Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


NOUS PUBLIONS LE TEXTE DU M'PEP POUR FAIRE CONNAÎTRE LES ARGUMENTS DE CEUX, QUI A GAUCHE, REFUSENT LE CHOIX DE L'ABSTENTION. DANS UN DEBAT OUVERT, IL EST NECESSAIRE D'ENTENDRE DES OPINIONS DIFFERENTES DES NÔTRES POUR Y REPONDRE PRECISEMENT.
C'EST CE QUE "CANEMPECHEPASNICOLAS" VA TENTER DE LE FAIRE. 


ABSENTION,  PIEGE A CONS !

Par le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP)

Le 30 avril 2009.

Les sondages sont convergents : si rien ne change dans les quelques semaines qui viennent, l’abstention battra un nouveau record lors des élections européennes du 7 juin. Depuis 1979, date de la première élection du Parlement européen au suffrage universel, l’abstention en France est allée de record en record : 39 % en 1979 et 57 % en 2004. On nous annonce pour 2009 une abstention supérieure à 60 %.

La situation est encore pire dans la plupart des autres pays de l’Union européenne.

Dans les pays qui faisaient partie des six membres du Marché commun du départ, les résultats sont particulièrement médiocres. Aux Pays-Bas, 42% d’abstentions aux élections européennes de 1979 ; 61% en 2004. En Allemagne, 34% d’abstentions en 1979 ; 57% en 2004. Le Royaume-Uni, qui a rejoint l’Union européenne plus tard, fait figure d’exception. L’abstention, en effet, connaît une remarquable stabilité. Mais à quel niveau ! Elle était de 60% en 1979, et elle est toujours de 60% en 2004 !

On nous avait dit que l’adhésion à l’Union européenne, dans les pays qui venaient d’y entrer, avait suscité l’enthousiasme des citoyens. Il n’en est strictement rien. Le record d’abstentions, toutes catégories, est détenu par la Slovaquie avec 83%. Deuxième, la Pologne, avec 79%. Troisième, l’Estonie, avec 73%. Etc.

Faut-il se réjouir ou s’inquiéter de la montée de l’abstentionnisme aux élections européennes ? Il faut s’en inquiéter et il faut donner un contenu très politique au vote du 7 juin, allant bien au-delà de la seule question du Parlement européen.

10 RAISONS POUR NE PAS S’ABSTENIR, CAR S’ABSTENIR C’EST VOTER SARKOZY

DONNER UN SENS POLITIQUE AU VOTE DU 7 JUIN QUI AILLE AU-DELÀ DE LA SEULE QUESTION DU PARLEMENT EUROPEEN


COMMENTAIRES DE "CANEMPECHEPASNICOLAS" :

Après avoir dressé un bilan de la montée de l'abstentionisme en Europe, le M'PEP d'en inquiète vivement.
Et pour justifier son choix, il en donne dix raisons :

   1.- Ne pas encourager le peuple à se taire.

Ce n’est pas si souvent que la souveraineté populaire est sollicitée dans le cadre de l’Union européenne. D’autant qu’à plusieurs reprises les oligarques européens n’ont pas tenu compte des résultats de référendums, en France et aux Pays-Bas en 2005, ou en Irlande par exemple en 2008, au motif qu’ils n’étaient pas politiquement conformes. Alors quand le peuple peut s’exprimer, il doit le faire ! Va-t-on demander au peuple de se taire ? Ce serait faire un magnifique cadeau à tous ceux qui ne veulent pas des peuples dans la construction européenne. Certes, il est parfois des situations où l’abstention peut se justifier. C’était le cas, en 1969, au deuxième tour de l’élection présidentielle en France, où deux candidats de droite étaient opposés : Georges Pompidou et Alain Poher. C’était « bonnet blanc et blanc bonnet ». Mais ce n’est pas le cas à cette élection européenne de 2009, car on ne peut pas mettre sur le même plan toutes les listes qui présentent des candidats aux élections.

Les élections "européennes", un moyen de s'exprimer par les urnes ?
Mais sur quoi ? Aucune liste n'a fait le choix du refus de la construction européenne.
Socialistes, Verts, Modem, UMP sont les artisans de l'Union européenne. Ils ont tous appelé à ratifier tous les traités qui veulent 'graver dans le marbre'"la loi du marché et de la libre concurrence". Dans les 27 pays de l'UE, les sociaux-démocrates au pouvoir ont oeuvré à l'extension des compétences de l'Union au détriment de la souveraineté populaire, tous ces partis, y compris le PS, ont privatisé à tout va, réduit la part salariale au bénéfice du capital.
Quant aux forces, qui se réclament de "la gauche de la gauche", PCF comme NPA, ils crient à qui mieux mieux "Vive l'Europe sociale", comme s'il était possible de modifier l'objet et les raisons de la constrction européenne, mise en place comme instrument contre la souveraineté des peuples, pour soumettre ceux-ci aux lois du profit maximum du capital financier... Donc "voter" pour une de ces deux listes, c'est accepter l'intégration européenne.

   2.- Ne pas abandonner le combat contre le traité constitutionnel européen de 2005.

Le peuple doit se rappeler au bon souvenir de l’Union européenne après 2005. Avec 55 % de « non » au référendum sur le traité constitutionnel européen le 29 mai 2005, faudrait-il passer cette grande victoire aux oubliettes et s’abstenir aux européennes de 2009 ? Faire ce cadeau aux oligarques de Bruxelles et aux grands médias qui avaient menacé de « cataclysme » si le « non » l’emportait ? Il existe une continuité entre 2005 et 2009 ! Tous ceux qui ont voté « non » en 2005 doivent se mobiliser une nouvelle fois en 2009. A quel titre faudrait-il renoncer alors qu’il est possible de sanctionner les partisans du « oui » ?

Il ne s'agit pas d'un referendum "pour" ou "contre" une constitution modifiant en l'aggravant le contenu des traités existants, mais un vote qui s'inscrit dans l'application même de la construction européenne, l'Assemblée de Strasbourg étant l'un des points clefs des dispositifs législatifs supra nationaux.

    3.- Ne pas donner la victoire aux partis et listes pro-système.

Ceux qui s’abstiennent, comme d’habitude, sont les jeunes et les milieux populaires, c’est-à-dire ceux qui ont le plus intérêt au changement des politiques de l’Union européenne et de l’Union européenne elle-même. En s’abstenant, ils laissent la voie libre aux partisans du système. Les partis qui étaient favorables au TCE en 2005 sont aujourd’hui favorables au Traité de Lisbonne, copie conforme du TCE. Il faut les nommer : UMP, PS, MoDem, Verts. Est-il possible de les laisser caracoler avec des sondages qui leur donnent respectivement aux alentours de 28%, 25%, 12% et 10% ? Autrement dit, le « oui » obtiendrait 75 % ! Le traité de Lisbonne est la ligne de partage. Tous ceux qui le soutiennent doivent être éliminés de l’élection. D’autant que se sont les parlementaires de ces mêmes partis qui ont empêché, en 2008, lors du Congrès de Versailles, la tenue d’un référendum sur le traité de Lisbonne (sauf une députée des Verts et quelques parlementaires du PS). Alors pas de pitié !

Les "jeunes et les milieux populaires" sont les pemières victimes de l'Union européenne. S'ils abstiennent plus que les couches moyennes, c'est qu'ils ont conscience de la nocivité de l'UE. Faut-il, en les incitant à voter, condamner leur instinct de classe ? Ou, au contraire, en prônant l'abstention, élargir le mouvement d'opposition sociale à la constrution européenne ?

    4.- Ne pas faire la politique de l’autruche.

Est-ce que les records d’abstention passée aux européennes ont changé quelque chose ? Ont-ils envoyé un message, fait « prendre conscience » aux oligarques européens qu’ils faisaient fausse route ? Ont-ils montré quoi que ce soit ? Au contraire ! Ils ont laissé le champ libre à tous ceux qui veulent interdire la démocratie en Europe. Ce serait quand même le comble, en France, après que les électeurs aient voté « non » en 2005, qu’ils aient observé les extravagances de Sarkozy depuis deux ans et constaté la responsabilité de l’Union européenne dans la crise, qu’ils disent « encore » à ces politiques en s’abstenant ! Et qu’ils ne profitent pas de l’occasion pour sanctionner les partis pro-système !

On peut aussi poser la question autrement : le vote pour telle ou telle formation, lors des précédentes élections européennes, a-t-il "changé quelque chose" à la politique suivie à Bruxelles ou à Strasbourg ? Le M'PEP ignore sans doute les paroles des dirigeants de l'UMP qui craignent, en premier lieu, l'abstention considérée par eux, comme le danger principal ?

    5.- Ne pas laisser impunis les responsables de la crise.

Parmi les partis et listes qui se présentent aux élections européennes, certains ont une responsabilité particulière dans la crise du capitalisme néolibéral. Ce sont tous ceux qui ont participé ou soutenu les politiques de l’Union européenne, qui ont impulsé les politiques gouvernementales de libéralisation, qui ont soutenu les traités européens de Maastricht à Lisbonne. Pourquoi les laisser impunis ? Il faut les sanctionner !

Les "responsables de la crise" sont à la fois à Bruxelles et à Paris. On ne peut "sanctionner" le pouvoir sarkozien (et le PS) sans condamner la construction européenne, car le Capital n'est pas "national", il inspire toutes les lois de l'UE. Il faut donc condamner celle-ci, le 7 juin, en refusant d'entrer dans le "jeu" des élections européennes. 60% d'abstentions sera la seule façon de sanctionner à la fois Sarkozy et Barroso.

     6.- Ne pas laisser passer la chance que le peuple s’exprime pour la première fois après l’élection de Sarkozy et la crise.

C’est la première fois que le peuple a la possibilité de s’exprimer après les présidentielles de 2007 et la crise du capitalisme néolibéral. Va-t-il se taire, comme si personne n’était responsable de rien ? Comme s’il n’y avait pas de coupables ? Comme s’il n’y avait pas de solutions ?

En votant le 7 juin, les citoyens ne désignent pas les "coupables" de la crise. ils ratifient une structure de l'UE, l'Assemblée, qui participe à la politique du Capital, responsable de la crise.

     7.- Ne pas donner un signal négatif aux travailleurs en lutte.

Que signifierait un score de l’UMP arrivant en tête de l’élection avec près de 30% des voix, et sa roue de secours – Bayrou – avec 12 à 15% ? Quel serait le signal politique donné à tous ceux qui luttent contre les effets de sa politique ? Il y aurait une contradiction totale entre l’immense mécontentement qui gronde dans la société et le résultat de ces élections. Comment comprendre qu’il n’y ait aucune traduction politique des luttes sociales ? L’abstention ne sera pas interprétée comme un soutien aux luttes mais comme un abandon. Elle affaiblira les luttes.

Le vote du 7 juin n'a aucune signification politique : du fait du taux d'abstention, le score de chaque formation sera à peine la moitié du pourcentage annoncé par les sondages, calculés sur les suffrages exprimés. Que l'UMP comptabilise moins de 15% des inscrits, le PS moins de 10%, le NPA et le PCF additionnés soient crédités de moins de 8% a-t-il une signification politique ? Et plus le pourcentage d'abstentions sera élevé, moins le pouvoir sarkozien ne pourra se targuer de représenter  "la France"...

      8.- Ne pas permettre à Sarkozy de consolider sa politique.

Si l’UMP l’emporte haut la main, ce sera une consolidation de la politique de Sarkozy, ce sera lui donner carte blanche pour la poursuivre. Est-ce vraiment ce que veulent les abstentionnistes ?

Se reporter aux commentaires précédents : pourra-t-on dire qu'avec moins de 15% des inscrits, Sarkozy sera conforté dans sa politique ?

       9.- Ne pas alimenter la « gouvernance ».

L’abstention va préparer la « gouvernance », c’est-à-dire la gestion par des « experts » et non par des élus. C’est le rêve des européistes de tous bords : diriger l’Union européenne avec des gens « compétents », qui savent mieux que les peuples ce qui est bon pour eux, faire oublier la démocratie et la parole du peuple. L’abstention ne fait qu’encourager cette tendance morbide.

De toutes façons, les "élus" de "gauche" comme de droite, à Strasbourg, collaborent ensemble pour imposer une politique de réaction sociale conforme aux intérêts du Capital. Ils ne s'opposent jamais aux "experts" bruxellois.

 

10.- Ne pas lâcher prise face à l’eurolibéralisme.
L’abstention, c’est accepter l’eurolibéralisme puisque c’est refuser d’accorder sa voix aux listes qui s’y opposent.

L'abstention est une condamnation de "l'Union européenne", machine de guerre du capital et prison des peuples. L'UE signifie "contre révolution sociale", chômage, misère et perte de la souveraineté et de l'indépendance nationale.
En Amérique latine, les peuples du Venezuela, de Bolivie et de l'Equateur ont dû sortir des structures mises en place par les Etats-Unis pour mettre en pratique une politique de progrès social. A Caracas, comme à La Paz ou à Quito, la lutte pour l'indépendance nationale et la souveraineté populaire a permis la libération sociale.
Pourquoi ne pas agir de la sorte en Europe

VOILA DIX RAISONS DE S'ABSTENIR LE 7 JUIN !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :