Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

OTAN: un sommet sous haute surveillance

Posté le 27.03.2009
par
bezierspcf


Tout le monde sait que le sommet de l’OTAN se réunira les 3 et 4 avril prochains à Strasbourg, à Kehl et Baden- Baden (villes frontalières allemandes). Ce que la surexploitation médiatique ne dévoile pas, c’est le réel état de siège que subit Strasbourg. Depuis le début de ce mois, la capitale européenne n’est rien de moins qu’une ville retranchée. Barrières de sécurité installées, axes routiers bloqués le long des quais, postes de surveillance à chaque coin de rue… Les habitants sont pris en étau au nom de la sécurité préventive. De l’aube au crépuscule, des factions de CRS et de gendarmes mobiles circulent dans la ville – aidés d’agents des services secrets américains – en car, à vélo ou à pied. La nuit, une autre unité les remplace. Ils arrêtent, contrôlent et suspectent n’importe qui.

Mêmes opérations aux frontières allemandes, où les douanes ont été rétablies depuis vendredi – créant nécessairement des embouteillages – pour finalement être complètement coupées dès le 1er avril. Plus aucun passant ne pourra franchir le Rhin. La navigation fluviale sera également interrompue. Presque toutes les entreprises frontalières allemandes sont ainsi contraintes de fermer une semaine avant la réunion du sommet. Les travailleurs ont par conséquent dû, depuis maintenant deux mois, effectuer des heures supplémentaires chaque soir pour pouvoir compenser la semaine de fermeture. En France, de nombreux commerces du centreville ainsi que la plupart des écoles sont assignés à rester fermés. L’université de Strasbourg impose des vacances forcées, du 30 mars au 5 avril, afin d’« éviter tout débordement », selon son directeur.
Évidemment, inutile de préciser que, lors du sommet, aucune circulation ni manifestation d’aucune sorte n’est permise dans un rayon de 5 kilomètres autour de Rhin. Qu’aucun habitant ne pourra non plus sortir de chez lui, ni même, pour ceux qui habitent à proximité des jardins bordant le fleuve, se montrer à sa propre fenêtre. Surveillance et sécurité d’une ville qui se transforme en camp, où toute forme d’expression du peuple est écrasée avant même son éclosion. Les dirigeants de l’OTAN ont lancé l’ordre. Une puissance inflexible, à laquelle la France vient de se joindre.


Lucile Schwartz,
dix-neuf ans,
Mudolsheim (Bas-Rhin)
Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :