Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TEXTE TIRE de

LA LETTRE VOLEE
  


" Sur ce blog, c'est un peu tous les jours la fête de l'Europe.

Mais le 9 mai il était spécialement important de faire un geste. Comme le temps me manque, je reprends un courriel reçu ce jour, de la part du M'PEP (Mouvement politique d'éducation populaire). Le M'PEP (ne me demandez pas pourquoi l'apostrophe) est un mouvement plutôt sympathique, animé par Jacques Nikonoff, entre autres, ancien président d'ATTAC (dont on a beaucoup dit qu'il était très autoritaire, certes).

Le M'PEP donc désespère de l'Europe, et commence à sortir de l'alter européisme qui veut se donner le temps d'attendre que l'Europe aille dans le bon sens jusqu'au dernier salarié de notre dernière usine et jusqu'au dernier de nos services publics.

Donc le M'PEP prône une voie "positive et réaliste", la désobéissance européenne.


Avec quelques arguments :

"Le M’PEP a largement démontré dans plusieurs textes qu’il n’est pas possible de mener une véritable politique de gauche dans le cadre de l’Union européenne. Nous pourrions dire sans risque de nous tromper que 95% des propositions de la gauche de gauche se révèlent illégales au regard du droit européen sanctifié dans les traités et la jurisprudence, et qu’il ne figurerait dans les 5% restants que des mesures décoratives.

Les traités européens sont incompatibles avec une politique de gauche
.

Dès lors, les options envisageables sont peu nombreuses :
se résigner à vivre dans une Europe libérale ;
attendre (jusqu’à quand ?) un changement radical d’orientation de l’Union européenne ;
ne plus obéir aux injonctions néolibérales de l’Union.

Bien évidemment, la seule solution acceptable est de s’affranchir des obligations communautaires eurolibérales, ce qui d’un point de vue juridique renvoie à l’idée de désobéissance civile, avec toutefois quelques différences importantes. C’est pourquoi un large débat public est désormais impératif autour d’un concept nouveau et nécessaire proposé par le M’PEP : la « désobéissance européenne ».
En quoi consisterait la désobéissance européenne ?
Comment la désobéissance européenne, qui est une désobéissance civile a grande échelle, peut s’appuyer sur un processus démocratique ?
Comment les partis politiques et les syndicats peuvent-ils clarifier leur position ?
Les communes qui se sont déclarées « Hors AGCS » ne sont-elles pas les premières à avoir montré le chemin ?
Faut-il créer un mouvement de désobéissance européenne ?
 

Sans doute pour des raisons de proximité avec le Parti de gauche, le M'PEP prône, malgré ce discours offensif, la participation au scrutin du 7 juin - ce qui ne paraît guère cohérent.
Il faut dire qu'un autre de leurs textes récents s'appelle "Bouger l'Europe ou sortir de l'Union européenne". Ils ont donc sans doute envie de donner à l'Europe une dernière chance, comme le joueur désireux de se refaire dans une dernière partie improbable...

Peu importe, ça va dans la bonne direction.

Concrètement, ça voudrait dire qu'on arrêterait de casser les services publics pour enchanter Bruxelles :
"C’est la construction d’un droit national socialement juste et protecteur de l’environnement, de l’industrie et des régimes sociaux, quitte pour ce faire à se mettre dans l’illégalité vis-à-vis du droit communautaire. C’est aussi, par exemple, le refus d’abonder le budget communautaire lorsque ces fonds sont utilisés pour mener des politiques libérales. Bien sûr, la construction revendiquée d’un droit « illégal » implique qu’aucune astreinte ne sera payée en dépit des condamnations qui ne manqueront pas d’arriver de la part de l’Union."

Vous pouvez vous abonner aux lettres du M'PEP, adhérer etc..., ou vous contenter de les suivre de loin en loin"

'canempechepasnicolas' publie ce texte, car il démontre l'incohérence et les contradictions, que portent en elles, le M'PEP, mais aussi le Parti de gauche à l'égal du PCF et du NPA. En clair,  ces organisations reconnaissent que "les traités européens sont incompatibles avec une politique de gauche", mais de cet état de chose, ils n'en tirent pas la seule conclusion possible : "La France doit sortir de l'Union européenne pour avoir la possibilité de mener une politique conforme aux intérêts de son peuple".
Pourquoi ce double langage ?
Parce que ces forces politiques se refusent d'admettre que tout changement d'orientation politique suppose, de la part d'un gouvernement, de sa capacité à légiférer en toute indépendance vis-à-vis d'un pouvoir supranational. Ce qui n'est pas le cas dans le cadre institutionnel de l'Union européenne.  Le M'PEP, comme des forces qui se réclament de la "gauhe de la gauche", refusent de mettre au premier plan de leurs  objectifs l'indépendance nationale et la souveraineté populaire. Ils se privent ainsi des seuls moyens de mettre en oeuvre leurs programmes, et rendent ceux-ci de toute crédibilité.

Imaginons Hugo Chavez, Evo Morales et Rafael Correa préconiser des changements révolutionnaires au Venezuela, en Bolivie et en Equateur, tout en étant restés dans le cadre dre traités de soumission à l'impérialisme US ...
Où en seraient-ils aujourd'hui ?

 

Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :