Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Quotidienne d'Agora
Vendredi 5 avril 2013

 

Aux Etats-Unis, la dette publique

crée une illusion de croissance 

par Eberhardt Unger

S'il en était encore besoin, la crise chypriote a, une fois de plus, clairement montré aux marchés financiers à quel point le surendettement et la trop grande dépendance vis-à-vis des investisseurs étrangers peut amener tout un pays au bord de la faillite, et peu importe que les citoyens manifestent dans la rue. Chypre est juste un petit exemple et d'autres grandes économies ne sont guère mieux loties, y compris les Etats-Unis.

Outre-Atlantique, la dette totale financée par les marchés de crédit se montait à 56 281 milliards de dollars fin 2012. Rapporté au PIB nominal de 15 851 milliards de dollars, l'endettement atteint donc 355%, un sommet historique pour les Etats-Unis.

Graphe endettement

Le marché du crédit concerne le secteur public, le secteur privé (ménages), les entreprises et le secteur financier. Le graphique ci-dessous montre clairement quels secteurs sont en phase de stabilisation et lesquels atteignent des niveaux d'endettement insoutenables sur le long terme.

Graphe niveaux dettes

Les dettes du gouvernement fédéral ("Federal" sur le graphe) croissent plus vite que celles de n'importe quel autre secteur. Même le niveau de dettes des ménages baisse. La demande de crédit dans le secteur privé est atone et n'a pas augmenté malgré l'endettement record du gouvernement fédéral.

La tant espérée reprise économique ne s'appuie pas sur la consommation des ménages mais exclusivement sur les endettements publics. En théorie, le désir de consommer des ménages est sans limite, mais l'amoncellement des dettes agit maintenant comme un frein. Actuellement, le moteur de l'économie est la politique monétaire ultra-expansive menée par la Fed qui a inondé les marchés financiers de liquidités et a ramené les taux d'intérêt à pratiquement 0%.

Conclusion : la croissance économique tant attendue aux Etats-Unis comme dans les autres pays industrialisés ne se fera pas sur une solide base qu'est la consommation des ménages. Le niveau de la dette publique a déjà des effets contreproductifs.
[Si la consommation des ménages n'est plus le moteur de la croissance dans les pays industrialisés, l'émergence du consommateur asiatique a lui un effet démultipliant sur les économies de l'Asie du Sud-Est. La croissance existe, il suffit d'aller la chercher là où elle se trouve. ]

Dr. Eberhardt Unger est un économiste indépendant, fort de plus de 30 ans d'expérience des marchés et de l'économie. 


Tag(s) : #Economie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :