Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

A Lisbonne comme à Madrid,
le peuple est redescendu dans la rue,
ce samedi 29 septembre

 

Manifestations contre l'austérité en Espagne et au Portugal
Madrid est une fois de plus le théâtre de manifestations anti-austérité./AP

Ce samedi 29 septembre, Espagnols et Portugais ont manifesté à nouveau contre l'austérité: des dizaines de milliers et des dizaines de milliers de personnes sont descendues samedi dans les rues de Madrid et Lisbonne pour dénoncer les coupes budgétaires dans ces pays durement frappés par la crise dans la zone euro.

Dans la capitale espagnole, les manifestants se sont approchés du siège du Parlement, les Cortes, pour la troisième fois cette semaine pour exprimer leur colère face aux hausses d'impôts, aux réductions des dépenses publiques et à la montée du taux de chômage, le plus fort des 17 pays de la zone euro. Dans la foule madrilène, les protestataires scandaient "virez-les, virez-les!", visant les membres du gouvernement conservateur de Mariano


VIDEO. Nouvelle manifestation au Portugal contre une rigueur toujours plus sévère
Publié le 29/09/2012 | 19:46, mis à jour le 29/09/2012 | 19:47
Durée : 0:41

 

FTVi / APTNDurée : 0:41
Lisbonne :  "Contre le vol des salaires et des pensions de retraite" : c'est le mot d'ordre de cette nouvelle manifestation. Des dizaines de milliers de Portugais se sont rassemblés samedi 29 septembre à Lisbonne à l'appel des syndicats pour crier leur refus de la politique de rigueur menée par le gouvernement de centre-droit, qui s'apprête à l'accentuer afin de tenir ses engagements internationaux.
Vers 17 heures, les manifestants avaient rempli la Place du Commerce, située au cœur de la capitale et qui, selon les estimations de la presse, peut contenir entre 70 000 et 175 000 personnes.

 

En échange de son sauvetage financier, une aide de 78 milliards d'euros de l'Union européenne et du Fonds monétaire international en mai 2011, Lisbonne s'est appliqué à mettre en œuvre une sévère cure de rigueur. Mais la récession économique et le chômage se sont aggravés, et le gouvernement de centre-droit peine à assainir les comptes publics. 

 

Vendredi, le gouvernement a présenté son projet de budget pour 2013, qui réduit les dépenses totales de 40 milliards d'euros, gèle les salaires des fonctionnaires, baisse les sommes allouées aux allocations chômage. 

Mardi et mercredi soir, les manifestations près du Parlement avaient dégénéré, des heurts éclatant entre des protestataires et les policiers anti-émeutes qui avaient bouclé le quartier.

A Lisbonne, un banquier à la retraite Antonio Trinidade expliquait n'avoir jamais vu l'économie portugaise en si mauvais état, après les mesures d'austérité exigées en échange du plan d'aide de 78 milliards d'euros accordé par l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI).

Il racontait que sa pension de retraite avait baissé et que de plus en plus de jeunes devaient partir à l'étranger faute de pouvoir gagner leur vie chez eux. "Les jeunes n'ont plus d'avenir et le pays est au bord du gouffre", résumait-il. "J'arrive à la fin de ma vie, mais ces jeunes d'une vingtaine ou d'une trentaine d'années, ils n'ont pas de travail ni d'avenir".

 

Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :