Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Ce matin, nous avons droit, sur tous les médias, à un concert de louanges unanimes (ou presque) à l'égard des résultats du G 20. Seul, un son de cloche discordant nous est donné en  contrepoint : Besancenot, cité avec complaisance, le NPA étant dûment estampillé comme  l'unique opposant officiellement reconnu par les autorités.
De "gauche" comme de droite, l'Humanité n'étant pas citée, chacun de saluer avec émotion le bilan, jugé "globalement positif ", du sommet de Londres. Certes, les fleurs, n'e vont pas, toutes, aux mêmes héros. Naturellement, le "boss", Barack  Obama reccueille les applaudissements unanimes. Son éternel sourire ravageur fait des miracles. Il reste le commandant en chef incontesté du "monde libre" élargi. A ses côtés, d'autres acteurs tentent de trouver la place la plus enviable, celle du second rôle. Pour Le Figaro, le journal officiel de la Sarkozie, Nicolas est naturellement le héros de la fête. Bombant le torse, mouvement de menton, sourire carnassier,  le président de la République vise le haut de l'affiche, version française. Avec les retombées positives de politique intérieure escomptées. Et tout l'UMP de lui faire écho.
Les socialistes, eux, insistent sur le rôle accru dévolu au FMI...et à son premier responsable, DSK, toujours bonhomme. C'est l'homme chargé de dispenser des centaines de milliards aux "pays pauvres" en difficulté ( pas aux pauvres de ces pays, naturellement).. et aux conditions exigées par le Fonds Monétaire International : ces Etats, pour être "aidés", devront multiplier les "plans de rigueur", privatiser à tout va, rogner encore leurs dépenses sociales pour permettre à leurs exportations d'être "compétitives". Au seul bénéfice des transnationales, qui exploitent les richesses naturelles de ces pays, contrôlent leurs infrasrtuctures portuaires, leurs moyens de communication.
DSK, c'est aussi un candidat potentiel aux élections présidentielles de 2012...
Donc, les uns et les autres, apôtres du "marché libre et non faussé", louent en choeur le succès du sommet.
Mais de quels succès parle-t-on ?
"Le capitalisme est moralisé!" , prétend Sarkozy. "Il est régulé" dclare-t-on au PS. Et d'applaudir de concert aux menaces visant les "paradis fiscaux". Ils vont être dûment répertoriés. Certains vont être mis sur liste "noire". D'autres sur liste "grise". 
Ainsi,  le registre de ces zones de non droit  sera connu de tous les puissances  - de tous les puissants - du monde...qui  ignoraient jusqu'à l'existense de ces lieux de perdition
Monsieur Brown va découvrir, horrifié, la présence en Grande-Bretagne même, des paradis anglo-Normands, tels Jersey et  Guernesey, dont le statut juridique a été établi justement pour garantir la liberté discrète de mouvement  des capitaux, de l'île de Man, également à une encablure des côtes du royaume de Sa Majesté, sans parler des petits paradis exotiques et caraïbes des Bermudes et des îles Caïmans. Monsieur Obama va, lui aussi,  prendre connaissance avec stupeur de ses propres nids protégés de la finance internationale, battant pavillon US. De même, le co-président d'Andorre (par ailleurs chanoine d'honneur de Saint-Jean-de -Latran, et locataire provisoire de l'Elysée ), sera stupéfait d'apprendre que son petit état, est un vert paradis de l'évasion fiscale.
Quant aux dirigeants de l'Union européenne, leur surprise sera de taille en découvrant le rôle financier du Luxembourg, plaque tournante du gratin bancaire mondial. Et que dire des dirigeants de nos multinationales lorsqu'ils vont apprendre que certains de leurs salariés plaçaient en douce les milliards d'euros de profit de l'entreprise dans les paradis fiscaux ?
A la mise à l'index moral de ceux-ci, s'ajoute la levée du secret bancaire (du sacré bancaire ?). Enfin, de quelques petits secrets, seulement  lorsque la justice saisie, diligentera une enquête. Pour les autres, l'immense majorité, la discrétion restera toujours de rigueur.  Mais l'essentiel, n'est-il pas la lutte qui va s'engager - c'est promis-juré - contre la spéculation ?
Car, vous l'ignoriez, la spéculation régnait en maître?
Et la spéculation, ce n'est pas joli-joli.
Ainsi, les banques, mais aussi toutes les grandes entreprises, toutes celles du CAC 40, avaient une "salle des marchés" ! Personne ne le savait. Même pas Nicolas qui ne s'intéressait qu'aux yachts et aux résidences privées de ses amis les  PDG.
Alors ? On va les fermer ces "salles de marchés" ?
Pourquoi toujours chercher la petite bête ?
Et pourquoi pas fermer la Bourse, pendant que vous y êtes !
Non, on va seulement "moraliser" la spéculation. Ainsi, ceux qui la pratique chaque jour ne feront plus que "prendre leur bénéfice", comme disent les commentateurs financiers.
Tel est le bilan du sommet du G 20. 
Quand on pense qu'il y a des esprits chagrins pour faire la fine bouche.

Tag(s) : #Contre l'impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :