Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Libération

 

En Grèce, 100.000 manifestants en force contre la rigueur

ACTUALISÉL'assemblée a voté ce dimanche un sévère programme d'austérité en échange d'un plan d'aide de 130 milliards d'euros. Des scènes de guerilla urbaine ont marqué cette journée de mobilisation.


 

Manifestations à Athènes, ce dimanche 12 février. (REUTERS)

DERNIÈRE MINUTE Le Parlement grec a voté dimanche en faveur du programme économique d'austérité permettant de déclencher un sauvetage financier du pays et son maintien immédiat dans la zone euro comme demandé par les créanciers du pays, selon un décompte des voix réalisé par l'AFP.

Cent mille personnes ont au total manifesté dimanche à Athènes (80.000) et à Salonique (20.000), la deuxième ville grecque, contre un nouveau programme d’austérité, a annoncé la police.

Dans la capitale, six personnes ont été blessées, puis hospitalisées, au cours d’affrontements entre forces antiémeutes et des groupes de jeunes dans les rues adjacentes de la place Syntagma devant le parlement, selon une source du ministère de la Santé.

Une dizaine de bâtiments vides étaient en flamme dimanche soir dans le centre d'Athènes, incendiés pour la plupart par des jets de cocktails molotov en marge des manifestations anti-austérité, ont indiqué les pompiers.

Vidéo amateur postée par justelikethischannel

 

Vidéo amateur postée par tsismosaonline

Les incidents ont commencé quand un groupe de contestataires regroupés devant le parlement a fait pression sur l’important cordon policier disposé autour du bâtiment. La police a aussitôt riposté en faisant usage de gaz lacrymogène.

Les manifestants se sont alors retirés dans les rues adjacentes, qui se sont transformées en champs de bataille: des manifestants jetaient des pierres, des morceaux de marbre et des cocktails Molotov sur les forces antiémeutes.

Des manifestants devant le parlement, dimanche soir (©Reuters)

Les heurts se sont poursuivis pendant plus de deux heures dans le centre-ville. Deux heures durant lesquelles la situation est restée «hors de contrôle», selon une source policière.

Des personnes cagoulées ont brisé des vitrines de magasins sur les avenues Pandepistimiou et Stadiou, tandis que le feu a été mis dans une banque et qu’un café a été évacué par ses clients, a affirmé une source policière.

Les contestataires avaient commencé à affluer sur la place Syntagma en début d’après-midi à l’appel des deux grandes centrales syndicales grecques, la GSEE pour le privé et l’Adedy pour le public, ainsi que de la gauche radicale.

Les manifestations, cet après-midi :

La manifestation avait attiré des familles entières. Un grand-père portant masque à gaz et lunettes de piscine s’est ainsi frayé un passage au milieu de la foule, tandis qu’un vendeur de masques en papier destinés à se protéger du gaz faisait des affaires en vendant aussi des drapeaux grecs.

«Les députés s’apprêtent à voter des mesures qui vont conduire à la mort de la Grèce (…) mais le peuple ne va pas céder», s’est pour sa part exclamé le compositeur grec Mikis Theodorakis, qui s’est joint aux contestataires à Athènes.

A l’intérieur du parlement, dont les abords étaient gardés par quelque 3.000 policiers, les discussions battaient leur plein, marquées par de fréquents incidents de séance entre les rangs gouvernementaux et l’opposition de gauche.

 

Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :