Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Toute la classe politique et médiatique française exprime sa  joie :  enfin, un chef d'Etat en exercice,est mis au ban de l'humanité par un Tribunal International ! 
Une "première", comme le répètent nos journalistes.
Ehoud Olmert, Tzipi Livni et Ehud Barak, et tous les dirigeants d'Israël, vont-ils enfin comparaître devant un tribunal  pour "crimes de guerre" et "crimes contre l'humanité", à la suite de l'agression sanglante menée contre les Palestiniens de Gaza ?
L'ex-président Bush va-t-il répondre de la guerre engagée par lui contre l'Irak et l'Afghanistan, sur la base de mensonges d'Etat ? Et aussi, du fait de sa politique légalisant la torture et les emprisonnements illégaux à Guantanamo ?
De même, ses prédécesseurs, Républicains ou Démocrates, sont-ils inculpés pour leur cinquantaine d'interventions extérieures contre des Etas indépendants, du Guatemala au Viet Nam, de la Grenade à Panama.
Non point ! Il ne s'agit pas d'inculper de vaillants défenseurs du "monde libre", des dirigeants de pays amis et alliés, "occidentaux" par surcroit.

Le coupable présumé se nomme Omar el-Bachir, le président du Soudan. Il  est inculpé par le Tribunal International  pour "crimes de guerre et  crimes contre l'humanité".
De Libération au Figaro, du Monde à Bernard Guetta, sur France Inter, à la télé, toutes chaines confondues, c'est l'euphorie. On danse de plaisir à cette nouvelle, une "valse avec Bechir", en quelque sorte.
Ce dernier figurait depuis des années sur la liste des "ennemis intimes" de l'élite française et européenne. Aux côtés de Vladimir Poutine, de Mahmoud Ahmadinejad, d'Hugo  Chavez, des "dirigeants chinois", sans oublier; bien sûr, Fidel Castro.
Nos "philosophes de service", les BHL, les Gluksman, pointaient depuis longtemps leur doigt vengeur sur ces "dictateurs" qui n'obéissent pas aux saintes lois du capital .
Omar el-Bechir, lui, avait oser commercer avec la Chine rouge, au détriment de Total, d'Areva et de Bouygues. Un crime inpardonnable.
Aussi, Bechir  devait "valser" au plus vite.
Faisant face à une rébellion dans sa provine du Darfour, comme aiment les organiser la CIA et les "services" occidentaux, Omar el-Bechir a défendu l'unicité  du Soudan. Les médias français, sentant en cela, la faiblesse de leur argumentation, n'ont de cesse de présenter le Darfour comme "un territoire étranger", "attaqué" par l'armée soudanaise. Les cartes présentées à la télé ne manquent jamais de "colorier" cette province, pour la distinguer du Soudan.
Ainsi, son président devient "l'agresseur".
CQFD.
Les Etats occidentaux se signent d'effroi quand d'autres Etats défendent l'intégrité de leur territoire. Imaginons nos DOM-TOM en rébellion. Paris y verrait immédiatement "la main de l'étranger" et enverrait l'armée crapahuter sur les îles.
De nos jours, Sarkozy plaide toujours les bienfaits de nos aventures coloniales. Il ne faudrait pas, devant lui, condamner le rôle de nos paras à la Casbah d'Alger et dans les djebels, que les colonialistes de l'époque, considéraient comme "la France". Un million de victimes algériennes, ce n'est pas un "crime contre l'humanité", l'incendie systématique des mechtas ne constitue pas un "crime de guerre". Or, le Darfour n'est pas un pays conquis par le Soudan : il en fait partie.

II faut revenir sur l'histoire du Soudan.

 - 1820 L'Egypte conquiert le Soudan.
 - 1874 Le Darfour est annexé au Soudan.
 - 1881 Le Soudan se soulève contre la domination de l'Egypte.
 - 1896 L'armée britannique, sous le commandement du général Kitchener, envahit le Soudan, ainsi colonisé par la Grande-Bretagne.
 -  1899 Cond ominium anglo-éyptien est établi sur le Soudan.
 -  1953 Traité anglo-soudanais, qui reconnaît l'indépendance du Soudan.
 -  1956 Indépendance effective du Soudan.

Ainsi, le Darfour fait partie du Soudan depuis 135 ans, trois-quarts de siècle avant  l'indépendance de celui-ci
L'intervention des forces militaires de Khartoum au Darfour relève donc de la souveraineté du Soudan, indépendamment des moyens utilisés.
Ce pays  n'a jamais attaqué d'Etats étrangers, contrairement aux  Etats occidentaux, qui depuis la fin du XIXème sièle, se sont taillés des empires coloniaux, spécialement en Afrique.
Plus près de nous, en 1998, prétextant les attentats de Nairobi et de Dar es-Salaam, l’aviation américaine a bombardé l’usine pharmaceutique d’El Shifa, près de Khartoum.

La campagne menée en France, dans l'Union européenne et aux Etats-Unis contre le Soudan n'a rien d"'humanitaire". Elle s'inscrit dans la stratégie impérialiste. Sur tous les continents, le capital globalisé et les forces politiques à son service, tentent d'endiguer la marée montante des peuples qui luttent pour leur souveraineté et leur indépendance.
 

Tag(s) : #Internationalisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :