Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La lettre volée

Commentaires de

LA LETTRE VOLEE

sur  l'Argumentaire du M'PEP en faveur de l'abstention...

Le M'PEP envoie un courriel pour lutter contre l'abstention - voir l'argumentaire sur leur site. J'y trouve confirmation qu'il convient en effet absolument de s'abstenir.
 

Premier point : le M'PEP identifie correctement les "abstentionnistes actifs" : c'est une reconnaissance du phénomène qui est encourageante. L'abstention du 7 juin sera bien identifiée comme une protestation.


Deuxième point, fondamental. Après avoir donné un certain nombre de raisons de ne pas voter (certaines jamais évoquées ici, je vous laisse en prendre connaissance), le M'PEP conclut :


"Ces arguments sont parfaitement valables, mais ils ne tiennent pas compte de la réalité de cette élection. Celle-ci, bien que portant sur l’élection des représentants au Parlement européen, ne se limite pas à ce seul enjeu. Il existe également des enjeux dépassant le simple renouvellement du Parlement européen : le sens de la construction européenne elle-même et la situation politique française (comme dans chaque pays).


Les électeurs, qu’ils en aient conscience ou non, en votant pour telle ou telle liste, voteront aussi pour une certaine conception de la « construction » européenne.
"


Autrement dit, voter c'est accepter le principe de la construction européenne.
On peut en choisir les modalités, plus ou moins libérales, mais dans tous les cas chaque bulletin de vote sera un "oui" à la construction européenne.
La messe est dite.


C'est en effet parce que la construction européenne, périphrase qui signifie la construction d'un état européen, n'est pas démocratique, 50 ans après ses débuts, qu'il convient d'interrompre l'expérience.

Le M'PEP, je crois - comme le front de gauche, les villiéristes, NDA et les autres partis du non - sous-estime totalement le raz-le-bol général à l'égard de la construction européenne.


Comme tant d'autres, le M'PEP n'imagine même pas que la construction européenne, en elle-même, puisse être rejetée, dans son principe. L'opinion est, à mon avis, bien plus mûre que cela, elle est en avance par rapport aux partis censément d'avant garde.

Illustration typique de cette ambiguïté fondamentale. Le site du Parti de gauche décrit fort bien comment l'Union européenne est en train de construire, avec l'assentiment du PSE, un grand marché transatlantique (on peut être pour ou contre un tel marché, force est de constater qu'il se construit encore une fois dans le silence le plus complet).
Conclusion du billet par le parti de gauche :
"Le Front de gauche dénonce cette intégration transatlantique qui aliène la souveraineté européenne."


Que l'on m'excuse, je n'ai pas envie de voter pour un parti censément eurosceptique qui reconnaît en conclusion d'un article qu'il y a d'ores et déjà une souveraineté européenne qu'il ne conviendrait que d'aménager !

Les eurobéats les plus enthousiastes n'en demandent pas tant !


C'est donc toute la construction européenne qui est en jeu en juin prochain.

Au moment où les effets réels et quotidiens de la "construction européenne" se font sentir, les opinions publiques se disent attendez, quand m'a-t-on consulté, quel est cet objet politique que vous nous vendez de force...
Les élites répondent "c'est trop tard, c'est comme ça depuis 1957 et de toute façon c'est très bien".

Nous sommes donc à un point où accepter la poursuite de la construction européenne c'est entériner la sortie de la démocratie et admettre la construction européenne subreptice.

Refuser la construction européenne n'est pas un choix, c'est la condition du maintien d'un jeu démocratique.


Je suis surpris de voir que le Parti de gauche se range parmi ceux pour qui la construction européenne et la souveraineté (impériale puisque non démocratique) de l'Europe sont un fait considéré comme acquis et irréversible.

Je suis trop libéral et républicain pour me résigner à cela, pour accepter que l'on puisse imposer par la force la poursuite d'un processus que les Français ont voulu interrompre en 2005.

Que le PG lève l'ambiguïté, qu'il appelle à sortir de l'Union européenne, il aura ma voix.

D'ici là, voter le 7 juin, quelle que soit la liste choisie - comme l'écrit fort bien le M'PEP - c'est voter pour la construction européenne.


Sans moi, sans quiconque a conscience du fait qu'aujourd'hui c'est la notion de démocratie qui est en jeu.

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :