Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 


Le Monde
n’aime pas le président de l’Iran,  Mahmoud Ahmadinejad. Ni la Corée du Nord de Kim Jong-il. Ni le Venuezuela d’Hugo Chavez.

Ni Cuba socialiste, bien entendu.

Le quotidien du soir a beaucoup d’autres « ennemis personnels » qu’il serait trop long de citer : la Chine communiste, la Russie de Medvedev et de Poutine 

Pourquoi cette hargne ?

Ces Etats n’ont pas décrété le marché, loi suprême de leur politique. Certains de ces pays réprouvés se veulent communistes, socialistes, ou tout simplement, ils ont fait de la souveraineté de leur nation, la priorité absolue.  Pour cette raison,  ils sont pointés du doigt par les gouvernements successifs de Washington, démocrates ou républicains.

 

Mais revenons à l’Iran et au Monde.

Il ne suffit pas à ce journal de désinformer les lecteurs sur la situation dans ce pays, les évènements qui s’y produisent, la politique réelle menée par ses dirigeants. Il lâche, en outre,  quotidiennement ses chroniqueurs qui aboient à mort contre Mahmoud Ahmadinejad.

Bernard Guetta se distingue particulièrement dans ce rôle du « chasseur de tête ». Il se réjouit bruyamment, à l’avance, de l’échec programmé (par lui) du dirigeant iranien, lors des élections présidentielles demain, le 12 juin.

 

Que reproche-t-il au président iranien ?

Sa gestion « calamiteuse » de l’économie, qui, malgré le pétrole, engendrerait la misère généralisée. Serait-elle plus élevée qu’au  Gabon, par exemple où coule à flot l’or noir ?

Ne mélangeons pas les choses :

Sous le coup de poursuites pour corruption et détournements de fonds, Bongo était, depuis quarante ans, « un grand ami de la France » (de Mitterrand à Sarkozy, en passant par Chirac et … Total).

Cela suffisait à Bernard Guetta pour ne pas prendre pour cible le Gabon de Bongo.

 

Mais le journaliste, pointilleux sur les questions de liberté, vise aussi Ahmadinejad en tant que dictateur « obscurantiste », qui opprime son peuple. Or, Guetta fait état d’un « face à face » télévisé de « deux heures », suivi par la population, entre le président et son adversaire « le plus crédible », Mir Hossein Moussavi. Les propos de ce dernier,  auraient « galvanisé la jeunesse » de Téhéran, la faisant descendre massivement dans les rues de Téhéran, jour après jour.

Sans incident, semble-t-il, c’est-à-dire librement, sans aucun « interdit ».

Pourrions-nous voir de telles choses en Arabie Saoudite, en Egypte, ou même plus près de nous, en Tunisie ?

Pourtant, Guetta semble sourd, lorsque l’actualité touche ces pays.

Mais de plus graves accusations visent le président iranien. Ahmadinejad serait « antisémite » et, péché mortel,  il se refuse à reconnaître Israël, dont il souhaite la disparition en tant qu’Etat.

Cette position est-elle, politiquement, scandaleuse ?

Si tel était le cas, qu’aurait on dû penser du refus de l’Occident de reconnaître la RDA, et de la disparition de celle-ci, annexée par l’Allemagne fédérale en 1991 ? Quant à l’accusation d’« antisémitisme » portée contre Ahmadinejad, la télé française, l’autre année, avait montré une communauté juive - forte de plus de 5000 ouailles -  libre de célébrer son culte à Téhéran. Et d’interroger alors le rabbin sur la situation des Iraniens de confession juive, en Iran. « Nous accomplissons notre tâche sans problème ». 

 

Reste l’essentiel, l’autre accusation : « l’Iran veut se doter de l’arme nucléaire ».

Téhéran à beau répéter qu’elle n’en a aucune envie, que l’Iran en serait la première victime, en cas de conflit. Pourtant,  rien n’y fait. Guetta n’a aucun doute là-dessus : « Le président Ahmadinejad ment et dupe l’Occident ».

Et quand cela serait ?

Pour quelles raisons d’éthique, les cinq Etats, faisant partie du Conseil de sécurité de l’ONU,  ont-ils seuls le droit de posséder l’arme nucléaire ? Par le droit du plus fort ? De plus, trois autres Etats ont enfreint la règle, l’Inde, le Pakistan et …Israël. Pas la moindre sanction n’a été exigée à leur encontre.

Alors, pourquoi cet acharnement contre l’Iran, une des rares nations à n’avoir, depuis des siècles, jamais commis d’agression militaire contre ses voisins ?

Ah ! si le Shah - allié d’Israël -  et sa police politique régnaient encore à Téhéran, peut-être qu’alors, le monde occidental , et Bernard Guetta, fermeraient les yeux…

Tag(s) : #Contre l'impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :