Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Samedi 3 octobre 2009
Publié
par
Sauvons l'Ecole

In Agoravox

Acadomia, une officine de soutien scolaire, ne manque pas d’air. Même le ministre de l’Éducation nationale a été choqué par sa campagne publicitaire. C’est dire ! Son affiche est pourtant des plus sobres. Rien à voir, cette fois, avec une précédente campagne où l’on voyait une gamine boudeuse tenir un drapeau tricolore avec pour slogan explicatif ce beau solécisme : « Elle a pris le pouvoir sur le français » (1).

Non, l’affiche d’aujourd’hui serait même rébarbative. Pas une image ! Rien qu’un texte aride de six lignes : « Devenez bachelier ou soyez remboursé ». La seule fantaisie est l’écriture oblique d’une brève introduction – « Acadomia s’engage » - et d’un slogan elliptique au revers d’un coin corné de l’affiche : « Bachelier ou remboursé ». Les couleurs bleu et rouge des lettres sur fond blanc renvoient à l’assortiment du drapeau français pour sans doute tenter l’inclination que provoque la préférence nationale.

 

Un paradoxe tonitruant


Le réflexe inné d’attirance n’est donc stimulé que par le paradoxe tonitruant contenu dans cette promesse insolite. Il n’en faut pas plus, c’est vrai, pour capter l’attention au point même de susciter la stupéfaction. C’est la première fois, en effet, que l’examen du Baccalauréat est quasiment mis en vente et fait l’objet d’une offre commerciale à la façon des produits proposés en supermarchés : « Satisfait ou remboursé !  »


Cette assimilation n’est elle pas un amalgame ? Le Bac n’est tout de même pas un paquet de lessive ni un appareil ménager. Le nombre de produits défectueux peut être statistiquement évalué pour oser un pareil slogan sans courir le risque de perdre de l’argent ; et ils sont échangés à l’occasion. Mais le Bac, qui peut assurer qu’un élève l’aura à coup sûr ? Acadomia aurait-elle le sésame que d’autres n’auraient pas, même l’Éducation nationale ? On suppose pourtant qu’elle ne s’engage pas à la légère au risque de se mettre financièrement en péril par le remboursement promis.


Le leurre de la restriction mentale


Comme toujours, quand l’offre est trop alléchante, un astérisque renvoie à une note de bas de page en minuscules destinée à passé inaperçue dans un premier temps, du genre « Voir conditions en magasin et sous réserve d’éligibilité (sic) ». Acadomia use de cette rouerie : « Voir conditions et détails du programme à l’intérieur ». 
Ce faisant, on est en présence de deux leurres.

L’un est la restriction mentale si prisée des Jésuites, que Blaise Pascal a combattue dans ses « Provinciales » au 17ème siècle (2). Elle permet d’affirmer quelque chose sans s’exposer au péché de mensonge par une mise hors-contexte délibérée mais ignorée de son interlocuteur. Ainsi peut-on prétendre qu’on n’a pas volé un objet, même si on l’a effectivement volé, à condition d’ajouter « in petto » qu’on ne l’a pas volé à 11 heures puisque c’était à 15 heures ! Acadomia peut donc promettre la lune tout en se protégeant contre l’accusation de publicité mensongère par des conditions restrictives masquées que le badaud est invité à découvrir.

Tag(s) : #Social
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :