Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bouleversement

du paysage politique canadien

par Catherine Chatignoux

 

 Les Canadiens ont renforcé leur soutien à leur Premier ministre, Stephen Harper, lundi, à l'occasion d'élections législatives anticipées. Lui et son Parti conservateur, au pouvoir depuis 2006 mais sans avoir jamais réussi à décrocher une majorité parlementaire, pourra jouir désormais d'une grande liberté au Parlement fédéral, à Ottawa : il a raflé 167 sièges sur 308.

 Mais ce n'est pas tant la victoire des conservateurs qui étonne dans les résultats de ce vote que la petite révolution qui a saisi toutes les autres forces du pays.

 

Le Nouveau Parti démocratique (NPD), qui n'avait jamais fait mieux que troisième, a fait une percée soudaine sur la scène politique du pays. Mené par un dirigeant charismatique, Jack Layton, qui proposait un programme strictement opposé à celui du chef de gouvernement sortant, avec des promesses de hausse des aides sociales et de la fiscalité sur les entreprises ainsi que les suppressions des aides aux groupes énergétiques du pays, a remporté 105 sièges devenant de facto le premier parti d'opposition.

 

C'est son succès qui a précipité la débâcle du Bloc québécois, force dominante du paysage politique de la Belle Province depuis des années.

Le NPD y a obtenu 60 des 75 sièges réservés au Québec.

Les souverainistes n'enverront, eux, que 4 élus à Ottawa, contre 49 à l'occasion des dernières élections de 2008.

Le fédéralisme a repris du terrain face au séparatisme.

Autre victime du scrutin, le Parti libéral, à l'origine de la chute du gouvernement Harper en mars, et jusque-là deuxième force politique du pays, a perdu 43 sièges et n'en occupera plus que 34. Son plus mauvais score depuis sa création en 1867.

Michael Ignatieff, son chef de file, a démissionné sur le champ.

Tag(s) : #international
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :