Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Espace d'échanges, de rêves, de colères et de luttes.

 

Alsthom, pillage légal,

Publié le 27 Avril 2014

 

là aussi,

le 25 mai

Boycott

et voila pourquoi :

1.2 Mds d'€ de commande en 2013, un pactole convoité.commande s’inscrit dans le cadre du contrat conclu en 2007, qui porte sur 55 rames en tranche ferme et jusqu’à 40 rames supplémentaires en option, et complété par le protocole signé ce jour. La livraison des rames supplémentaires est prévue pour s’échelonner entre 2015 et 2019.

1.2 Mds d'€ de commande en 2013, un pactole convoité.commande s’inscrit dans le cadre du contrat conclu en 2007, qui porte sur 55 rames en tranche ferme et jusqu’à 40 rames supplémentaires en option, et complété par le protocole signé ce jour. La livraison des rames supplémentaires est prévue pour s’échelonner entre 2015 et 2019.

Notre Gouvernement est socialiste. C'est du moins ce qu'il claironne.Mais nous avons culturellement l'habitude, il parait que l'église à fait vœux de pauvreté.

C'est certainement au nom de cet ancrage idéologique que plutôt que de livrer Alsthom (lequel a reçu gracieusement en 1999 les plans et brevets du TGV, livrés par Gallois et Gayssot contre deux rames gratuites comme preuve de leur bonne volonté)à "Général Electrique", héritière de l'ITT qui a été le fer de lance politico économique pour renverser Allende, le pouvoir tente de trouver une solution avec Siemens qui n'a pas changé le principe de son actionnariat depuis qu' Hitler lui fournissait de la main d'œuvre gratuite Nacht und Nebel pour faire tourner l'économie nazie et les profits du groupe.

C'est au nom du refus des monopoles publics et la "concurrence moteur de l'économie" qu'Alsthom nationalisé en 81 a été privatisé pour permettre aujourd'hui de mettre place un monopole de l'industrie ferroviaire sans concurrence qui va tenir à la gorge les sociétés de transport ferroviaire public (encore un peu) comme la SNCF ou autres après que les ANF ait été aidé repris-cédé-offert- à Bombardier pour mettre sous coupe réglée avec Alsthom le transport régional ferroviaire.

Cela sans parler des instructions données aux cadres de la SNCF de ne pas défendre les normes industrielles françaises et laisser Siemens imposer les siennes lors des discussions sur l'harmonoisation de la sécurité ferroviaire.

S'opposer à la vente d'Alsthom, le pillage technologique et les menaces lourdes sur les centres industriels d'Aytré et Belfort est un devoir national. Un combat politique qui n'est pas d'arrière garde bien au contraire ce sont les critères des coopérations et le refus du pillage des bureau d'étude de la SNCF qui est en jeu.

Certainement que les camarade d'EDF auront des arguments convergents de mêmes ordres à faire valoir.

Serait-ce persifler que de faire remarquer qu'après une partie du déménagement des chaines d'Airbus en Allemagne accompagné d'une réorganisation-recomposition du capital maintenant l'opération Alsthom, le capital à base française après Renault, PSA, dans la foulée de liquidation de la machine-outil s'organise pour se mettre au diapason du capital allemand dominant et au passage à l'abri des risques d'une vague politique exigeant la prise de contrôle publique passant par l'expropriation.

D'où les fermetures d'usine et les évasions de technologie.

Il serait certainement du plus mauvais goût de faire remarquer que cela se produit régulièrement à chaque retour du PS aux affaires. Canaille le Rouge doit donc avoir mauvais goût mais il l'écrit quand même et vous invite à vérifier qui a inventé le concept de respiration du secteur public ...

Rédigé par Canaille Lerouge

Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :