Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Samedi 3 octobre 2009
TEXTE REPRIS
sur
El diablo

Soutien au combat des traminots lyonnais !

Depuis plus d’un an la direction de la société Kéolis , groupe privé filiale de la SNCF, auquel a été confiée par la mairie la gestion des transports en commun lyonnais autrefois sous gestion publique, remet en cause la convention collective qui définissait les relations entre l’employeur et les employés de l’entreprise .

Ce n’est donc pas une simple grève pour les salaires comme veulent le faire croire les journaux et le maire Colomb, ce dernier apportant son aide (en tant que « socialiste » ?) au groupe Kéolis et non aux salariés. Il peut bien dire que le salaire d’un conducteur se monterait à « 1800 ou 2000 euros », tous les salariés des TCL savent que cela est faux .

Ce qui reste en jeu est encore plus grave. La remise en cause de la convention collective c’est en fait la remise en cause de l’ensemble des articles de cette convention :

-Suppression des compensations pour des journées morcelées en plusieurs plages (jusqu’à 4 !) 

-Suppression des Indemnités pour le travail du  samedi/dimanche 

-Révision de la récupération des heures de nuit et des jours fériés.

-Révision de la grille salariale (pour baisser les salaires d’entrée et geler toute l’évolution)

-Suppression de la mutuelle des TCL gérée par les syndicats et remplacement par mutuelle privée du groupe Kéolis.

-Révision à la baisse du financement du comité d’entreprise

-Suppression du complément de salaire alloué par l’entreprise en cas de congé maladie : supprimé.

-Les agents deviendraient polyvalents sur tous les postes de l’entreprise, sur n’importe quelle ligne

-Révision du système de retraite et de la participation de Kéolis à la caisse complémentaire

-Remise en cause du maintien du salaire jusqu’à la retraite en cas d’invalidité

-Baisse des heures de délégation syndicales

-Flexibilité à outrance permettant à Kéolis de récupérer .l’équivalent de 3000 euros par agent par an

On voit que l’attaque est globale et qu’elle ressemble étrangement à ce qui est fait dans toutes les entreprises à l’encontre de tous les salariés. On voit également qu’un épais silence règne sur ces attaques. Il est d ‘ailleurs de la responsabilité des traminots et d e leurs organisations syndicales d’informer largement la population et d’appeler à son soutien.

Et cette situation intervient alors que les roulants des TCL ont déjà subi des dégradations importantes de leurs conditions de travail avec entre autre un décret du Ministre des transports Perben (celui qui voulu un jour être maire de Lyon). Aujourd’hui, si un agent veut des RTT, il doit rouler plus de 8 heures par jour. Des journées peuvent aller jusqu’à 12 h et l’agent pourra être rappelé après sa pause pour 3 ou 4 heures de conduite !!  Qui le dit ? Que font nos moralisateurs de capitalisme ? Que font nos journaux (Le progrès en tête) si pointilleux sur le droit d’être transportés en temps de grève mais pas sur les conditions dans lesquelles nous sommes transportés ?

Alors les salariés des TCL sont en grève, dans des conditions difficiles, car il faut savoir que la très sociale mairie paie à travers le SYTRAL 15 jours de grève à Kéolis, ce qui rend la grève indolore financièrement pour celle-ci avant le 15ème jour.  Il y va dans ce combat, du sort des salariés des TCL, mais il concerne les autres salariés également, car la question des conventions collectives est posée partout, notamment avec la renégociation des 35 heures.

Le collectif « Tous Ensemble » Rhône-Alpes, qui regroupe des non syndiqués et syndiqués de toute obédience, apporte son soutien total à la grève des salariés des TCL. Cette grève ne pourra être victorieuse que si nous recherchons et si les organisations syndicales des TCL recherchent le lien et l’unité avec les travailleurs des autres secteurs. Nous n’obtiendrons satisfaction que si nous nous organisons pour l’unité la plus large entre nous et avec nos organisations pour préparer le mouvement d’ensemble pour en finir avec cette politique et tous ceux qui la soutiennent.

Le collectif « Tous Ensemble » combat pour l’unité pour la grève générale pour en finir avec ce gouvernement et sa politique, car il n’y a pas d’autre chemin aujourd’hui.


Tag(s) : #Social
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :