Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une lettre de
la Commission exécutive du syndicat CGT Michelin

Usine Michelin - 43700 Blavozy                                                                                

 

à Bernard THIBAULT, secrétaire général CGT

 

 

le 7 avril 2009

Cher camarade,

Après le succès considérable des journées de mobilisation du 29 janvier et 19 mars qui se sont traduites par 80 à 90% de débrayages sur l'usine Michelin de Blavozy, et une très forte participation aux défilés, le syndicat CGT s'inscrit dans l'initiative commune aux confédérations vis-à-vis de la journée de mobilisation du 1er mai.

Néanmoins nous ne pouvons que regretter que face à ce mouvement initié le 29 janvier et 19 mars, il faille patienter un mois et demi pour qu'une nouvelle action nationale soit décrétée.

Une grande partie des manifestants, des salariés en lutte, confronté à des pertes de salaires très importantes, à un souci permanent vis-à-vis de l'emploi, de la survie même de l'usine,  souhaitait un prolongement rapide à la journée du 19 mars.

Bien évidemment, nous comprenons que l'unité syndicale peut être un moteur décisif à l'enclenchement d'un mouvement de protestation beaucoup plus large, mais pour autant, la CGT qui rassemble sous « ses couleurs » une grande majorité de non syndiqués ne peut être assujettie et conditionné à la volonté d'organisations syndicales réfractaires à l'idée même que la victoire contre le patronat et gouvernement est possible.

En conséquence de quoi, la CGT, première organisation Française conforté par les résultats aux élections prud'homales, se doit de prendre ses responsabilités en organisant la lutte, y compris unité syndicale ou pas.

Nous demandons donc auprès du premier de nos secrétaires, de donner des perspectives à courte échéance, après la journée du 1er mai, dont à notre échelle nous allons nous efforcer de tout mettre en œuvre pour la réussite de celle-ci.

Nous pensons qu'il serait dangereux de laisser la situation « se pourrir », alors que les exaspérations sont de plus en plus fortes, mais que va se poser avec force la problématique liée aux pertes de salaires avec le chômage partiel, ce qui peut aussi devenir un facteur de blocage « d'aller à l'action » pour nombre de salariés.

Reçois cher camarade, nos fraternelles salutations.

Pour le syndicat CGT Michelin et au nom de la commission exécutive,

 

Tag(s) : #Lutte de Classe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :