Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce commentaire a été placé par son auteur, sur le site  du Comité Valmy,
celui-ci ayant reproduit l'article paru sur 'canempechepasnicolas' . Il s'insère donc dans le débat en cours. Souhaitons qu'il fasse réagir...

·        
A PROPOS DE « L’IDENTITE NATIONALE » Jean Lévy

15 novembre 2009 21:04, par Daniel ROUGERIE


"En effet, le débat promû par Nicolas Sarkozy sur « l’identité de la France » a deux fonctions. La première est, comme le souligne Jean Lévy, de masquer la trahison nationale du capital mondialisé. Par le biais d’une soi-disant construction européenne, la volonté du capital est au contraire de déconstruire la nation, sa langue, ses institutions issues de la Révolution Française, ses références historiques, son principe d’égalité, pour laisser le peuple désemparé et désorganisé aux mains du capital germano-étasunien. Ce débat prétend donc montrer l’intérêt porté à la nation par ceux-là même qui la détruisent.

La deuxième fonction de ce programme est de faire croire que la nation française s’est constituée par le développement d’un lignage ethnique dont la pureté serait altérée par l’adjonction mal venue d’une émigration récente et destructrice. D’où les références sarkosiennes, incohérentes, mais néanmoins construites, au « sacre de Reims », aux rois de France, à la Révolution Française, etc. Le but de ce discourt est, conjoncturellement, de justifier une chasse à l’étranger, mais, plus globalement, de disperser le peuple français en une multitude de communautés régionales, en application servile de la stratégie germano-étasunienne, de destruction des Etats, pour leur substituer des régions soi-disant homogènes. Et plus facile à dominer !

Or, la France, terre du bout du monde du continent européen, parcouru, au cours des temps, par de multiples migrations et invasions diverses, mais riche de ses terres et de leur variétés (plaines, vallées, littoral, montagnes, et presque sans désert, à part quelques massifs alpins), a su stabiliser l’ensemble de ces populations en imaginant le principe simple du droit du sol, et les fondre en un tout harmonieux. Tout le monde est le bienvenu, les différences sont richesses, chacun ayant vocation à faire souche. Ce droit du sol, quoique juridiquement malmené depuis Giscard d’Estaing, reste très présent dans la culture nationale collective. L’un des indices les plus persistants est la tolérance à l’union matrimoniale entre population d’accueil et population accueillie. Les mariages « mixtes » gardent un volume significatif malgré les vicissitudes politiques, sociales et économiques : environ 25 % des femmes et 30 % des hommes des populations accueillies sont en union matrimoniales avec la population d’accueil. C’est d’ailleurs une exception européenne : en Allemagne et en Grande-Bretagne, le taux d’union ne dépasse pas 3 à 4 %. Mais, il faut dire que ces pays sont très préoccupés par le « droit du sang ».

La résistance du peuple français à ces stratégies de destructions nationales est structurellement forte. Encore faut-il que cette résistance puisse s’exprimer, puisse s’organiser, puisse l’emporter. C’est le problème politique que nous avons à résoudre.
L’Arc Républicain de Progrès en montre la voie."

·          
Tag(s) : #Politique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :