Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles d'

Indépendance des Chercheurs  :


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/01/24/cnrs-et-danger-d-embrigadement.html

CNRS et danger d'embrigadement des scientifiques


Le 24 janvier, le blog de Sylvestre Huet dans Libération a diffusé l'ordre du jour d'un séminaire de travail que doit tenir le mardi 25 la direction du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Cet étonnant séminaire est dit « consacré à la deuxième phase d'action du nouveau CNRS et à ses nouveaux modes d'organisation », avec une

« évolution du modèle UMR » (UMR= unité mixte de recherche) et, dans une première version de l'ordre du jour mise en ligne par le blog de Libération, la question très directe :

« Comment avoir une vrai autorité sur les agents CNRS ? ».

 

Une version officielle, fournie par la direction du CNRS, ne contient pas cette interrogation. A l'origine des débats se trouve, de toute évidence, la perte du rôle dirigeant au niveau national par le CNRS et les autres Etablissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST). Un changement de situation radical, explicitement reconnu par le président du CNRS, Alain Fuchs, lors de son intervention récente à l'adresse des personnels.

 

Ce n'est pas tout : le role du Comité National de la Recherche Scientifique est également mis en cause dans la première version de l'ordre du jour diffusée par Libération, avec une question tout aussi directe :

 « Quelles méthodes adopter pour mener en douceur le Comité National vers ses vraies missions d'évaluation et non pas de cogestion ? » qui, dans la version officielle, laisse la place à « Les relations entre le Comité National et la gouvernance ».

Que deviendront les instances consultatives du CNRS et les garanties de transparence traditionnelles des décisions ? Le 24 janvier, Le Monde publie un point de vue de Cécile Duflot, Laurent Audouin, Marc Lipinski et Sandrine Rousseau, intitulé « Recherche : le diabolique marché de dupe de Valérie Pécresse », reprochant notamment à la ministre d'avoir déclenché une course à la concurrence au détriment de la coopération. Mais la situation réelle est bien pire, car les bases des prétendus « investissements d'avenir » sont telles, que l'on se trouve de fait devant une compétition de façade. Les véritables bénéficiaires des financements étant, à la fin des courses, les lobbies industriels et financiers responsables par ailleurs de la délocalisation de la recherche. En témoigne, notamment, la Convention cadre signée par la CPU (Conférence des Présidents d'Université) et le MEDEF qui lie également le CNRS à travers l'accord cadre passé entre le CNRS et la CPU. Dans l'ensemble, l'indépendance des scientifiques paraît bien compromise, et le danger d'embrigadement général, bien réel au détriment de la transparence.

la suite, sur le lien

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/01/24/cnrs-et-danger-d-embrigadement.html ]


Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia



Tag(s) : #Education nationale
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :