Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une seule solution :

une deuxième « Grande Révolution »

 (1)

 

(1) LES GENS QUI RIENT ET LES GENS QUI PLEURENT

 

Dans tous les médias, les rubriques économiques et sociales ont un contenu, quotidiennement,  antinomique :

 

les premières font le plein d’indices prometteurs, de profits comptés en milliards, de comptes en Suisse, de bonus  et de parachutes dorés, de fortunes colossales, d’une Bourse en hausse de 40%, de spéculations tous azimuts.

les secondes annoncent un chômage, qui grimpe chaque mois, toujours plus d’usines qui ferment, de restructurations, de délocalisations, de plans sociaux, de pertes d’emplois, de vie chère, de privations, de fins de mois qui commencent le 15, de colères, aussi..

 

Ainsi se font face les gens qui rient et les gens qui pleurent..

La joie des uns se nourrit des larmes des autres.

Une petite minorité de la population, moins de 5%, accapare le plus gros morceau de la galette, au détriment  du plus grand nombre.

C’est la loi du marché.

La tendance s’est encore accentuée, ces dernières décennies, avec la globalisation et la rotation accélérée du capital, que le système impose.

 Non seulement, l’argent est roi, mais il dispose de serviteurs qui légifèrent, contrôlent, et musèlent pour son compte : les pouvoirs politique, juridique, policier, cadenassent la société pour que nul ne puisse s’en échapper.

 

Alors, pas d’issue ?

 

Allons donc !

Comme en 1788, une caste étroite de privilégiés se croit maîtresse de l’Univers, par la grâce de Dieu. Elle pille et saccage les richesses de notre pays. Tout, pour elle, est marchandise, qu’on peut vendre ou acheter, selon les lois du marché. : la santé, l’école, la culture,  les biens de la Nation qu’elle s’est accaparés.

Ces nouveaux ci-devant méprisent les simples gens, considérés comme des gueux, des manants, qu’il faut mener à la baguette et  leur faire croire à des sornettes, grâce aux médias complaisants.

Comme en 1788, cependant, cette frange carnivore s’isole de couches de plus en plus larges de la population. Elle tente de s’appuyer sur l’étranger, sur l’Europe oligarchique, pour maintenir son gouvernement.

Combien de temps cet équilibre instable se maintiendra-il  ?

La réponse dépend de chacun d’entre nous, et de nous tous, enfin rassemblés.

Pour prendre des Bastilles et chasser les tyrans.

Pour édifier une autre société où rires et pleurs auront changé de camp.

 

Mais « quelle autre société ? »

 

CANEMPECHEPASNICOLAS,

ces jours prochains,

tentera d’en définir, d’abord les objectifs,

puis les moyens de les atteindre

et enfin les conditions politiques de leur réalisation

 

 

Tag(s) : #Lutte de Classe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :