Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marianne2

Grosse bourde de BHL,

réponse salée en exclusivité de Bernard Cassen

David Degouilles et Marianne2 |
Vendredi 24 Décembre 2010
Après l'affaire Botul, philosophe imaginaire, Bernard-Henri Lévy se signale une nouvelle fois en réalisant une belle bourde dans son bloc-note du Point.
Trop pressé de clouer au pilori ceux qu'il n'apprécie pas, BHL en perd parfois ses moyens. Cette fois-ci, il a confondu Pierre Cassen, de Riposte laïque, et Bernard Cassen, ancien président d'ATTAC.
David Desgouilles décrypte cette énième erreur du philosophe. Et Marianne2 publie les 2 courriers de Bernard Cassen à Eric Fottorino, directeur du Monde, et à Gilles Van Kote, vice-président du Conseil de surveillance du Monde SA.



(Dailymotion - France Info)
(Dailymotion - France Info)
Franz-Olivier Giesbert devrait faire relire les éditoriaux de Bernard-Henri Lévy avant de les publier. Cela ne nuirait pas à la crédibilité de son journal.

Emporté par la haine envers toutes ses bêtes noires, BHL écrit souvent un peu vite. Trop vite. Et a un gros, un très gros, un énorme problème avec les noms propres. Il y avait eu la fameuse affaire Botul. Ce philosophe qui n’existait pas et qu’il avait cité dans son livre, suscitant la moquerie de tout Paris.
Un peu plus tard, BHL voulut se payer Taddéi. En lisant une dépêche lui apprenant que ce dernier allait voir son contrat renouvelé, il se précipita sur sa plume, ou son clavier, et fustigea France Télévisions qui renouvelait un homme dangereux au point  d’organiser des débats entre des gens qui ne sont pas d’accord entre eux.
Le problème, c’est que la dépêche ne concernait pas Frédéric, présentateur de Ce soir ou jamais, mais Rodrigo, footballeur transalpin de son état, auquel l’AS Rome venait de proposer ledit contrat

Dans son bloc-notes, BHL s’emmêle encore dans les patronymes. Il confond cette fois Pierre Cassen, chef de file de Riposte laïque et co-organisateur des assises sur l’islamisation de samedi dernier, avec Bernard, ancien président d’ATTAC et très souvent rédacteur au Monde diplomatique, lequel journal n’entretient pas les meilleures relations -c’est une litote- avec le vieux-nouveau-philosophe.
Qu’on le lise : «Il faut le dire et le redire : présenter comme un « arc républicain », ou comme une alliance entre « républicains des deux rives », ce nouveau rapprochement rouge-brun qui voit les crânes rasés du Bloc identitaire fricoter, sur le dos des musulmans de France, avec tel ancien du Monde diplo, Bernard Cassen, est un crachat au visage d’une République qui, à Monte Cassino, puis dans les combats pour la libération de Marseille, puis dans la poche de Colmar, en Alsace, face à la division Das Reich, n’a pas eu de plus vaillants défenseurs que les pères et grands-pères de ces hommes et femmes que l’on voudrait, aujourd’hui, clouer au pilori.»

BHL se paye donc ses ennemis du Monde diplo, le rapprochement des républicains des deux rives, ces salauds dont je suis qui ne verraient pas d’un mauvais oeil une proximité plus grande entre Dupont-Aignan et Chevènement. Il lui importe peu que ni ces deux-là, ni Bernard Cassen et ses confrères du Monde diplomatique ne se soient pas rendus à ces assises. BHL est emporté, comme à son habitude par la haine qui l’aveugle au point de ne pas imaginer un instant qu’il pourrait être victime, encore une fois, d’une confusion patronymique.
C’est forcément ce salaud de Bernard Cassen ! Voilà le moment idéal pour se le farcir ! Mon petit doigt me dit que cet édito aura fait rire davantage Pierre que Bernard.

Décidément, BHL demeure la preuve vivante que haine et ridicule font bon ménage.

PS (le 24-12 à 7h33) : La bourde a été corrigée sur le.point.fr. Elle est toutefois demeurée sur le site plus de 24 heures, puisqu’elle a été réparée ce matin peu avant 7h00. Mais le point.fr n’est pas en reste : il indique « modifié le 23-12 à 6h51″. Faute de frappe ou embrouillage ?

PS 2 (le 24-12 à 12h34) : Sur l’édition papier, en revanche, la boulette demeure. Le papier, c’est irremplaçable !

Lettre à Eric Fottorino
Directeur et membre du directoire du groupe Le Monde
Monsieur le Directeur et membre du directoire du groupe Le Monde,

Je crois devoir vous informer des élucubrations d'un membre de votre conseil de surveillance au sujet de l'ancien directeur général de l'une des publications du Groupe.

Dans son dernier bloc-notes du Point M. Bernard-Henri Lévy écrit :
 
"Il faut le dire et le redire : présenter comme un " arc républicain ", ou comme une alliance entre " républicains des deux rives ", ce nouveau rapprochement rouge-brun qui voit les crânes rasés du Bloc identitaire fricoter, sur le dos des musulmans de France, avec tel ancien du Monde diplo, Bernard Cassen, est un crachat au visage d'une République qui, à Monte Cassino, puis dans les combats pour la libération de Marseille, puis dans la poche de Colmar, en Alsace, face à la division Das Reich, n'a pas eu de plus vaillants défenseurs que les pères et grands-pères de ces hommes et femmes que l'on voudrait, aujourd'hui, clouer au pilori."

Dans ce texte, seuls mon nom et ma qualité d'ancien du Monde diplo correspondent à la réalité. J'ai en effet collaboré à ce journal pendant plus de trente ans et j'en ai été directeur général de 1996 à 2008.  

Tout le reste est une fabrication pure et simple.

Je sais bien qu'un membre du conseil de surveillance ne saurait en rien engager la rédaction du Monde et encore moins intervenir dans sa politique éditoriale ou dans celle des autres publications du Groupe.

On aurait cependant attendu de M. Lévy, qui a très souvent signé dans le quotidien, qu'il respecte les normes minimales de la profession, et tout particulièrement celles inscrites dans la "Charte  d'éthique et de déontologie du groupe Le Monde". Celle-ci stipule notamment que "Les journalistes disposent des moyens nécessaires pour exercer rigoureusement leur métier, collecter et vérifier les informations, indépendamment de toute pression extérieure. Ils s'interdisent toute manipulation et plagiat, ne relaient pas les rumeurs, évitent le sensationnalisme, les approximations et les partis-pris. Ils doivent éviter tout lien d'intérêt avec les acteurs des secteurs sur lesquels ils écrivent, et s'engagent à déclarer tout conflit d'intérêt".

J'ignore si Le Point dispose d'une telle Charte, mais je n'imagine pas  une seconde que ses collaborateurs professent des valeurs différentes.

De toute évidence,  M. Lévy n'a cure des impératifs de '"rigueur" et de "vérification des informations". Ses élucubrations, dont  il nous avait donné un  autre exemple édifiant dans l'affaire Botul, ne contribuent pas au prestige du conseil de surveillance et, partant, à celui du Groupe.

Il va de soi que je vais donner les suites judiciaires qui s'imposent à cette agression qui porte gravement atteinte à mon honneur et à ma considération.

Croyez, Monsieur le Directeur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

Bernard Cassen, ancien journaliste et directeur général du Monde diplomatique.



Tag(s) : #Culture
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :