Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Front Syndical de Classe

 

 

6ème JOUR de GREVE

DANS LES ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS TOTAL

la raffinerie Total Petrochemicals France (fabrication de matières premières pour les plastiques) à Gonfreville-l'Orcher, près du Havre.

la raffinerie Total Petrochemicals France (fabrication de matières premières pour les plastiques) à Gonfreville-l'Orcher, près du Havre. | AFP/MYCHELE DANIAU

 

 

CGT Total

Lors des assemblées générales de la mi-journée, les salariés de Flandres,Normandie,
Oudalle, Feyzin et La Mède ont massivement reconduit le mouvement de grève entamé le vendredi 13 décembre.
Les salariés sont toujours en attente d’un signe positif de la direction face au mécontentement profond qui les animedu fait, notamment, des propositions d’augmentation générales que la direction a mise sur la table.
Le fait que ces propositions aient été validées par certaines OS n’entame pas la déterminationdes salariés
Bien au contraire !
A l’image notamment des militants d’une OS signataire qui sont actuellement solidaire du mouvement.
A l’image également des salariés de Donges qui avaient stoppé leur action de grève lundi et qui viennent de la reprendre.
Les salariés ont, lors des AG de ce jour, également massivement approuvé les nouvelles propositions de la CGT pouvant permettre une sortie rapide du mouvement
:
 
• Négociation d’un plancher d’augmentation 100 € pour tous
• D’une prime de 1500 € pour tous
• Négociation d’un protocole de fin de conflit dans tous les
   établissements concernés.
Ces revendications seront portées par les représentants des grévistes aux directions d’établissement.
LA BALLE EST DANS
LE CAMP DE LA DIRECTION
La raffinerie Total
de Donges
à nouveau en grève

 

Le Monde.fr avec AFP | 20.12.2013

Le site Total de Donges, en Loire-Atlantique, a, à nouveau, rejoint le mouvement de grève qui affecte les raffineries du groupe pétrolier, a indiqué la Confédération générale du travail (CGT) vendredi 20 décembre, précisant que la grève était suivie par « 70 à 75 % » des salariés du site, sur lequel travaillent 680 personnes. Le syndicat réclame une augmentation minimale de 100 euros ainsi qu'une prime de 1 500 euros.

Le site de Donges était sorti en cours de semaine du mouvement de grève reconductible lancé par la CGT et Force ouvrière (FO), qui estiment que les 

 « résultats mirobolants du groupe, régulièrement supérieurs à 10 milliards d'euros »,

doivent aussi profiter aux salariés. Le mouvement avait affecté lundi l'ensemble des cinq raffineries Total en France, ainsi que deux usines du groupe, numéro un du marché en France et en Europe.

 LES EXPÉDITIONS « BLOQUÉES »

« Nous sommes en cours d'arrêt des installations, et les expéditions sont bloquées », a précisé Christophe Hiou, délégué CGT, syndicat majoritaire sur le site, et le seul à appeler à ce mouvement de grève.

A Donges, « la consigne d'arrêt de production a été donnée [jeudi] à 17 heures, et la production devrait êtretotalement arrêtée d'ici dimanche soir », ajoutait M. Hiou.

Un accord salarial a été signé mardi par la Confédération française démocratique du travail (CFDT), la Confédération française de l'encadrement-Confédération générale des cadres (CFE-CGC) et le Sictame (un syndicat « maison »), prévoyant une augmentation générale « de 1,5 % », à laquelle s'ajoutent une augmentation individuelle « de 1,2 % et une hausse de 0,8 % liée à l'ancienneté », avait annoncé mardi la direction de Total.

Total exploite cinq sites dans l'Hexagone: Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime), Donges (Loire-Atlantique), Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), Feyzin (Rhône) et Grandpuits-Bailly-Carrois (Seine-et-Marne).

Tag(s) : #Lutte de Classe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :