX. www.rian.ru.fr, ‘’Le conflit osséto-géorgien a brisé le mythe d’un monde unipolaire’’, S. Lavrov , 1/02/2009.


LX. www.rian.ru.fr, ‘’Moscou espère qu’Obama optera pour le polycentrisme politique’’, S. Lavrov, 12/02/2009.


LXI www.rian.ru.fr, ‘’Davos : la Russie souhaite que les USA renoncent à leur unilatéralisme’’, V. Poutine, 29/01/2009.


LXII. ‘’Ce qui entrave le développement de la coopération dans cet espace - ce sont les conflits qui perdurent, et nous devons nous efforcer de les régler en utilisant les mécanismes de paix et les négociations, ainsi que les tentatives de diviser l’espace de la CEI et d’y semer la discorde politique et militaire’’, a souligné S. Lavrov, ajoutant qu’il ne fallait pas utiliser les pays de la CEI comme otages de projets géopolitiques. www.rian.ru.fr, ‘’ La Russie luttera contre les tentatives de division de la CEI’’, S. Lavrov, 16/01/2009.


LXIII. www.rian.ru.fr, ‘’La nouvelle administration US soutiendra l’Ukraine’’, I. Timochenko, 11/02/2009.


LXIV. G.F. Kennan (1947) : ‘’The Sources of Soviet Conduct’’, article, Foreign Affairs, juillet 1947.


FIN du DOCUMENT
Tag(s) : #Contre l'impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :