Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CANAILLE
LE ROUGE

 

Dimanche 24 février 2013
Cajarc.
La CGT veut faire rouvrir la ligne Cahors-Capdenac
Jean-François Agrain, Philippe Jorrey, Jacques Montal, Christophe Schimmel et Dominique Espinasse ont animé le débat. - Tous droits réservés. Copie interdite.
Jean-François Agrain, Philippe Jorrey, Jacques Montal, Christophe Schimmel et Dominique Espinasse ont animé le débat. () 

Jean-François Agrain, Philippe Jorrey, Jacques Montal, Christophe Schimmel et Dominique Espinasse ont animé le débat. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les syndicats CGT de cheminots du Lot et de l'Aveyron, les unions départementales CGT 12 et 46 et les associations d'usagers ont tenu un débat public le 19 février à Cajarc.

Au niveau de la bifurcation à Cahors :


P1280046.JPG

 

Usagers, associations, élus, organisations syndicales, partis politiques étaient nombreux à ce débat au cours duquel chacun a pu s'exprimer librement, clairement et sans animosité sur les projets de transport de fret, de voyageurs, de train touristique ou de voie verte entre Cahors et Capdenac.

Jacques Montal a fait part à l'assistance des résultats de l'étude demandée par les cheminots CGT au cabinet Transversales sur la possibilité de rouvrir la ligne Cahors-Capdenac aux services voyageurs et fret. Le rapport démontre que techniquement rien ne s'oppose à cette réouverture.


P1280091.JPG 
Entrée et sortie du tunnel de Saint-Georges:

Dans ce rapport, «le potentiel fret est estimé à 650 000 tonnes par an, soit l'équivalent de 21 600 camions, et le trafic voyageurs à 2 000 par jour. Les besoins de financement pour cette réouverture sont de 30 000 000 € dans un premier temps, ils sont comparables avec l'estimation de déferrement et de transformation en voie verte».

Les participants, dont Serge Desperoux et Serge Leybros, ont critiqué le projet porté par le conseil général de transformer la ligne en voie verte, le coût de son étude et le manque de dialogue et de communication de l'instance départementale quant à son contenu. Créer une voie verte serait une aberration sur cette ligne jugée stratégique par les cheminots.

Jacques Montal résuma les points forts débattus dans la soirée. Il ne faut pas opposer fret, voyageurs et train touristique, a-t-il dit.

L'idée de Christophe Schimmel de créer une association de défense de la ligne a été adoptée : elle regroupera des élus, des usagers, des cheminots.

A noter que deux débats citoyens sont prévus à Cahors le 26 février à 18h30 à la Bourse du travail,à Figeac le 5 mars à 18h30 salle Roger Laval. Les élus y sont conviés.


Gare de Cabessut:

P1280100.JPG 
La CGT du Cantal pour la réouverture

Bien qu'absente hier soir au débat, l'union départementale CGT du Cantal est aussi partie prenante pour la réouverture de la ligne. Elle sera présente à Figeac le 5 mars. Le sud du Cantal (Maurs) a été desservi régulièrement par le fret ferroviaire notamment pour de l'agroalimentaire et des granulats (Sable de Thédirac). Aujourd'hui ces trafics sont faits par camions. Les liaisons voyageurs entre Cahors et Aurillac sont de mauvaise qualité, pour ne pas dire plus. La réouverture de la ligne Cahors Capdenac permettrait de rendre le ferroviaire pertinent pour les trajets entre les deux villes.

P1280103.JPG

 

La Dépêche du Midi

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :